En traitant un ancien haut commis de l’Etat d’«étranger», le président de la République a laissé planer le doute sur l’idée qu’il se fait du Gabon en tant que nation.

Samuel Dossou-Aworet «étranger» ? © theafricanmag.com
Samuel Dossou-Aworet, «étranger» ? © theafricanmag.com

 

Telle que voulue par Ali Bongo, l’intégration à la gabonaise a-t-elle vécu ? Après avoir, contre vents et marrées, voulu donner le sentiment qu’il a une certaine idée de la nation gabonaise, le président de la République est-il en train de se dédire et de tomber dans l’excès inverse ? La teneur des propos qu’il a tenus, le 16 août dernier, face à la presse le laisse croire. Entre le fait qu’il ait affirmé qu’un ancien directeur général des hydrocarbures est «étranger» et son choix d’accoler le mot «étranger » au nom d’un personnage aussi connu qu’Albert Tévéodjré, il semble avoir fait le choix d’insister sur les origines des uns et des autres. Simple péripétie ? Figure rhétorique ou recherche d’arguments ? Voire….

En présentant, sans le citer, Samuel Dossou Aworet, comme un «étranger», Ali Bongo a pris une responsabilité devant l’histoire. Si Jean-Pierre Lemboumba Lepandou, alors opposant au régime, avait qualifié, le Monsieur pétrole de l’ère Omar Bongo de «ministre béninois du pétrole gabonais», c’est bien la première fois qu’un dirigeant politique en responsabilité le fasse. Fils aîné d’Omar Bongo dont il fut le haut-représentant personnel, ancien député, ancien ministre des Affaires étrangères, ancien ministre de la Défense et président de la République depuis 5 ans maintenant, Ali Bongo a occupé et occupe des fonctions qui donnent une résonance particulière à son propos. Pour ainsi dire, le président de la République affirme que sous son prédécesseur, dont il est aussi le fils et dont il fut ministre, le pétrole gabonais était sous le contrôle d’un expatrié. Si ce n’est pas du nationalisme ou tout au moins une dénonciation du rôle que cette personnalité a pu jouer, ça y ressemble étrangement.

Depuis bientôt 5 ans, l’opinion n’a de cesse de dénoncer la présence de la «légion étrangère» au plus haut niveau de l’Etat. En choisissant de présenter Samuel Dossou-Aworet comme un «étranger» à l’occasion de la Fête nationale, Ali Bongo en rajoute brusquement. Voulant à tout prix confondre Jean Ping, oubliant que la circonstance commandait de la solennité, faisant fi du fait qu’il parlait de la gestion de la principale ressource naturelle du pays, il a fait, au moins autant de dégâts que ceux qu’il dénonce. D’ores et déjà, il convient de rappeler que ce type de propos fait le lit du nationalisme. Bien entendu, les zélateurs de l’émergence à la gabonaise s’en défendront. Ils invoqueront la nécessité de rétablir la vérité historique et de livrer les faits tels qu’ils se sont déroulés. Mais, il convient de leur rappeler que la Fête nationale marque la naissance de la nation et qu’à cette occasion il convient de célébrer ce qui unit plutôt que ce qui divise et surtout que la lecture qu’on fait de l’histoire à ce moment-là marque les esprits.

Samuel Dossou-Aworet «étranger» ? Maintenant que le président de la République l’a dit, qui oserait en douter ? Quid alors de sa nationalité gabonaise ? Quid alors des actes qu’il a pu poser au nom du Gabon ? Et pourquoi les personnalités dénoncées à longueur de journée sous la dénomination de «légion étrangère» seraient plus légitimes que Samuel Dossou-Aworet ? Pourraient-elles, elles aussi, se réveiller un matin et apprendre qu’elles sont étrangères au Gabon ? Au nom de quoi l’opinion ne devrait pas s’inquiéter de leur présence ?

Pour mémoire, le 12 septembre 2012 devant l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès, Ali Bongo avait souligné : «Lhistoire du peuple gabonais c’est encore celle des contacts parfois rudes, noués entre les différents villages-royaumes de la côte gabonaise et les colons établis au Fort d’Aumale (…) Le métissage sen verra accentué et plusieurs familles gabonaises adopteront des patronymes à consonance étrangère. Nul ne peut aujourd’hui contester que ces familles sont gabonaises et qu’elles sont partie intégrante de notre histoire commune. (…) Le Gabon, c’est la terre qui a accueilli, quoique dans des conditions particulièrement difficiles, Cheick Amidou Bamba, Samory Touré, Mohamed Allal El Fassi, et bien d’autres. (…) Toutes ces énergies, toutes ces intelligences et ces talents, constituent des richesses quil faut savoir préserver, valoriser en autant d’’acquis pour notre nation. Tous ces éléments sont des atouts et ne doivent pas être perçus comme des différences susceptibles de créer une quelconque menace car, comme le disait Antoine de Saint Exupéry : «quand tu diffères de moi, loin de me léser, tu m’enrichis». Notre acceptation de lautre dans sa différence, caractérisée par notre hospitalité légendaire, ajoutée à notre volonté de relever ensemble les défis qui se posent à nous, sont les fondements de notre «vivre ensemble»

Pourtant, sans vraiment le vouloir, le 17 août 2014, Ali Bongo a posé le débat sur la nationalité. Notion biologique ou culturelle, juridique ou ethnique ? Et qu’en est-il de l’intégration à la gabonaise ? Assimilation ou communautarisme ? Tant que ce débat de fond sera escamoté, la confusion et le mélange des genres rendront possible l’irruption des passions et la montée du nationalisme….

 
 

34 Commentaires

  1. Omar dit :

    Bizarre , bizarre , comme c’est bizarre ….
    La fille d’ALI épouse pourtant le fils de DOSSOU …..
    Les rencontres de PING et DOSSOU-AWORET embarrassent elles
    À ce point ALI ?
    Bizarre ….. Vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre !!!!

  2. tontonito dit :

    Si non, lui même, qui est son pere? Omar ou Emeka Odjukwu?

    • lagabonaise dit :

      se sont les étrangers qui sont xénophobe envers les gabonais
      depuis des siècles le slogan je suis plus gabonais que toi
      chantez par certain étrangers au gabonais si pas cultivé la haine
      le laxisme des gabonais a tuer le pays

  3. Evoga dit :

    Et plouf! Il est tombé à pied joints dans le piège.

  4. Nza Fe dit :

    Bongo père, en confiant la gestion de la manne pétrolière à un gabono-béninois, avait l’assurance que ce dernier avait plus intérêt à garder le secret de transactions, des dossiers compromettants y relatifs, ainsi que de faire montre de fidélité, contrairement à un gabonais de souche, qui pouvait lui faire du chantage et pourquoi pas dévoiler tous ce qu’il connaissait à ce sujet. D’ailleurs, nos propres grands commis d’Etat sont enclins à trouver du travail bien rémunéré aux étrangers qu’aux gabonais. C’est une recette qui marche tellement bien pour eux afin de cacher leurs secrets intentions et affaires. Le Gabon est vendu aux étrangers depuis l’ère Omar Bongo. Son fils qui a bien appris la leçon auprès de son père, ne fait que l’appliquer. C’est pourquoi il rappelle à son ex beau frère Ping, qui est au fait de cette pratique depuis des lustres que lorsqu’il était ministre du pétrole alors qu’il ne gérait rien au détriment de Dossou, pourquoi n’avait-il pas lever la voix pour s’y opposer et dénoncer ce crime d’Etat? Ping=Ali un point un trait…

  5. Bouka Rabenkogo dit :

    Michel Bouka Rabenkogo était hier 14 août 2014 de 8 heures à 13 heures en casquette blanche et tee-shirt blanc devant l’entrée de “l’assemblée nationale” avec d’autres Patriotes invisibles aux yeux du fort dispositif d’agents spéciaux en civil déployé pour la circonstance. Les gabonais ont répondu massivement à l’appel. Traumatisés par la vue des vos instruments de guerre (dissuasion colonialiste oblige), comme-ci, votre indépendance, vous l’avez acquise armes à la main (médiocrité).
    Transformation médiocre de ce qui pourtant devait être une réjouissance en parade militaire.
    Devant une telle aberration, Les Patriotes venus nombreux ont opté pour une autre stratégie en poussant cette exclamation(!) : pas de routes, pauvreté (dans un pays richement doté), pas de salles de classes, pas d’enseignants, pas de dispensaires, etc… Les médiocres achètent des armes de guerres pour tuer qui? L’objectif médiatique a été atteint car celui-ci fait l’objet ce matin, d’un Grand Titre dans Gabon Review, Conférence nationale : La pétition de Michel Bouka Rabenkogo est-elle un canular (canulard)?
    Nous avons créée hier 17 août 2014 le mouvement “ÇA DOIT SE FAIRE MAINTENANT” composé de Patriotes à 100% Gabonais (pas des blancs à la peau noire, utilisés par l’occident et l’orient pour perpétuer l’ordre esclavagiste, coloniale, néocoloniale et l’auto colonisation au 21ème siècle).
    Le mouvement “ÇA DOIT SE FAIRE MAINTENANT” à pour objet d’éradiquer le nouvel ordre colonial (esclavage, colonisation, néo colonisation), perpétrer, perpétuer et entretenu par Albert Bongo, le système et son clan.
    Le mouvement “ÇA DOIT SE FAIRE MAINTENANT” à démarré ce 17 aout 2014, le Programme : “LA RESTITUTION” dont les actions avenirs sur le terrain seront traduites et exécutés de manière méthodique par Les Patriotes.
    Pour le mouvement “ÇA DOIT SE FAIRE MAINTENANT” la journée du dimanche 17 août 2014, met fin à la célébration et à la commémoration de l’indépendance du colon (esclavagiste) en fixant de fait, l’éveil d’une Aurore Nouvelle annonçant la Naissance de Nouvelle République et l’Indépendance Réelle du Gabon et de l’Afrique.
    “UNION – CONCORDE – FRATERNITÉ”
    (Les plus Grandes Victoires sont Pacifiques).
    L’Adhésion au mouvement “ÇA DOIT SE FAIRE MAINTENANT” est libre.
    Large diffusion
    Contact : 07364378

    Nous ne sommes que 460 000 gabonais. Preuve: voir récapitulatif (CENAP) du rapport de l’élection 2009. (Parole du Commissaire CENAP 2009 que je fus).

    Ça doit se faire maintenant!

    Le PDG, parti au pouvoir depuis presqu’un quart (1/4) de siècle, perpétue l’ordre ESCLAVAGE, COLONIAL ET NÉOCOLONIAL.
    Nous ne voulons pas l’Auto colonisation pour nos enfants.
    J’appel tous les patriotes à la signature d’une pétition convoquant dans les délais les plus rapides :
    Une Constituante
    (Conférence Nationale)
    Pour l’Avènement de la “Nouvelle République” et d’un “Pays”.
    “Le Patriote”

  6. le 9 dit :

    je ne sais pas si c’est lors de la fête nationale qu’il fallait parler de ça. en plus, le PR doit être au dessus de la mêlé.

  7. j'y crois dit :

    bongo père avait un béninois pour gérer le pétrole.et comme l’enfant doit faire mieux que ses parents, ali a son béninois qu’il a mis directeur de cabinet.il le tient bien de son père!!!!!!

    • Le citoyen libre dit :

      Un message à OBO
      OBO, venez récupérer votre fils adoptif ALI car il est entrain de faire du Gabon ce que le bon Dieu n’a pas demander de faire.
      Il avait même fermé les frontières du pays pour vous refuser de faire un dernier adieu aux gabonais, il a détruit la cité de la démocratie qui était le symbole de l’unité nationale, il détruit l’hôpital Jeanne Ebori pour effacer votre mémoire, il va bientôt rebaptiser l’université (UOB) si l’on ne l’empêche pas.
      Vous l’avez adopté avec amour comme tout père de famille mais pourquoi fait-il souffrir les gabonais ?
      Que lui avons fait pour mériter une telle souffrance ?

  8. Gaboniste dit :

    les Gabonais d’origine et d’adoption se valent dans la mesure ou ils sont engagés dans la construction du pays et la sauvegarde des interets de la nation .confrontons les projets politiques analysons les srategies de developpement proposées par les uns et les autres et cessons d’accorder à des propos puerils l’attention qu’ils ne meritent pas.
    Etre Gabonais,c’est etre detenteur d’une carte d’identité nationale Gabonaise. Avancons Bon sang!

    • Le citoyen libre dit :

      @Gaboniste
      Je vous cite “Etre Gabonais,c’est etre detenteur d’une carte d’identité nationale Gabonaise ” oui on veut bien mais pour celui qui a le droit parce qu’il est d’origine gabonaise et pour celui qui en fait la demande suivant notre code de naturalisation. Le danger c’est qu’il n’y est aucun controle et l’on delivre la nationalité comme du pain dans une boulangerie, il faut le demandeur remplisse certaines conditions c’est tout.
      Si je vous comprend Accrombessy a le droit l’egitime d’etre un jour le chef de l’etat parce qu’il a la carte d’identité nationale Gabonaise ?

  9. Le compatriote du très bas de gué gué dit :

    Autant j’en ai marre que les béninois s’ingèrent et gèrent les affaires du Gabon, autant là je dis qu’Ali Bongo est un manipulateur qui manque de hauteur. Je viens à peine de lire son fameux discours à la Nation du 17 Août. Il en appelle clairement à lutter contre la xénophobie montante. Maintenant, qu’est-ce qui s’est passé? Quand on sait en plus, comme l’a rappelé un compatriote, que c’est le fils de Dossou qui épouse sa fille?! Là franchement, je m’interroge. Quelle est cette comédie au sommet de l’Etat? Est-ce parce que son Dircab Acrombessi et Dossou ne s’entendent pas? Est-ce pour viser Ping? Je ne comprends rien et j’ai du mal à suivre Ali. Eclairez ma lanterne svp!

    • Le citoyen libre dit :

      Le message est claire mon frère, ALI ne gère plus rien au Gabon, il est temps que nous descendions dans la rue pour demander une chose le départ d’Accrombessi ou le départ d’ALI avant 2016, le Gabon est chute libre avec ALI comme commandant de bord et Accrombessy comme co-pilote.

  10. Mussomba dit :

    N’importe quoi tout ça, à lire la majorité des internautes ici, le mauvais étranger est celui qui travaille avec le pouvoir, Dégagez et attendez 2016 pour la réélection d’Ali qui aura un bilan non négligeable à présenter; ils n’y a que des gens qui se sont mis des oeillères pour refuser de l’accepter

  11. Omar dit :

    @mon très cher compatriote du très bas de gué gué

    Aux dernières nouvelles ,il semblerait que sieur DOSSOU-AWORET
    Penche très nettement pour “YA JEAN”,le discours du très “distingue camarade”
    Sonne comme un avertissement …….

  12. Ta seyi dit :

    Un faux debat et le debat est ailleurs. Et ils le savent. Dossou n’a jamais desservit les interets du Gabon. Parler de xenophobie, est un peu fort, c’est accuse’ le peuple d’un homicide qu’il n’a jamais commit. Ici le faux coupable c’est le peuple. On doit egalement se rappeller que l’etranger se ne resume ps seulement a l’ouestafricain, l’estafricain, ou le magrebhin, mais il comprend aussi les occidentaux, les orientaux et les asiatiques. Si Monsieur Dossou Aworet aurait ete’ francais, belge ou franco-gabonais cela devait passe’ inapercu ou pris en tt rationalite’ dc normal. Au Gabon on a un probleme majeur, qui se subdivise en deux categories. Les bons etrangers que sont les occidentaux, les orientaux, les asiatiques et les magrebhins. Et les mauvais etrangers que sont: les ouestafricains, les estafricains et les ressortissants de l’Afrique centrale. Retenons surtout que les mauvais etrangers sont plus les oueatafricains et les autres ressortissants de l’Afrique centrale. Et dans notre cas et meme culturellement on plebiscite ces bons etrangers. Contrairement, aux mauvais etrangers qu’on tolere moins quand bien mm certains sont aussi fortune’s que la plupart de ces bons etrangers. Par exemple Jean Ping, son pere est chinois qui en parle?? Chambrier ou Adiahenot pour ne citer que cela. Mais leurs origines sont mieux acceptees et mieux tolerees. Enfin, pour terminer je crois personnellement que ceci est un faux debat, et que l’acceptation de l’etranger releve du niveau de maturite’ de reflexion d’un peuple et ses dirigents.

  13. La Vision dit :

    Attendons je ne comprend plus rien. Ce monsieur a eu la nationalite gabonaise et il doit jouir de cette nationalite avec tous ces droits. Si on est pas d’accord, Ecrivons dans notre loi que pour etre directeur de cabinet au Gabon ou du resident de la republique, il faut etre d’origine gabonaise de pere et de mere. Ce qui n’est pas le cas.Donc pourquoi accabler ce monsieur? pourquoi derange t il? Je ne comprend rien. Pourquoi fait il peur? Je ne le connais pas mais.Mais ce que jepeux affirmer c’est que ce monsieur est un enfant de Dieu. Bon ou mauvais seul Dieu le jugera. Mais sur le plan pratique, enquoi ce monsieur est il a l’orgine des deboires du Gabon plus que tous? et je crois qu vous l’avez donner peut etre plus d’importace qu’il n’en merite.

    Pou ma part je regrette que les hommes politiques gabonais reprennent les debats de canivaux au lieu de tirer le peuple vers l’avant. Je suis a la recherche du projet de l’oposition

    • l'orphelin dit :

      J ne suis pas contre quil mett son acrob même son intendant ou gardien pour le mem salaire et on emparle plus on nait fatigués c comme si on prêchent au désert.ya beaucoup de gab au chômage’ya combien d dossier a Lone qui non jamais eu de suites ou même a ladmistration publique?pourquoi les même nom

  14. Ontintin va nous tuer! dit :

    @Gaboniste

    être gabonais ce n’est pas uniquement être détenteur de la carte d’identité nationale gabonaise ou d’un passeport gabonais. Je ne partage pas votre avis. A l’époque j’étais en occident. J’ai moi même vu comment certains jeunes titulaires de cette carte d’identité gabonaise mais d’origine ouestafricaine surtout dénigraient le Gabon et les gabonais lorsque certains se retrouvaient au milieu de blancs. Ils n’étaient plus gabonais alors que l’Etat gabonais les considère comme ses enfants. D’autres après avoir bien manger la bourse gabonaise décident purement et simplement de ne plus retourner au Gabon. C’est vrai que le ouestafricain étant génétiquement complexé, la tentation est irresistible de rester au chaud à l’étranger auprès d’une vieille blanche, même si je dois admettre que certains gabonais dits de souche commencent à squatter les pays d’autrui, chose qu’on voyait très rarement. Est-ce le fait de la dégradation des conditions de vie au Gabon? Je ne sais pas. Doit-on parler de ces ressortissants étrangers à qui on a filé la nationalité comme des petits pains, à qui on a donné des postes stratégiques mais qui investissent en réalité dans leurs pays d’origine, le Gabon ne leur servant que de vache à lait? Des gens ingrats qui crachent sur le pays quand bon leur semble alors que c’est avec l’argent du Gabon qu’ils nourrissent leurs familles à travers le monde.

    Etre gabonais c’est aimer de manière inconditionnelle et sans calcul aucun le patrimoine culturel gabonais(combien sont-ils au sommet à parler un seul dialecte du Gabon, même si je concède que le patrimoine culturel ne s’arrête pas au dialecte mais tout de même!; C’est avoir et connaître le Gabon profond, celui des villages, de nos us et coutumes;C’est ne pas voir le pays à travers le seul prisme égoïste du gain, des détournements et du privilège pour les siens.

    Aimer le Gabon c’est avoir chevillée au corps l’idée que nous ne sommes qu’un “petit” pays d’1 Million 600 mille âmes et que c’est justement pour cette raison que le gabonais doit être défendu et doit voir ses droits respectés même si ce dernier doit également savoir qu’il a des devoirs. Souvenons nous que la Nature a voulu que tout ce qui est rare est précieux. Le fait que nous soyons peu nombreux a également des bons côtés et aurait dû faciliter la tâches aux différents gouvernements.Mais hélas, il plane comme une malédiction au sommet de la pyramide. Regardez Dubaï, ce pays est composé de plus de 80% d’étrangers qui vivent en harmonie avec les dubaïotes. La raison: leurs dirigeants ont tout fait pour renforcer les droits des autochtones. Qui veut s’installer et faire du Business à Dubaï doit impérativement (loi)s’associer à un autochtone. Aucun étranger n’a le droit d’acheter un terrain à Dubaï pendant nous au Gabon on vent les terrains les plus intéressants aux Libanais, entre autres. Comment voulez-vous que les gabonais connaissent la paix intérieure (et non la paix de façade)avec tout ce qu’ils entendent, voient au quotidien? Des frères, des compatriotes étudiants emprisonnés, des salaires coupés parce qu’on ne partage pas la même conviction politique, on divise les gabonais (les femmes contre les hommes, les jeunes contre les vieux, les autochtones contre les étrangers, les peaux claires contre les peaux foncées.Ils ont inventé une commune nommée Akanda pour les gens bien, donc majoritairement métis ou blancs d’après eux, etc). Bref, Gaboniste être gabonais c’est beaucoup plus qu’une simple affaire de carte d’identité. Et puis, pensez au business des papiers. Je te donne 1 ou 2 millions tu me donnes la carte d’identité et le passeport. Doit-on considérer ces gabonais de la mafia des papiers comme de vrais gabonais? Je pose la question sans pour autant glisser dans l’épineux et pernicieux débat sur la gabonité. J’avoue qu’Ali ne nous aide pas beaucoup. lui qui ne travaille qu’avec des étrangers tenir de tels propos, ça choque.

  15. L’angle d’attaque utilisé par le chef de l’Etat a été maladroit. On ne peut combattre ou contredire les mots de Jean Ping en soulevant des cas qui ne relèvent nullement de maux de gestion. Dossou Aworet n’avait rien à faire dans ce débat d’autant plus que c’est l’intégration qui semble justifier la présence d’autres étrangers au sommet de l’Etat.

    En même temps, il fallait prendre de la hauteur face aux propos de Jean Ping. Car, la réaction du président de la République va encore un peu plus corser les rapports entre nationaux et étrangers, entre ce qui reste du pouvoir et les populations frondeuses de l’Ogooué Maritime. Dommage.

    C’est ça quand on tient à l’écart les vrais experts en communication. Mais bon, chacun fait son lit comme il veut se coucher.

    TON…

    • Le citoyen libre dit :

      ALI n’a pas d’experience diplomatique..
      Il ne suffit pas de se proclamer chef d’etat et etre à la hauteur des attentes d’un peuple ,il aurait du ne pas parler de PING puisqu’il encore chef d’etat de transition.

  16. Gabson dit :

    @Ta seyi
    Je comprends ce que vous voulez dire mais croyez-moi si un blanc ou un arabe très récemment naturalisé était directeur de cabinet d’Ali et allait se pavaner dans son pays d’origine avec l’avion présidentiel contenant prostituée, drogue et fausse monnaie,les gabonais réagiraient pareil. Acrombessi l’a fait chez lui au Bénin. De toute façon les gabonais entendent par le terme “légion étrangère” tous ceux venus d’ailleurs, ayant acquis la nationalité gabonaise dans des conditions plus que douteuse, et qui ont décidé de tenir les gabonais en Lesse puisque c’est eux qui décident en réalité. Qu’il soit noir, blanc, jaune ou violet on s’en tape. Mais c’est aussi vrai qu’il y a plus de ouestafs, de Estaf et autres mafieux d’Afrique noire dans cette gestion opaque. Ce n’est pas l’étranger de base qui est visé puisque depuis toujours nous vivons avec eux. Un étranger n’a pas vocation à venir faire de la politique au Gabon. Les Bongo leur ont déjà donné le terrain des affaires. Ils sont en permanence là à vouloir faire et les affaires (exemple: achat par Acrombessi d’un hôtel particulier à Paris de 65 milliards pour le compte des Bongo. C’est lui qui intime le Trésor à sortir l’argent! Son nom est dans tous les coups fourrés des Bongo)et la politique (même Seydou Kane le malien homme d’affaires des Bongo s’est présenté aux locales dernièrement pour le compte du PDG alors qu’en même temps il soutenait financièrement IBK au Mali chez lui). La tolérance des gabonais doit avoir des limites. Et les germes de la xénophobie viennent de là. Je ne vois pas un gabonais, même naturalisé sénégalais ou autre, aller faire ce désordre au Sénégal que je connais très bien ou bien encore au Bénin. Il faut comprendre les gabonais.

  17. l'orphelin dit :

    Ya j n vois pas qui sois meilleure chacun cherche a sen richir si oppant ou hommes de avec le mode de vie quil ont pouvait faire de don ou penser au malad sa ns arangerais ou finançait meme la la recerch .gabonais ici étrangers .moi a makate ma ngoye j n connaitni ping miboto Mike c avec nous kil doivent c faire voir et entendre sa m prend la tête c nul

  18. Benoite dit :

    Vraiment, tout un article pour parler de Dossou Aworet. Quel est le probleme avec ce monsieur qu’on traite soudainement d’etranger de manière méprisante. Il est forcément d’origine étrangere . Je ne pense pas qu’il le nie. Sachons que chacun de nous a ses propres convictions, ses choix, ses principes. Si Samuel Dossou Aworet, ayant épouse une Gabonaise en Europe et ayant choisi d’adopter la nationalité gabonaise et d’accoler à son nom, un nom gabonais depuis 1974, quel en est le problème? Ce monsieur a plusieurs enfants qui sont tous de mères gabonaise et dont il s’occupe royalement sans distinction. C’est un homme responsable et il a investi au Gabon.
    C’est quoi gérer le pétrole gabonais. Sachez que le pétrole appartient d’abord aux sociétés qui gèrent leur ressource et l’Etat dispose de sa part en terme de redevance, d’impôts et de petite production en nature.
    Il faut qu’on arrête d’entretenir la confusion. Pensez vous qu’une seule personne puisse gérer une ressource aussi importante, tout seul et l’Etat ne réagit pas.
    Samuel Dossou Aworet n’est pas un rigolo et il est bien gabonais depuis 1974, cela fait 40 ans, c’est pas rien.
    Samuel Dossou Aworet est un diplômé de plusieurs Écoles de renommée . C’est un monsieur discret et bien élevé . Combien de gabonais l’ont déjà rencontré s’exhibant ou se vantant.
    Veut on remettre en cause sa nationalité Gabonaise?
    Nous aussi gabonais avons choisi de nous installer à l’étranger et d’adopter la nationalité de nos pays d’accueil.
    Pourtant, nous allons régulièrement au Gabon pour y passer des vacances , rendre visite à la famille sans que cela choque les autorités ou les ressortissants des pays d’accueil.
    Dossou Aworet n’a pas que travaillé avec Omar Bongo Ondimba, il a travaillé avec plusieurs Ministres, avec des collaborateurs gabonais . Il a créé des choses en tant que Directeur Général des Hydrocarbures, des choses qui survivent aujourd’hui .
    Par ailleurs, pourquoi certaine internautes le lient aujourd’hui à Ping?
    Le débat est effectivement ailleurs. Samuel Dossou Aworet ne doit pas être le toujours bouc émissaire!
    Sincèrement, je n’ai pas compris la comparaison du PR.
    Je reste persuadée que sa discrétion, sa loyauté, sa force de travail paieront toujours pour lui . Il a l’inconvénient d’être noir et africain. S’il avait été blanc venant de l’Occident, les réactions seraient autre.

  19. jean jacques dit :

    Ta Seyi bon commentaire, qui est gabonais? de vrai? tous ceux qui ont les peux claires au gabon queslles sont leurs origines?
    Tout le bruit que les gens font au Gabon c’est pas par ce qu’ils veulent travailler ou ils ont des bonnes idées. certains ont passé tout leur vie en pillant le Gabon, ils n’ont rien fait c’est maintenant qu’ils ont faire quoi? c’est par ce que leurs comptes se vident et ils ont peur de se retrouver même plus un rond pour payer la facture d’eau ou le courant. On a vu Pendi faire la prison pour voler le courant celui qui fêtait les milliards.

    Et les gens étaient déja habitué de faire le bruit et être nommé.

  20. Essigang dit :

    Sans doute , le plus grand nombre des intervenants ici est-il trop jeune pour savoir que monsieur Samuel Dossou avait été débarqué de ses fonctions de directeur général des hydrocarbures après la conférence nationale ,suite aux tracts largement diffusés dans la capitale et à une pression de l’opinion publique qui n’en pouvait plus de le savoir à ce poste en raison de ses origines béninoises
    Et à ce sujet , Jean Ping commet une erreur de communication monumentale ;A vanter les qualités et même les actes posés par ce monsieur à M’paga village, il semble se faire l’avocat d’une des plus grandes humiliations vécues par les gabonais sous l’ère Bongo

  21. Benoite dit :

    Non cher Monsieur Essingang, Samuel Dossou Aworet n’a pas été débarqueé en 1990. Il a quitté la Direction Générale des hydrocarbures en 1992. Pendant la Conférence Nationale, on tapait sur tout le monde, tous les Directeurs Généraux, les Ministre, les institutions. Il faut apprendre à restituer les faits tels qu’ils se sont déroulés au lieu de venir toujours mentir.
    Samuel Dossou Aworet n’a jà mais humilié le Gabon, il faut quand même pas exagérer. Ce que Ping a dit sur dossou Aworet est vrai, vous pouvez le vérifier. On peut détester quelqu’un mais quand il a bien fait, il faut le reconnaitre.
    Quand les blancs vous humilient, vous les gabonais vous êtes contents!!! Tout votre secteur economique est aux mains des blancs. Réveillez vous au lieu de vous tromper de cibles!!
    Samuel Dossou Aworet a quand œuvré pour la création d’une techno structure qu’est la Direction Générale des hydrocarbures avec des dispositions qui survivent aujourd’hui. Alors pourquoi tant de méchanceté et de haine vis à vis de quelqu’un que vous ne connaissez même pas.
    Vous parlez de pression de l’opinion publique, mais laquelle? Les gabonais ne le connaissent pas, ce sont les hommes de pouvoir de Bongo père et fils qui le vilipendent en oubliant qu’ils ont eux même été vilipendes par leurs amis politiques et autres. Au Gabon, les gabonais se pourrissent entre eux, entre ethnies, entre clans, entre familles, entre amis à cause de l’argent et du pouvoir. Mais Dossou n’ est plus dans l’Administration depuis 1992′ qu’y’a t’il encore? Le Gabon n’a pas cessé d’exister que je sache. Le Gabon a toujours son argent du pétrole, mais demandez aux différents TPG et aux banques.
    Dossou n’empêche personne de dormir, de gérer , de faire ce qu’il veut.
    Prochainement, vous aurez son CV complet, vieux et jeunes
    Merci

  22. Benoite dit :

    Ta sévi, bonne analyse.
    Il faut sur ce site des personnes qui disent la vérité pour que nous soyons tous édifiés au lieu de venir déverser nos biles. Il y’a trop de mensonges. Chaque fois que l’occasion me sera donnée , je réagirai que pour dire la vérité. Merci

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW