Sous le titre «Jean Ping quitte le Front se présenter en indépendant», une parodie mal intentionnée de Gabonreview a été publiée sur Facebook par un certain Didier Boussougou. Il n’en est rien et Jean Ping était bel et bien à une réunion du Front ce 13 mai 2015.

Intox : le montage malsain de Didier Boussougou. ©

Intox : le montage malsain de Didier Boussougou. ©

 

Mauvaise blague, humour incongru et surtout intox nauséabond que le post sur son mur Facebook d’un certain Didier Boussougou, repris par Oxi Mavioga, avatar d’un personnage masqué, populaire et consacré à la défense de l’Emergence à la gabonaise sur ce réseau social. Détournant, par un montage infographique, une page de Gabonreview, ces reseauteurs ont annoncé, ce mercredi 13 mai, que «Jean Ping quitte le Front pour se présenter en indépendant», ajoutant : «parce qu’il se sent marginalisé par l’ethnie Fang qui est majoritaire dans ce groupe.» Mais, dans les faits, Gabonreview n’a jamais publié un article faisant état d’une rupture de Jean Ping avec le Front de l’opposition pour l’alternance.

Le canular nous aurait peu importé si le pastiche n’était une capture d’écran de Gabonreview, avec notre logo, la reproduction des caractéristiques essentielles de notre présentation et la signature de l’un de nos journalistes. Bien évidemment, l’article de contrefaçon n’étant pas de Gabonreview, les auteurs de la parodie ont pris les devants en prétendant que «sous la pression de Jean Ping, le site Gabonreview a retiré l’article évoquant du départ du gourou (Ping) du Front. ça chauffe dans le camp de l’opposition…»

Rien de tout cela n’est vrai. Aucun des 7000 abonnés du Bulletin d’infos matinales de Gabonreview, notre newsletter quotidienne envoyée à 2 heures du matin avec toute notre production quotidienne, n’a reçu cette fausse information, d’ailleurs démentie par les membres du Front au sortir d’une réunion à laquelle prenait part Jean Ping, ce 13 mai 2015. Très peu de personnes sur Facebook ont d’ailleurs pu croire à cette parodie. La tradition sur ce réseau social étant de partager les liens hypertextes des articles qu’on voudrait faire connaître, plutôt que des captures d’écrans.

«La parodie est l’imitation satirique d’un texte en le détournant de ses intentions finales afin de produire un effet comique, elle n’est cependant autorisée que si elle révèle une intention humoristique évidente, si elle n’engendre aucune confusion», explique Agnès Tricoire, avocat à la cour, spécialiste en propriété intellectuelle. Le pastiche de Gabonreview ce matin n’avait de toute évidence aucune intention humoristique. Il visait la confusion et tient de ce qu’on nomme l’intox. Le fait a été signalé aux administrateurs de Facebook. La prochaine fois, nous agirons autrement. Il y a dans nos carnets d’adresses bien de hackers et surtout de bons crackers qui savent très bien jouer à ce petit jeu malsain. A bon entendeur…

 

 
 

24 Commentaires

  1. maganga dit :

    Merci et bravo Gabonreview pour cette mise au point. De tte facon personne nest dupe

  2. jean-jacques dit :

    Que ce chinois reste ou quitte leur cercle , il n’a pas la capacité ou la force de battre un candidat du PDG. il compte sur Libreville et port-gentil pour gagner l’élection en 2016 ? Soyons serieux, il ne faut pas rêver, Libreviil seul l’opposition ne pourra pas obtenir 100% port-gentil la même chose. Tandis que le candidat du PDG si ce parti presenterait un candidat. Ogooué pourrait faire un 100%, Haut-Ogooué 98%,Ogooué Ivindo 80%,Rien que les provinces l’opposition est déjà en situation de la defeite.
    Dans la Ngounie, chez ce Moukagni,les pourcentages seront divisé. C’est ça la situation geopolitique du Gabon, c’est pas les declarations en France que va vous voter.

    • Ciel dit :

      JJ, informe toi sur la répartition de la Population! celui qui a perdu dans l’Estuaire ne peut être PR! et l’on sait que notre parti de masse a perdu le nord, le sud est divisé comme tu dis, la réalité est telle que si l’on s’en tient aux urnes nous (PDG) n’avons pas de chance.

      • Bassomba dit :

        Désolé, ce n’est pas une affaire de qui a remporté dans une province ou pas, c’est une affaire de pourcentage. Imaginez un candidat qui n’est premier nulle part, mais est deuxième dans la majorité, voire toutes les provinces, pendant que le premier d’une ou deux provinces est cinquième, voire pire ailleurs; la constance du deuxième lui assurerait une victoire inattendue!

    • Francken dit :

      Jean jacques tais toi quand on parle des choses de notre pays!

    • Coolmann dit :

      jean-jacques, à la lecture de ton commentaire je me demande si t’es une personne normalement constituée. Les faits sont là et montrent que votre parti les Gabonais n’en n’ont qu’à foutre! A moins que tu ne le saches, votre parti n’a plus jamais remporté une élection au Gabon de 1990 à nos Jours. Relis-toi un peu et je suis sûr que tu dois te demander dans quel état tu étais quand tu rédigeais: manque de logique et d’objectivité, comme si tu vivais dans une atmosphère de carence mentale! Sinon avec un bon niveau d’études tu t’exprimerais autrement et avec beaucoup de respect pour les gens de la trempe de M. Jean Ping

  3. Bassomba dit :

    N’empêche que ce n’est pas loin du possible. Le Front n’étant pas un parti politique (aucune valeur juridique) ne peut présenter de candidat. Si Ping se présente ce sera sûrement en indépendant, vu qu’il n’appartient à aucun parti politique.

  4. Marcel gomez dit :

    Ah laisser sa on vous connais c’est fait vous ne pouvez plus rien on a compris faut pas nous embrouiller la et la encore on n’a vue a la conférence de Moukagni il était assis derrière comme un petit malheureux trop triste égéen monsieur ping fallait aller faire vos affaires tranquille en France et gagner votre argent vous voilà déjà dans des histoires qui ne vous rapporte rien de bon appart humiliation et injure toi qui fut un grand homme pitié

  5. Kombila dit :

    Si notre président sait qu’il va rempiler avec toute la facilité qu’il imagine, pourquoi prendre des écarts avec la loi ? Aujourd’hui ou demain, la loi sera toujours la loi ; les faits resteront les faits et pour ceux-ci la prescription ne peut être évoquée avant vingt ans. Le piratage des journaux de l’opposition témoigne-t-il du manque d’imagination qui caractérise les génies qui conseillent ou gravitent autour du président ? Pourtant il y a tant à prouver, avec toutes ces affaires, aussi bien judiciaires que politiques, qui pendent au nez d’ABO !

  6. NORBERT EPANDJA dit :

    A mesure que l’élection présidentielle approche, les émergents qui tiennent à se maintenir au pouvoir par tous moyens multiplient l’intox. Malheureusement pour eux, le peuple gabonais a déjà ouvert les yeux. Alors, qu’ils trouvent d’autres stratégies plus scientifiques. NORBERT EPANDJA.

  7. ongouo alphonse dit :

    De mieux en mieux !

    Dans une République des délinquants au sommet de l’Etat, le voyeurisme est la norme. Cet acte rejoint diablement le piratage des journaux la loupe et l’aube. Pour tout dire, il y a lieu de lire : “C’est le diable qui l’a fait”, la tribune de Me Paulette Oyane Ondo parue dans LA LOUPE le 12 mai 2015, pour comprendre le diable qui nous gouverne et nous terrorise. Comment mettre fin à tout ceci?

  8. kalash dit :

    C’est quand même curieux,il semblerait que la peur a déjà changé de camp et gagne chaque jour le camp en face. Que M. Ping décide d’aller en électron libre, en quoi cela constitue un événement??

  9. ya kiakia dit :

    Prêcher le faux pour obtenir le vrai ! En face on ne dort plus du sommeil du “juste” !!!!!

  10. Gabonais autrement dit :

    De toutes les façons, il y a un peu de vérité dans cette fameuse intox, sauf pour ceux qui refusent de voir la réalité en face. Ce front avant tout tribale, de par sa base, et que Casimir Oye Mba s’oppose à une candidature de Ping au profit d’un des leurs.

  11. Hatshepsout dit :

    Franchement, c’est tout ce que les criminels qui gèrent ce pays trouvent pour contrer la dynamique de l’opposition? Pourquoi ils ne démontent pas les arguments qu’on leur oppose : élections truquées, recettes publiques détournées, écoles publiques en piteux état, hôpitaux en piteux état, économie inexistante. Tchiip, mais comment peut-on aujourd’hui soutenir ce régime??? C’est vraiment désolant

  12. manz dit :

    Si un gabonais peut être influencé ou changer de camp du jour au lendemain, cela signifie simplement qu’il ne sait pas ce qu’il veut.

    Si un gabonais considère encore l’ethnie comme critère de vote, cela signifie qu’il ne comprend pas ce que veut dire élire un Président de la République.

    Nous sommes responsable de tout ce qui peut nous arriver ou de la manière avec laquelle nous sommes traités.

    – Comment accepter 19 candidats à une élection présentielle ?
    – Comment accepter qu’un candidat désiste à deux jours des élections ?
    – Comment accepter autant de promesses non tenues ?
    – Comment accepter autant d’impunités sur les crimes rituels ?
    – Comment accepter qu’un président ne puisse se justifier une bonne fois pour toute avec un test ADN ?
    – Comment accepter q’une compagnie puisse avoir des intérêts dans tous les secteurs économiques d’un pays ?
    – Comment accepter q’une telle compagnie appartienne aux membres et aux enfants des mêmes personnes ?

    Tous ces acteurs au pouvoir qui ont trempé dans le système et qui sont liés par des intérêts financiers ou des relations familiales, ces acteurs qui ont déjà démontré pendant plusieurs décennies qu’ils ne sont pas compétents. Vous les voulez au pouvoir en 2016 sans donner vos conditions. Les faits sont là, avez-vous des exemples d’hommes politiques qui ont eu la volonté de développer ce pays.

    N’est ce pas un scandale qu’un sénateur en France viennent soutenir le Président de la république en évoquant le fait que le Président est son neveu ?

    On accepte tout et son contraire dans ce pays.

    Avant de parler de politique ou de l’échéance de 2016.
    QUE VOULONS-NOUS ? QUELLES SONT NOS PRIORITÉS ?

    • Fille dit :

      Très bonne question. Mais la masse comprend-elle ce genre de questionnement ? Et pourtant si on tente d’y répondre, oh mon Dieu, qu’on est loin du compte. Il est temps de se reprendre.

  13. monefang dit :

    Le pdg pour déstabiliser la vrai opposition parle toujours de l’ethnie fang comme quoi les fang veulent s’opposer en leadership.En 2009 ils ont parlé du tout sauf les fangs.
    Mes amis je vous dis que le peuple gabon vous a bien découvert.Me Moukagni, Me Myboto, Me Ping…ne sont pas fang mais puisque vous voulez parler du repli identitaire, je vous dis qu’ils ont le total soutien sans reserve de cette ethnie partant du woleu, Moyen Ogooue, de l’estuaire à l’ogooue Marime.les miénès, les punu, les nzebi… repondend présent dernière ces frère du pays.j’ai par contre honte de cette minorité absolue des gabonais qui n’ont pas encore compris l’intérêt supérieur de notre pays.vous servez boa et en retour il se moque de vous avec sa légion étrangère.pitié de vous hein.vous gagnez quoi en publiant des fausse informations…ça fait pitié hein.

  14. le Conseiller dit :

    Chers amis, je vous serai reconnaissant de soumettre notre volonté aux mains de Dieu. “Nul n’est méchant volontairement” disait un homme de lettres. Si donc, ceux qui critiquent le pouvoir actuel et qui étaient eux-mêmes dans le même régime et se sont “réveilles”, après avoir quitté ce même pouvoir, il faut réfléchir. Car il se pourrait bien qu’ils reviennent à ce même pouvoir un jour, avec la même méchanceté ou pire! Le pouvoir actuel n’est que le fruit de sa propre perversion, pourquoi nous en étonné à la phobie, au lieu de penser le plan B?! Si on n’est pas méchant volontairement, cela veut dire, que quelque chose se passe quand nous sommes appelés à juger ou à rentrer en jugement vis-à-vis de l’autre. Aussi, le “pouvoir” tel une somme d’argent, doit attirer notre attention (notre conscience) dès que nous l’avons, avec beaucoup de retenues sinon, au moment de son épuisement, il nous pousse à nous déposséder de nous-mêmes et enfin, de poser des actes à la démesure. Qui, comme Dieu, peut prévoir le pour et le contre sans démesure?

  15. Manzo sinandong dit :

    Ils ont peur de monsieur ping. Mais sachez que le peuple votera le candidat qui sortira du camp de la vraie opposition qu’il soit fang,myene, punu,dzebi ou pygmée.

  16. YOVE dit :

    L’intox dont il est question dans cet article indique à quel point Jean PING est le croquemitaine aux yeux du pouvoir en place. Et cette manoeuvre semble être le prélude d’une campagne qui prendra sûrement, dans un avenir proche, des formes variées. Le front doit le savoir, pour ne pas se laisser avoir. Quant au peuple d’opposition, il a le devoir de se former à l’analyse politique, non pas pour que chaque citoyen se drape du statut de politologue, mais pour se poser de bonnes questions sans lesquelles il ne saurait y avoir de bonnes réponses; comme vient de le faire Manz sur ce forum. Vigilance donc!
    Par ailleurs, il est vraiment temps que le front se dote d’une chaine de télévision diffusée par satellite. Ceci est une urgence.

  17. LA RÉVOLUTION EQUATORIALE SE PRÉPARE DÉJÀ

    Le PDG reste un grand parti , Mais est ce que notre parti de masse peu réellement gagner une élection au GABON sans des manœuvres a le favorisé ? Nous comptons sur la volonté du chef de l’Etat ALI 9 et LA Communauté international d’organisé une élection présidentiel crédible dans notre pays .

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW