Le ministre français des Affaires étrangères a effectué une escale à Libreville, le jeudi 1er mars, en vue d’y changer d’avion. Des Français s’étant rendus à ses côtés et pas du tout d’autorités gabonaises, le fait a donné lieu à toutes les extrapolations.

Image à titre illustratif (Jean-Yves le Drian, lors d’un déplacement à Dakar, en mai 2014). © Bruno Levy pour Jeune Afrique

 

Le fait a été confirmé par des sources dignes de foi en poste à l’Aéroport de Libreville (ADL) : de retour de Luanda (Angola) où il était le 1er mars, Jean-Yves le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a effectué une escale à Libreville, le même jeudi 1er mars. Ce, pour les nécessités techniques du jet à bord duquel il faisait le déplacement de Luanda. Les sources de l’ADL indiquent que l’homme, qui n’était vraisemblablement pas attendu par des officiels gabonais, a décliné l’offre du très confortable salon d’honneur du pavillon présidentiel, préférant le salon VIP de l’aéroport.

Si la présence tout à fait normale de l’ambassadeur de France au Gabon a été confirmée par les services aéroportuaires, une information récurrente difficile à vérifier indique qu’un bon nombre d’hommes d’affaires français, de responsables des multinationales françaises implantées au Gabon, ainsi que des officiers supérieurs de l’armée française ont fait le déplacement de l’aéroport. Il était certainement question de tenir compagnie à Le Drian durant cette escale. Ceci aurait donné à la rencontre furtive des airs de réunion très importante sur la situation du Gabon. Il se raconte également que le ministre français a rencontré rapidement Ali Bongo avant de repartir, fait étonnant, par un vol Air France en fin de soirée. Selon une source douanière, le jet l’ayant amené de Luanda avait quelques soucis techniques nécessitant une plus longue immobilisation dans un hangar de l’ADL.

Sur les réseaux sociaux où l’information a également fuité, les commentaires aussi farfelus que surréalistes sont allés bon train concernant l’axe politique France-Gabon, particulièrement les relations Macron-Bongo Ondimba.

Jean-Yves le Drian était bel et bien à Luanda (Angola), le jeudi 1er mars. Si le Quai d’Orsay a indique que «Cette visite vient concrétiser la volonté de la France et de l’Angola de renforcer leur partenariat dans tous les domaines et d’entretenir une concertation étroite sur les enjeux de sécurité régionale, notamment la situation en République démocratique du Congo et en République centrafricaine», d’autres sources indiquent qu’il était question de préparer la première visite officielle en France, en mai prochain, de João Lourenço, le président angolais.

 
 

22 Commentaires

  1. Nkembo dit :

    Non événement à mon sens

  2. Desiré dit :

    Bon. Et maintenant après cet article , on se dit quoi ? Qu il faut parler de la France même quand il n y a rien à dire ? Je ne me reconnais pas dans ce gabon qui dénonce la francafrique, mais qui va chercher tout et. Importe quoi pour impliquer la France à tout va. Surtout quand elle n à rien à nous dire .

    • Aimé JUSTICE dit :

      Vraiment! Qui est le valet de Le Drian pour aller l’attendre à l’aéroport alors qu’il ne fait qu’une escale technique? Et qui vous dis que les autorités gabonaises lui ont proposé le pavillon présidentiel, il es président?

  3. Gabomama dit :

    Alors que la mendicité devient votre mode de gouvernance. C’est l’esprit de Bilié Bi Nzé qui j’habite en ce moment qui te fait dire n’importe quoi sans honte.

  4. Karma dit :

    Normal. La sangsue ne prend plus. Le peuple autochtone se libère. Alors on râle … Peine perdu.

  5. Warmot dit :

    Pourquoi n’a-t-il pas fait escale à Pointe Noire ou Brazzaville ?

    • Fille dit :

      ou même en Centrafrique ? Je me le demande aussi, hein ?

    • corto maltese dit :

      Une panne c’est imprévisible! si la panne est arrivé à proximité de LBV il a atterrit au plus proche soit LBV. Vous arrivez à comprendre ça les 2 guignols . Essayez de retrouver votre cerveau ça vous évitera de dire des c……et c’est vous qui pensez être à même de remplacer les “colonisateurs” …..au secours
      Cela étant, heureusement que les colonisateurs ont existé, comme cela pour les 10 siècles à venir pendant lesquels vous resterez dans la misère, vous pourrez donner la faute aux autres

  6. diogene dit :

    La mondafric a remplacé la francafric .
    Même si certains français ont des réseaux maffieux solidement implantés en Afrique.
    Même si la fin des dictatures se profilent à court terme (car elles gênent le commerce), la soumission de l’Afrique sera , elle , et pour longtemps, garantit quoiqu’il en coûte.
    A moins qu’une contre proposition africaine vienne nous émanciper.

  7. IKANDA dit :

    La France s’agite et craint déjà pour l’avenir. Malheureusement pour les pays Africains ils ne pourront pas gagner cette guerre économique, plus facile à gagner d’après D. Trump.
    BOUYGUES est partie clandestinement sans secouer la culotte,les pères et mères de familles sont restés cloués au sol le regard au ciel en attente d’un paraclet.
    “VEOLIA STOP! MOI PAS CONTENT”, la machine FrançAfricaine est sollicitée; comment, pourquoi, est-ce que,qui… les interrogations qui vont forcement trouver de réponses dans quelques jours.
    Au profit de qui? Non, à la perte de qui? si ça se dit; je réponds:c’est le PEUPLE qui payera encore et toujours quelque soit le prix. Le sang des nègres est dévalué,il ne coûte pas cher.
    Une guerre économique est facile à gagner, doit-on se battre?

    • Fille dit :

      “Une guerre économique est facile à gagner, doit-on se battre?”
      C’est aux Africains de décider de leur sort. Par mimétisme et paresse intellectuelle et surtout par facilité, les élites dites intellectuelles africaines ont installé l’Afrique dans la mendicité alors que ce continent regorge de richesses. Par facilité et paresse intellectuelle, nous préférons être des consommateurs. Il faut nous voir tout fiers d’être capables (et avec des deniers publics s’il vous plait) de consommer plus que ceux qui créent et gère notre consommation. Nous sommes fiers, hein ? d’avoir les moyens d’aller nous faire soigner hors de chez nous (et crever quand-même !). Nous ne sommes que des consommateurs et ne voyons pas “Con” et “sommation.” Il appartient aux jeunes générations de redresser la barre et aux anciens de faire leur mea culpa avant leur dernier voyage car comme a dit Omar des plateaux : “Dieu ne nous a pas donné…”.

  8. Le Chat dit :

    Merci Warmot pour cette assertion. Luanda est plus proche de Pointe-Noire et de Brazzaville que Libreville. That is the Question.

  9. Le gars de Valence dit :

    Pour un pays indépendant, cette attitude d’une autorité française est un manque de respect à l’égard du Gabon…

    • corto maltese dit :

      “Pourquoi n’a-t-il pas fait escale à Pointe Noire ou Brazzaville ” euh ! peut être que l’avion a eu un pb plus prés de LBV que de POINTE NOIRE mais bon,je reconnais qu’il faut avoir un cerveau et vu les commentaires, c’est pas gagné

      • Fille dit :

        Mais arretez de nous prendre pour des noeuds. Pourquoi tant de questionnements alors si la réponse était aussi clair. euh peut être que…L’info vraie et réelle n’est elle pas mieux que toutes les contorsions de cerveaux ? Ali ne s’est pas déplacé, point barre.

  10. Le Nantais dit :

    Je ne suis pas un fervent supporter des Bongo.

    Depuis 50 ans ils sont là et font du Gabon ce qu’ils veulent.

    Seulement voilà, il faut se méfier de la valse des français.

    Ils sont capables de tout pour semer le chaos juste pour servir leurs intérêts.

    J’ai dit !

  11. Mpoula Odjia dit :

    Le Nombre de fois où des officiels français se sont rendus en France sans en informer leurs homologues français…ça a fait quoi ?

  12. Desiré dit :

    Corto Maltese, les cerveaux d’aujourd’hui servent a construire des théories du complot. Tout cela mêlé à notre complexe gabonais de persécution dont nous n’arrivons pas à nous débarrassé ,cela fait de drôles de résonances ( et le jeu des politiques . N’est ce pas Billie?)

  13. jean- jacques dit :

    Franchement certaines personnes n’ont plus rien à dire si ce ministre racontrait les autorités gabonaises, QU’EST CE QUE LA POPULATION ? CETTE RACONTRE allait finir le chômage dans le pays? allait mettre fait à cette legion des myénés dans le pays qui passent eleur temps à compliquer la vie des gens.

    C’est un NON EVENEMENT…..LA COLONIOSATION EST FINIE OU PAS?

    • Murukari dit :

      Jean Jacques donc la legion étrangère qui le pouvoir absolu, de nous tuer, voler et confisquer notre pays et les gabonais de l’autre côté doivent continuer à souffrir? Bravo que te Dieu te bénisse. Mais tu oublies la loi de carma, Hilter était l’incarnation d’Isai frère de Jacob, Jacob avait lutter toute une nuit avec Dieu pour qu’il le bénisse, mais pour qu’il enleve le péché pour avoir tomper son en volant la bénection d’Isai. Après Jacob est devenu Isarael; c’est pour ça que Hitler c’est de Jacob en tuant ces enfants qui sont les juifs.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW