Le ministre des Sports, Franck Nguema, a lancé le démarrage du Championnat scolaire et universitaire (CSU). Plus de 200 établissements scolaires et universitaires prendront part aux différentes compétitions interclasses et interétablissements organisées sur l’ensemble du territoire national en trois phases.

La coordinatrice nationale du CSU, Géraldine Robert, posant avec des élèves. © D.R.

 

Le Championnat scolaire et universitaire (CSU) est finalement sorti du tiroir. Lancé officiellement le 21 janvier par le ministre des Sports, Franck Nguema, le CSU va se jouer en 3 phases : départementale, provinciale et nationale.

Pendant 6 mois, a indiqué Franck Nguema, les techniciens des ministères de l’Enseignement supérieur, l’Éducation nationale et des Sports ont élaboré un travail ayant abouti à une réforme des jeux scolaires et universitaires, anciennement appelé Ogsu, pour donner lieu au Championnat scolaire et universitaire (CSU).

Selon dernier, les talents détectés au cours des compétitions permettront d’alimenter le sport civil, les académies de sport et de constituer les sélections nationales scolaires et universitaires qui prendront part aux compétitions internationales organisées par la Fédération internationale du sport scolaire et la Fédération internationale du sport universitaire.

200 établissements, 300 mille sportifs engagés

À en croire son propos, les meilleurs athlètes, en fonction de leur âge ; intégreront le sport civil, le sport de haut niveau ou les clubs professionnels. «Ils bénéficieront des avantages liés au statut de sport de haut niveau et au statut espoir national qui constitue la réserve devant alimenter régulièrement le sport d’élite», a-t-il déclaré, indiquant que des bourses olympiques pourront également être attribuées à ceux qui rempliront les critères définis par le Comité national olympique et le Comité international olympique.

Franck Nguema indique que ce sont plus de 200 établissements scolaires et universitaires qui sont engagés. Selon lui, plus de 300 mille élèves et étudiants prendront part aux différentes compétitions interclasses et inter établissements organisés sur l’ensemble du territoire national. En termes d’infrastructures, a-t-il dit, plus de 50 plateaux sportifs et stades praticables dans tout le pays abriteront les compétitions dès le lancement. «Ces infrastructures seront renforcées pour celles en état de dégradation et pour lesquelles le gouvernement a planifié une restauration qui débutera au cours de cette saison sportive 2019-2020».

En termes d’équipements, plus de 5 mille maillots de football, basketball, handball, volley-ball, 400 kimonos pour le judo, taekwondo et le karaté, plus de 200 ballons et des centaines d’autres équipements et accessoires sportifs sont disponibles pour les 10 disciplines sportives retenues pour le démarrage. «Les équipements et matériels sportifs ont été fournis par Gabon oil compagny dans le cadre du partenariat qui le lie avec le ministère des Sports», a-t-il déclaré.

Estimant que la relance de ces jeux est une réponse concrète aux sollicitations de la jeunesse, Franck Nguema a invité les jeunes à s’engager entièrement dans le CSU pour redorer leur image. «Engagez-vous totalement dans le sport scolaire et universitaire et devenez aussi des talents, des étoiles qui brilleront toujours dans le concert des nations, à l’instar de nos grands champions d’hier et d’aujourd’hui, qui font la fierté de notre pays», leur a-t-il dit. «Le rêve est maintenant à notre portée avec le CSU. Tout ne dépend que de vous-mêmes et de vos efforts», a-t-il lancé.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW