Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé le 10 août, pour désigner les représentants de la société civile appelés à accompagner le Gabon dans son processus de réintégration à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI).

© cloudinary.com

 

Dans le cadre du processus du retour du Gabon au sein de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI), un appel à manifestation d’intérêt «ouvert, concurrentiel et transparent» vient d’être lancé en faveur des Organisations de la société civile (OSC). L’objectif est de désigner les représentants de la société civile appelés à siéger au sein du Groupe d’Intérêt (GI-EITI Gabon).

«La présente démarche est effectuée conformément aux dispositions du Protocole relatif à la participation de la société civile contenue dans la norme EITI 2019», a précisé le Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance (ROLBG), le 10 août. Cet appel à manifestation concerne prioritairement les organisations exerçant dans les industries extractives (pétrole, gaz, manganèse, or, diamant), la gouvernance, la transparence, la lutte contre la corruption, l’enrichissement illicite, les droits de l’Homme, l’environnement et le genre.

Précisant que la date limite d’envoi des lettres de motivation est fixée au 13 août à 16h00, le ROBLG, association-membre de l’EITI, a annoncé qu’«un comité de sélection se réunira le mercredi 14 août et communiquera la liste restreinte, des organisations retenues pour accompagner le processus au Gabon».

L’identité des OSC retenues sera dévoilée au siège de l’Observatoire de la promotion du développement durable des produits et des services des industries du Gabon (Oddig), dans la commune d’Akanda. «Le 15 août à 11h00 au siège de l’Oddig à Sherko, est prévue une assemblée générale destinée à la divulgation officielle et en dernier ressort des personnes devant représenter la Société civile au Groupe d’intérêt multipartite EITI Gabon», a conclu le ROLBG.

Le Gabon a été suspendu en 2013 de l’EITI, pour dysfonctionnement de son Groupe d’Intérêt (GI-EITI Gabon). Entre temps, la corruption s’est généralisée à l’ensemble du secteur minier. Depuis 2015, la société civile se bat pour la réadmission du pays pour la promotion d’une gouvernance ouverte et redevable des ressources pétrolières, gazières et minérales.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW