Une sorte de question préjudicielle a été posée au ministre des Affaires étrangères, le 30 octobre à l’Assemblée nationale, avant l’examen du projet du budget 2013 de son ministère. Elle concerne le retrait, depuis le début de XIIe législature, des passeports diplomatiques aux membres du parlement. N’ayant pu y répondre, Emmanuel Issoze Ngondet a été renvoyé à ses chères études.

Passeport gabonais

Emmanuel Issoze Ngondet, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale, de la Francophonie, chargé du Nepad et de l’Intégration régionale, n’a pu défendre, le 30 octobre, son projet de budget, exercice 2013 à l’Assemblée nationale. Les députés ont brandi le principe du respect des lois et surtout le leitmotiv «le Gabon est un État de droit» pour le renvoyer sans l’avoir auditionné.

En réalité, les élus du peuple reprochent au ministre des Affaires étrangères sa décision de ne plus appliquer le texte accordant notamment aux parlementaires le bénéfice du passeport diplomatique, à l’exception des membres des Bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat. Interrogé sur la question en septembre dernier, Luc Marat Abyla, le président du groupe PDG à la Représentation nationale, avait esquivé en soutenant que la défense des droits et intérêts des députés incombe au bureau directeur de l’Assemblée nationale.

Comme s’il s’agissait d’une question préjudicielle, Mme Albertine Maganga Moussavou, élue du canton Ngounié pour le compte du Parti social démocrate (PSD), est montée au créneau, à ce sujet, pour exiger du ministre des explications sur la suspension du décret fixant le régime de délivrance, de prorogation et de renouvellement des passeports diplomatiques et des passeports de service. Pour les députés et à juste titre, il n’y a qu’une loi pour abroger une autre loi et un décret pour abroger un précédent décret. Avec un relent de véhémence, de nombreux élus ont demandé à Emmanuel Issoze Ngondet, de brandir le décret abrogeant celui du 10 mai 2000 (n°349/PR/MAECF), l’accusant d’avoir unilatéralement privé les membres du parlement du droit aux passeports diplomatiques.

Les réponses du ministre ayant été peu convaincantes, les députés, qui estiment que si les lois ne sont pas respectées il est inutile d’examiner le projet de budget du ministère des Affaires étrangères et même de voter la loi de finances pour l’année prochaine, ont renvoyé le ministre, lui demandant de fournir la preuve de l’abrogation du décret revendiqué ou de l’appliquer. Emmanuel Issoze Ngondet est donc ressorti du palais Léon Mba sans avoir présenté le projet de budget de son ministère pour 2013.

Les députés ont donc privilégié la défense de leurs intérêts personnels au détriment du fonctionnement normal des institutions. S’il est devenu commun d’entendre proclamer «le Gabon est un État de droit» et de voir que ceux qui le clament ne respectent pas toujours la loi, on n’a pas souvenance de ce que les députés soient un jour monté au créneau pour exiger le respect de la loi. Doit-on donc comprendre que les intérêts du parlement gabonais sont d’abord les intérêts privés de ceux qui y siègent ? Tout le monde a pourtant une conviction intime : le ministre des Affaires étrangères ne peut avoir décidé de son propre chef de suspendre la délivrance des passeports diplomatiques aux parlementaires et aux membres d’autres institutions concernés par le décret dont il est question. L’ordre vient assurément d’ailleurs. Alors ?

 
 

12 Commentaires

  1. Mulumbu dit :

    Mais où est cet ordre, c’est je crois ce que les députés disent…
    «Les députés ont donc privilégié la défense de leurs intérêts personnels au détriment du fonctionnement normal des institutions» ce n’est pas juste de dire cette phrase dans la mesure où il ne respecte pas les lois. A quoi sert aux députés de voter lorsque leur décision est ignorée.
    Si la défense des intérêts sectaires entrainait au respect de toutes les lois et intérêts, je y souscris.

  2. Alain dit :

    Au parlement gabonais, le débat n’existe que lorsqu’il s’agit de leurs intêrets.

  3. NGUEMBI Florentin dit :

    ainsi va le gabon!matchibi ho!

  4. moi makaya dit :

    c’est maintenant que vous vous rendez compte? nous makaya nous avons dépassé l’étape la depuis, nous ne crions plus au scandale, qui ne sait pas que le politicien est un menteur? il y a une attitude à adopter quand on est en quête de voix pour sa réelection et une autre lorsque c’est fait. “le gabon est un état de droit pourquoi la route de cocobeach n’est toujours pas goudronée? allé retourné à votre ministère et pensez y” ah je suis entrain de rêvé, si les députés pouvaient défendre ceux qui leur ont donné ce poste je pense que le pays avancerait un peu mais sûrement

  5. gabonais dit :

    Le PDGistes prennent le pays en otage et le ruinent pour des siècles.

  6. Le Trés Respectable Frère dit :

    Si avec <>, le gouvernement bafoue les lois, combien de fois avec le gabonais lambda que nous sommes. Les députés ont la force de pouvoir faire plier le gouvernement, leurs avantages vont être rétablis. En clair, la Loi c’est pour les plus forts.

  7. Le fils de la Veuve dit :

    Bien fait pour la geule de ces “députés” qui cautionnent tous les dénis de droit d’Ali Bongo. La prochaine fois il dira qju’il leur retire leurs femmes ou leurs enfants…. Que ces gens aient un peu le courage de se battre pour leur pays, au lieu de tout subir et ne se lever que quand ce sont leurs intérêts personnels. Drôles de députés qui acceptent que l’on bafoue la souveraineté du peuple mais ne croient qu’en leurs intérêts personnels… Pitié pour eux…

  8. Otouloua dit :

    On sait très bien qu’au fond, la majorité de ces députés ne représentent qu’eux-mêmes.
    Il faut la dissoudre cette assemblée narcissique !

  9. just dit :

    Quelle honte pour les députés! La vie chère, on ne les voit pas. La galere pour le transport urbuain, on ne les entends pas, le logement que suiiiiiiiiii, etc… Maintenant pour leurs interets personnels ils demandent l’application des lois. Le peule qui les a élu souffre pendant qu’ils revendiquent leurs privilèges. Mon Dieu, à dire quil ya encore les gens qui se bousculent aux legislatives pour eux. C’est dommage !

  10. ni lire ni écrire dit :

    C’est quand même incroyable que personne ne pose la question de savoir si dans un seul autres pays au monde les parlemntaires ont des passeports diplomatiques !! On croirait que le Gabon est sur une planète différente. Bientôt Disney y tournera le prochain épisode de la guerre des étoiles, avec le monstre des marais et des députés-diplomates !

  11. Luc demaillor dit :

    Ni Isoset, ni les parlementaires. Dans un Etat qui se veut serieux une decision venant de qui que se soit, ne pourrait en aucun cas abroger un decret… Ca n’existe qu’au Gabon… Par ailleurs, qui a pu rever un jour au Gabon que les deputes sont la pour les interets du plus grand nombre? Ce sont leurs interets personnels qui passsent avant tout. Le refus d’auditionner Isoset, est, s!il en etait besoin, un cas ediffiant a ce sujet. Que de la MEMETE !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW