Si certains espéraient de lui qu’il propose de nouvelles solutions pour sortir de la crise politique s’étant exacerbée depuis les ennuis de santé d’Ali Bongo, dans son adresse aux Gabonais, le week-end écoulé, l’ancien candidat à la présidentielle de 2016 n’a pas fait mieux que lors de ses précédentes sorties. Il s’est contenté de répéter les rumeurs véhiculées sur les réseaux sociaux sur la vacance de la présidence de la République.

Jean Ping, le 30 mars 2019, à Libreville. © D.R.

 

Prononcé, samedi 30 mars, le «discours à la nation» du leader de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) n’a pas véritablement satisfait les attentes des partisans de l’aile dure de l’opposition. Sans rien ajouter aux sorties précédentes, l’ancien candidat à la présidentielle de 2016 a choisi de s’étendre sur une des nombreuses rumeurs diffusées sur les réseaux sociaux depuis la fin des législatives : le transfert des pouvoirs du président de la République à Faustin Boukoubi. Rien moins que ça.

À en croire Jean Ping, une énième révision de la Constitution serait actuellement en projet, qui viserait à transférer le pouvoir au président de l’Assemblée nationale plutôt qu’à la présidente du Sénat au cas où serait constatée la vacance du pouvoir au sommet de l’État. Convaincu de ce que cette rumeur est fondée, l’ancien candidat à la présidentielle d’août 2016, crie à la «déstabilisation des institutions de notre pays» et prévient : «Cette nouvelle tricherie inadmissible ne résoudra en rien la crise dramatique que traverse le Gabon. Elle ne fera que l’exacerber. Et nous continuerons à déployer toutes nos forces pour nous opposer à tout projet qui bafoue la souveraineté du peuple gabonais.»

Reprendre le vote annulé en 2016

Si Jean Ping semble croire tout ce qu’il se raconte sur les réseaux sociaux et se susurre dans les salons feutrés de la capitale, plus de deux ans après la dernière présidentielle qu’il assure avoir remportée, le leader de la CNR semble également croire qu’il est encore possible de revenir sur cette élection. À défaut d’exiger que les voix soient à nouveau comptées, l’ancien challenger d’Ali Bongo appelle à reprendre le vote annulé en 2016 dans 21 bureaux du 2e arrondissement de Libreville. De même, disant tenir au respect de la loi, il souhaite que soient confrontés, «bureau de vote par bureau de vote», les procès-verbaux de la province du Haut-Ogooué, où le candidat du PDG l’avait emporté par un score soviétique.

Pour beaucoup, cette dernière sortie de Jean Ping n’a rien apporté au débat actuel. L’opposant leur semble désormais incapable de proposer d’autres solutions pour sortir de la crise politique s’étant exacerbée depuis les ennuis de santé d’Ali Bongo. Ce qui pourrait justifier que la plupart de ses compagnons de 2016 se soient peu à peu détournés de lui, l’image de Guy Nzouba Ndama, le président des Démocrates, qui a récemment créé sa coalition, la Coalition démocratique de l’opposition (CDO).

 
 

22 Commentaires

  1. Merriane dit :

    Face aux présidents actuels des pays souvent: Congo Brazzaville, Guinée équatoriale, Cameroun,Burundi,Ruwanda, Venezuela, la voie des urnes pour l’alternance au pouvoir est une utopique. Tu avais tous les moyens pour prendre ce pouvoir de force. Ton entourage était garnie et est toujours garnies des militaires qui connaissent mieux le terrain que les portes galons que nous voyons dans les bars. Je pense que tu as tout perdu. Le poids de l’âge se fait sentir. Cet Ali et surtout son entourage ne te laissera jamais assumer les fonctions présidentielles malgré ta victoire.

  2. CHRISTINE Madeleine dit :

    Guy Nzouba Ndama espère QUOI en créant une nouvelle coalition ? Pauvre type !!!

  3. Eternité dit :

    Monsieur PING…libérer la ligne et prenez votre retraite !!! vous n’aurez jamais fait un bon Président car vous êtes incapable de prendre des décisions fortes et d’entraîner avec vous le peuple Gabonais!! Vous etes un homme indécis et tres frileux, vous le savez que vous n’avez pas été capable de demander aux gabonais de tenir la rue apres aout 2016…et vous etes toujours incapables de nous motiver en 2019 mis à part parler de la vacance !!
    Le pouvoir ne se donne pas, il s’arrache !!!
    Le peuple vous a donné sa bénédiction en 2016, mais vous n’avez jamais ete à la hauteur pour vous battre pour cette victoire !!!

    A ceux qui vont repondre à mon post..je ne suis pas Pedegiste ni pro Ali, mais que chacun fasse tomber les passions et analyse le comportement de monsieur PING depuis aout 2016.. est celui d’un vainqueur ou celui d’un soumis qui agis par parcimonie ?

    • Léon Nkogue dit :

      Tu veux qu’il se batte comment ? En envoyant les gabonais dans les rues pour se faire massacrer par les milices de la dictature BONGOISTE soutenue par la France ? Pauvre type. Heureusement qu’il n’a jamais donné un tel ordre. Et c’est aussi cela la sagesse du vieux Jean Ping.

  4. Nzam Ata dit :

    Ce monsieur n’est capable de rien.Il y est arrivé pour sauver ses affaires ,mais pas pour mettre sur pied un projet pour le Gabon..

  5. Nemo dit :

    Vous avez parfaitement raison Eternité. Ping est un couard,près de trois ans après 2016, il est toujours en train de réclamer sa victoire.A quoi sert le fameux carnet d’adresses qu’il prétendait avoir? Eh oui! Le pouvoir s’arrache et ne se donne pas mon cher Ping.

  6. Observateur+ dit :

    Le pouvoir qui se prend par le biais des armes ne paie jamais. Le Vieux OBO disait ceci : mains blanches je suis venu, mains blanches je partirai. Autrement dit je ne suis pas venu au pouvoir par les armes et je ne partirai pas du pouvoir par les armes. Mieux, celui qui tue par l’épée mourra par l’épée. C’est certainement ce que le vieux Ping a compris…

    • Eternité dit :

      @Observateur… OBO etait un démagogue et ne respectait pas les “vertus” qu’il prônait aux autres !! OBO était militaire est est arrivée au pouvoir en 1964 après le fameux coup d’Etat ( il apparaît dans les archives à ce moment là ); ensuite je ne vous apprendrais rien des assassinats politiques du Régime OBO et des morts suites aux différentes élections truquées !!! si le Gabon etait un etat democratique le nom de OBO serait voué à l’oubli et retiré de l’histoire de notre pays !!

      PING n”a rien compris car il n’a aucune volonté de faire respecter le vote des gabonais..ce Monsieur n’a aucune volonte politique ni aucun charisme

      • Jean Neymarre !!! dit :

        Vous avez oublié de dire que c’est Ping qui vous empêche aussi de faire tout ce que vous lui reprochez de n’avoir pas fait en fait pour résumer vous n’êtes pas très loin de celui que vous pourfendez je vous plains

  7. BEYEME dit :

    C’est vrai que nous attendons beaucoup du Président PING, et je joindrais Eternité sur son raisonnement. Il faudrait que Mr PING évolue dans sa démarche, changer de discours, maintenir la flamme des années 2014, 2015 et surtout 2016 en s’appuyant sur les données actuelles.
    Tenez, regardez ce que l’AJEV est entrain de faire, préparer le terrain pour 2023 en plaçant aux postes clés de l’administration publique et parapublique ses pions. Vous comprenez par là qu’il actuellement 2 blocs qui veulent s’accaparer du Gabon: PDG et AJEV. Vous me direz certainement que je suis hors sujet, mais hélas…
    Revoyez votre position, discuter avec le président Guy NZOUBA NDAMA sur la stratégie à adopter pour nous sortir de cette galère qui s’annonce pire. Fédérer autour de vous les jeunes cadres qui commencent à douter, à perdre espoir.

  8. Serge Makaya dit :

    Faut-il vous rappeler que OBO et BOA sont arrivés au pouvoir avec la “bénédiction” de la France ? Et vous savez bien que cette même hypocrite France ne veut pas de Jean Ping qui a pourtant gagné les élections présidentielles de 2016. Pauvres gabonais aveugles…

  9. Barbe dit :

    Ping a recouru toutes les voies, il a trébuché là où il n’a pas voulu l’affront et pourtant il avait toute la population derrière lui, il lui suffisait juste un peu de résistance armée ces voyous devaient fuir. Pour déloger ces voyous il faut de la rébellion et comme ça la France interviendra en tranchant l’affaire.
    Sinon M. PING est à supporter, c’est un homme bien qui peut rendre les Gabonais heureux.

  10. Ulys dit :

    Vous ne voulez plus de Jean Ping pourquoi ? Il est pourtant bien le vainqueur des élections présidentielles de 2016 ? Qu’est ce que ça nous coûte que d’essayer avec lui pour le peu d’années qui reste encore avant 2023 ? Il n’a jamais été président. Il a gagné la présidentielle de 2016. Qu’il prenne le pouvoir pendant les 4 ans qui reste et on le jugera pour son travail. Ça ne coûte rien d’essayer. On verra bien son travail.

    Je préfère ça que d’aller encore à une élection présidentielle avant 2023. Car je sais que la France voudra enco re tricher et faire porter le chapeau aux Bongo ou PDGistes et émergents. Vous comprenez ? Jean Ping, président jusqu’en 2023. Et avec lui, faisons tout pour asseoir les bases de la nouvelle république.

    • LeGabonais dit :

      ” Qu’il prenne le pouvoir pour les quatre années qui restent…”. L’équation semble vraiment simple. Vous ne dites cependant pas par quel miracle: tranquillement assis dans son salon, hein ??? Jusqu’à preuve du contraire,je suis de ceux qui pensent que le père Ping est coincé.

  11. Nzam Ata dit :

    Même un chien pouvait battre Ali Bongo .Il n’y a aucun mérite à accorder à Ping,parce que les gabonais dans leur majorité sont avide de changement ,cinquante ans des Bongo c’est excessif.Comment comprendre que tous ceux qui ontprès de soixante ans aujourd’hui ne connaissent que cette famille avec les ravages qui accompagnent cette situation.Le problème est celui-là ,il faut être “bête” comme le pdg pour penser autrement.

  12. Kabore Michel dit :

    Considérez Jean Ping comme un président de la transition à une nouvelle république. Il ne durera pas au pouvoir et Noé voudra même pas durer au pouvoir, vu son âge actuel. C’est la personne de transition idéale pour votre pays le Gabon. Et je crois que lui donner la possibilité d’assurer cette transition politique avant l’avènement à une nouvelle république, il sera très reconnaissant au peuple gabonais.

    Enfin ! ce n’est qu’une proposition d’un modeste burkinabé. A vous de voir. Mais sachez que c’est un vieil homme plein d’expérience. Cet homme le mérite, puisqu’il a gagné les élections présidentielles de 2016. En lui donnant le fauteuil présidentiel usurpé par Ali Bongo et son défunt père (Omar Bongo) depuis plus de 50 ans, c’est tout un symbole que vous faites aussi de toutes ces élections présidentielles usurpée par la famille Bongo avec le soutien de la France. Comprenne qui voudra…

    Burkinabé vivant au Gabon, Kabore Michel.

  13. cotribution dit :

    Mr PING est tenu en respect par la France et plus précisément par son représentant au Gabon, l’ambassadeur de France. A chacune de ses sorties, il doit faire attention pour ne pas placer un seul mot qui va dans le sens contraire des intérêts de cette France, afin de ne pas s’attirer les foudre de son maitre local, l’ambassadeur de France. A chaque fois que Ping annonce une déclaration ou un rassemblement, l’ambassadeur de France l’appelle pour demander de lui faire d’abord connaitre le contenu du message qu’il veut faire passer. N’attendez pas que ce Ping vous demande de vous soulever contre le pouvoir dictatorial qui vient encore de supprimer la bourse des étudiants et de baisser les salaires déjà misérables des gabonais (tout en conservant les milliards pris par eux même, les seydou kane, Liban, accrombessi et madame et belles sœurs…),car la France et son représentant local, l’ambassadeur lui ont ouvertement menacé de le traduire devant la CPI.
    Comme la France sait que le peuple se reconnait beaucoup en Ping par ce que c’est véritablement lui qui a gagné les élections(d’ici là il ne restera plus grand monde avec lui; c’est aussi le but visé par la France),ils lui font obligation de prononcer à chaque fois des discours qui font croire en une victoire imminente et à son installation à la présidence, alors qu’il n’en est rien. N’avez-vous pas remarqué qu’à chaque fois que la tension semble se cristalliser et qu’on s’approche d’un soulèvement, Ping vient prononcer un discours qui fait croire au peuple qu’il maitrise toujours la situation, qu’il est toujours en résistance et que bientôt il prendra le pouvoir? C’est l’œuvre de la France et de son ambassadeur local! Le message sous-jacent que cachent toutes ces déclarations insipides de Ping c’est : “ne vous soulevez pas, n’entreprenez rien pour vous libérer car c’est contraire aux intérêts de de la France et attendez que la France décide”!
    Il endort le peuple en leur faisant croire à une victoire imminente alors qu’il n’en est rien. Et de bientôt en bientôt…., ca ne viendra jamais!

    En fait la France et son ambassadeur sont tout simplement entrain de se servir de ce Ping pour saboter et inhiber toute action libératrice spontanée et incontrôlée pouvant venir du peuple lui même (civile comme toute autre), et dont l’une des conséquences serait de placer la tête du pays quelqu’un qu’ils ne maitrisent pas (c’est ce qu’ils redoutent le plus)! Sa déclaration du samedi 30 mars n’est qu’un déroulé de ladite stratégie. En fait cette déclaration avait pour but de refroidir l’ultimatum du groupe des 10 qui venait à expiration le lendemain (le 31 mars).
    la France et son ambassadeur redoutant que les 10 ne conduisent un soulèvement à l’expiration dudit ultimatum, lui ont demandé de faire une déclaration en vu de dissuader les gabonais à suivre ce groupe des 10, au cas ou ces derniers lançaient un appel au soulèvement. Voilà pourquoi dans son discours il dit (je paraphrase): “pour la libération du Gabon, il n’y a pas d’autres alternative qui tienne si ce n’est la reconnaissance de sa victoire, ou la reprise des élections dans les 21 bureaux de vote”. Dans son discours,curieusement il ne fait même pas mention dudit appel qu’il avait pourtant soutenu dès son lancement.
    En réalité, cette déclaration de Ping (au vu même du timing choisi; à un jour de l’expiration de l’ultimatum des 10), avait pour but de saboter les mots d’ordres qui pouvaient être lancés le lendemain; c’est à dire à l’expiration de l’ultimatum des 10. Cette déclaration avait pour but réel de dissuader les gabonais à se mobiliser autours des orientations que pouvaient lancer les 10 à l’expiration de cet ultimatum! La France et le milieu affairiste Français au Gabon avaient très peur de cet appel ; voilà pourquoi ils ont pris la décision une semaine avant de faire venir celui qu’ils ont fait venir.

    Tout ce que je viens de dire ici n’est que la traduction de ce qui s’est passé en réalité; mais très loin de moi d’adouber l’appel des 10; car il ne s’agit là aussi en réalité que d’une énième escroquerie du peuple.
    En effet, parmi ces 10 personnalités, il y a des gens qui ont fait un deal avec le pouvoir. Certain avaient accepté d’aller aux législatives (parfois même en sachant qu’ils n’avaient aucune chance de gagner)pour valider le pouvoir BONGO-Françafrique-AJEV-PDG-delta synergie-OLAM, et recevoir des strapontins dans le gouvernement qui devait être mis en place après les dites élections; d’autres issus de la société civile, s’étaient déjà aussi compromis gravement avec les gens du pouvoir contre des promesses qui devaient aussi être réalisées après les élections. Mais manque de pot pour eux tous (et heureusement pour le peuple), après les élections, Ali n’était plus à mesure de leur rendre l’ascenseur. Nous voyons tous que le gouvernement mis en place après les législatives ainsi que les différentes nominations ne portent plus le griffe d’Ali. Alors ils se constituent en “syndicat des 10” pour réclamer leur récompense! Je reconnais que dans ce groupe des 10 il y a peut être (je dis bien peut être) des gens qui sont vrais; comme ce Mr ZIMA; mais comment savoir? Tellement ces hommes politiques gabonais ont habitué le peuple à la trahison! Qui pouvais savoir que Mr MOUKAGNI Iwangou pouvait se retourner ainsi contre le peuple au point de porter une reforme inique à l’égard de nos enfants (les étudiants et les élèves de terminale), reforme que même les MEKAM’NE Denise, PDGistes confirmés n’avaient pas osée porter lors de son passage à ce ministère? Si ce Moukani était à ce poste pour le bien des gabonais, il fallait qu’il démissionne face à des telles mesures. Mais hélas! et le peuple gabonais se sens transpercé, trahit jusqu’à la moelle cervicale! pitié.

    Au total, s’il y a une chose que les Bongos ont parfaitement réussi à encrer de manière très solide dans ce Gabon, c’est de hisser l’amour du siècle présent (l’amour de l’argent, du pouvoir, des positions matérialistes pécuniaires personnelles) au dessus de tout; au dessus même de la vie! Dès lors, que peut-on construire de solide, de vrai d’harmonieux dans un tel Etat? Il faudrai un jour reprendre tout à zéro; hélas!

    À la nouvelle génération, ce temps est le votre; sortez des sentiers battus. Laissez Ping (je tiens à préciser que je l’ai soutenu, et que je ne lui même pas encore retiré ma sympathie), il est tenu en esclavage par le France. La France lui a clairement dit que si tu places une mauvaise parole et qu’il y ai soulèvement qui va mettre nos affaires et notre position au Gabon en péril, la GR va être lâché pour massacrer les gabonais et tout sera mis sur ton dos, nous allons monter un dossier contre toi et te transférer à la CPI comme on l’a fait pour Gbagbo (c’est Dramane et Sarkozy et leur rébellion qui avaient fait des massacres, mais la France a transféré Gbagbo à la CPI). Ping était président de la commission de l’UA quand la France a déroulé son rouleau compresseur contre Gbagbo, donc il sait que ces gens ne blaguent pas. Voilà pourquoi au vu de son âge, il préfère abandonner (oui il a déjà abandonné!)et espérer qu’un jour les chose se fassent par un concours des circonstances.

    Pendant que Ping était à l’UA, il a côtoyé des plus hauts dirigeants de ce monde (il a vu passer au moins 2 responsables de l’ONU, de l’UE, il a travaillé avec les gens du Commonwealth, il a certainement travaillé avec les responsables Saoudiens, l’actuel Antonio Guteres est son ami, ils ont travaillés ensemble quand ce dernier était encore sous le coréen CHOI. La majorité des présidents africains avec lesquels il a travaillé à l’UA sont encore en exercice, il a dirigé l’administration de l’UA en Ethiopie, et certains responsables qui étaient ses collaborateurs sont encore en place….), et vous continuez à penser qu’il ignore ce qu’il est advenu du président ALI?
    La vérité est que la France et son ambassadeur local lui ont intimé l’ordre de ne pas dévoiler la situation par ce qu’ils ont été pris de cours; ils cherchent d’abord une solution à eux.

    Que la jeunesse arrête de chercher un leader au milieu des hommes politiques, notre génération a échoué en 1990 par ce qu’on a fait la passe aux hommes politiques. En 1990, tout avait déjà été fait par la France de MITTERAND pour passer au multipartisme (accords de paris, la baule….) Bongo et son PDG ne voulaient pas lâcher le parti unique. LES MBA ABESSOLE, Nzoghé nguema, OYONO A BA, Moubamba nziengui étaient déjà sur la place pour faire pression, mais Bongo tenait la barre GRACE à l’arme redoutable de l’argent. Les évènements qui ont vaincus bongo et son PDG pour précipiter la conférence nationale sont partis de l’UOB avec Boussamba Crysante comme président de la mutuelle. Nous avons vu Bongo et son pouvoir chanceler lamentablement, et quasiment par terre! Mais on avait fait la bêtise de lâcher prise et de faire la passe aux hommes politiques croyant qu’ils allaient à la conférence nationale pour nos intérêts, or c’était pour eux même et leurs familles! Attention jeunesse! Vous avez 28 ans, 30 ans, 36, 38, 40, 42….est ce que c’est pas un âge pour être président de la république? EST CE QUE C’est pas un âge pour être premier ministre ou ministre? Pourquoi vous continuez à attendre un homme providentiel Alors que vous êtes capable? N’est ce pas Laurence Ndong, Stéphane NZENG, Yannick ndong, la dream team, Mombo king etc… (excusez moi, je ne connais pas le nom de tout le monde

    • Leclide dit :

      Continuez à vous masturber,avec le gros français. Le peuple a besoin des intellectuels actifs, pas des <>.C’est votre genre là. Théoricien, qui voudront gérer le pays sans connaître les pesanteurs qui le bloc.le problème n’est pas seulement Ali ben.le problème c’est tout le système, dont ton fameux Ping et autres ont appartenu et appartiennent encore.j’en veux pour preuve leurs incapacité à démanteler un système qu’ils pourtant fortement contribué à sauver dès 2009.ils ont fait confiance à qui?Et pour quoi?l’objectivité de leurs soutiens à Ali ben se justiait elle logiquement?j’en veux encore pour preuve leurs incapacité de trouver une stratégie commune,et efficace pour mettre fin à l’imposture qu’ils ont fortement,et là c’est un euphémisme contribué à installer.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW