Entre pluie et vents violents ce 11 avril, la capitale gabonaise a été victime des intempéries. Plusieurs maisons dans dans l’eau ou délestées de leurs toitures.

Chute de l’antenne de Sainte-Marie. © D.R.

 

Arbres tombés à l’Avenue de Cointet. © D.R.

Le jour s’est pourtant bien levé sur la capitale gabonaise le 11 avril. A l’aube, le ciel était clair mais s’est assombri vers 10h, laissant tomber quelques fines gouttes de pluie, suivi d’une pluie torrentielle accompagnée de vents violents.

Tombées sur l’ensemble de quartiers de la capitale gabonaise, elle a fait bien de dégâts. Dans certains quartiers sous-intégrés, la situation a été plus qu’inquiétante pendant quelques heures. Entre inondations et envolées des toitures, certains foyers ont broyé du noir. Les maisons, en plus d’être inondées à cause de la pression de l’eau, ont été dégarnies de leurs toitures à cause de la force du vent. Aucune perte en vie humaine n’a été déplorée, mais les dégâts matériels sont importants. «Tout est dans l’eau en plus le toit a sauté. Qu’est-ce qu’on va faire ?», s’est lamentée une femme au quartier Plein Ciel.

Toitures sur la voie à Belle-Vue2. © D.R.

«Heureusement que c’était la journée. Si ça se produisait dans la nuit pendant notre sommeil, ça devait être vraiment grave», a exprimé un habitant de Belle-Vue 2. Là-bas, la route a été barrée pendant quelques heures tant les toitures ont atterri sur la voie principale. Du côté de l’Avenue de Cointet, la voie était tout aussi obstruée. A défaut d’avoir des toitures envolées, des arbres sont tombés aussi bien sur certaines toitures que sur la voie publique. Le scénario est le même dans plusieurs autres quartiers de Libreville. A la Cathédrale Sainte-Marie, la “Radio Sainte-Marie” a été la victime collatérale du vent. Arraché du sol, son pylône a entraîné la chute de l’antenne détruisant au passage une voiture et un édifice.

Si les différents sinistrés s’apitoient sur leur sort, d’aucuns se demandent à quoi servent les services de météorologie. «On sait bien que la météo ne peut pas empêcher de tels dégâts, mais au moins les météorologues peuvent faire des alertes. Ça aidera beaucoup», a exprimé un habitant du Pk7.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW