Comme chaque année, depuis 2010, le Gabon a célébré, le 9 août, la journée d’allégeance à l’emblème national, sans que cela ne déchaîne les passions.

Ali Bongo, le 9 août 2014, à la cérémonie d’allégeance au drapeau. © Gabonreview

Ali Bongo, le 9 août 2014, à la cérémonie d’allégeance au drapeau. © Gabonreview

 

Scènes de la cérémonie d’allégeance au drapeau Gabon. © Presse présidentielle du Gabon
Scènes de la cérémonie d’allégeance au drapeau Gabon. © Presse présidentielle du Gabon

Le Gabon a célébré, le 9 août dernier, la journée nationale du drapeau. Initiée le 2 décembre 2009 par le président de la République cette journée était placée, pour sa 5e édition, sous le sceau de «la citoyenneté». Pour coller à l’événement, des drapeaux ont été déployés en plusieurs endroits stratégiques de la capitale, sans plus. Plus que par le passé, les populations ont manifesté très peu d’intérêt, voire aucun, pour cette journée qui continue à susciter des sentiments contrastés voire d’être regardée comme une curiosité.

«(La journée du drapeau)» peut faire rire le touriste qui l’assimilerait au simulacre d’une monarchie d’opérette ou inquiéter l’observateur averti», avait lancé l’Union Nationale au lendemain de la première édition. Le parti d’opposition passé depuis à la semi-clandestinité estimait qu’elle est «une mauvaise et inopportune imitation d’une tradition américaine qui repose sur l’histoire spécifique de ce pays et les conditions de sa création, une dérive dangereuse qui rappelle les heures les plus sombres des régimes fascistes hitlérien et mussolinien dont chacun sait où ils ont conduit leurs pays et l’humanité et (la marque de) la banalisation de l’emblème de la République et de l’autorité de l’Etat». Depuis lors, cette journée n’a jamais pu gagner en crédibilité ou s’imposer comme une date marquante de notre pays. Si elle inquiète de moins en moins, elle laisse toujours autant indifférent.

Et pourtant, selon le président de la République, son initiateur, elle est censée «permettre aux compatriotes de réaffirmer leur appartenance à une seule Nation». «Le respect que nous imprimerons dorénavant à l’égard des valeurs et des symboles de la République contribuera au renforcement de notre appartenance à un même pays, à la Nation gabonaise», avait-il déclaré à l’instauration de cette journée, ajoutant : «Le rituel d’allégeance au drapeau est un exercice qui suffit pour nous convaincre de la particularité que représente le symbolisme du drapeau et de sa place parmi tous les symboles de la République».

Si plusieurs personnalités civiles et militaires ont ainsi pris part à la cérémonie d’allégeance organisée sur l’esplanade du palais présidentiel, les Gabonais, eux, ont vaqué à leurs occupations sans en faire cas. Même dans les conversations, ce sujet était totalement absent. Il est des innovations qui ne prennent pas.

 

 

 

 
 

19 Commentaires

  1. Mouthou dit :

    Nous n’osons pas imaginer les propos tenues par DOO, dans son cœur,en embrassant le “Vert Jaune Bleu”, au pied de cet homme qu’il méprise en silence.

  2. komba dit :

    C ‘est une cérémonie maçonnique. la redingote est une tenue d’allégeance des françs maçons.ils font allégeance au Président qui est lui même vénérable.

  3. olivier dit :

    Il est claire que sur la première image, Ali ne se trouve pas devant le drapeau du Gabon et il y a de quoi s interroger sérieusement, en effet soit il ne connait pas le drapeau de notre pays soit il a fait faire un new drapeau dans tout les cas c est inquiétant.

  4. nangui dit :

    Le drapeau utilisé pour la journée nationale du drapeau n’est pas celui du Gabon indépendant depuis le 17 août 1960.
    Le drapeau du Gabon est le drapeau civil et le pavillon marchand de la République gabonaise. Il est composé des trois bandes horizontales verte (dessus), jaune et bleue. Le vert symbolise la forêt équatoriale, le jaune le soleil et le bleu la mer.

  5. LIAM dit :

    une grossière idiotie. pardonnez-moi mais des adultes comme ça entrain de se ridiculiser en redingote avec leur président. pff n’importe quoi. on aura définitivement tout vu dans ce pays.

  6. Bouka Rabenkogo dit :

    Ça doit se faire maintenant!!! Le PDG dispose d’une majorité à l’Assemblée Nationale et au SÉNAT qui fait observer, qu’aucune révision des dispositions de la Loi électorale favorisant l’équité et l’égalité des forces politiques protagonistes en présence ne peut être adoptée par la majorité actuelle. Ne souhaitant pas le chaos dans notre beau pays, j’appel tous les patriotes à la signature d’une pétition convoquant dans les délais les plus rapides, une Constituante (Conférence Nationale) devant l’Esplanade de l’Assemblée Nationale le, dimanche 17 août 2014 de 8 heures à 18 heures.
    Faire large diffusion (Dialogue-Tolérance-Fraternité)
    Contact +24107364176

  7. albert dit :

    vraiment c’est comme dit le journaliste pour nous les gabonais c’ets vraiment sans intéret. personne n’est dupe derrière cette ceremonie c’est tout autre chose à laquelle nous faisons allégeance (la penthere noire). et pourquoi n’y participe que ceux qui sont aux affaire au plus haut niveau de l’etat et une fois le poste quitté, plus besoin d’aimer le pays c’est ca!!!

  8. ella eqoga dit :

    l armee n etait pas obligee de se faire humilier de la sorte en laissant la garde d honneur se mettre a genou devant le monarque.
    Vous militaires, confondez vraiment la republique aux individus qui la servent. C est inacceptable et irresponsable, vous venez de jeter la republique dans l abime. Un jeune capitaine de 32 ans a prefere le peloton d execution publique plutot que cela il y a 29 ans ce 11 aout meme.

  9. legabonaisvoi dit :

    Les gabonais sont indifférents c’est vrai et Ali BONGO l’est aussi, la preuve: ce n’est pas devant le drapeau gabonais qu’il se prosterne mais devant autre chose! REGARDEZ LA PREMIERE PHOTO!

  10. legabonaisvoi dit :

    L’idée de se prosterner devant le drapeau n’est pas mauvaise en soit. Je dis bien devant le drapeau pas devant ali bongo comme le fait ici ona ondo!

  11. UnBangando dit :

    Il ne s’agit pas ici de cérémonie mais de rituel. Le décor, le drapeau, l’accoutrement, la mise en scène etc, tout indique qu’il ne s’agit pas d’allégeance au drapeau symbolisant la mère patrie dont ils n’en ont cure en réalité. Sinon ce ce serait pas la légion étrangère du béninois acrombessi qui dirigerait le Gabon. J’y vois également une ènième quête de légitimité du monarque Ali Bongo.

    Sylvia Bingo la mère des veuves est habillée en noire et son pseudo mec à côté fait la gueule.Drôle de fête. Ces gens là n’aiment pas le pays, ça se voit trop. Ils sont mieux ailleurs lors de leurs foultitude de déplacements. D’ailleurs Sylvia passe 9 mois sur 12 à Londres où elle se la coule douce avec son amant qatari qui, dit-on, le cousin éloigné du prince du Qatar. Mais c’est sa vie, elle fait ce qu’elle veut. Je demande juste que les ketchs et les foutages de gueules cessent.

  12. NGOUSS MABANGA dit :

    la journée du DRAPEAU est une bonne chose, mais venant d’Ali c’est tout simplement une pure connerie! Et pour l’heure, le GABON n’a pas besoin de ça! Bande de petits sorciers.

  13. TCHIPARPANGA dit :

    Bjr je pense kil faut une large sensibilisation,et puis encore un drapeau c’est tout un symbole,le drapeau c’est comme la respiration d’un pays on ne s’amuse pas avec.je ne suis pas un Gabonais mais lorsque je vois durant cette journée le vert jaune bleu devant certains enseignes de la ville ça me fait mal,on ne va pas jouer à planter le drapeau n’importe ou,et puis encore certaines forces de lois en profitent pour racketter soit disant tu n’a pas le bon vert ou le bon jaune ou le bon bleu,c’est inadmissible ,raison pour laquelle il faut laisser les collectivités locales de s’occuper de l’implantation des drapeaux.le drapeau est sacre depuis le temps de nos prophète jusqu’à nos jours..Veuillez m’excuser juste une contribution de quelqu’un aimant le gabon.

  14. Bouka Rabenkogo dit :

    Mesdames, messieurs,

    Ça doit se faire maintenant!

    Le PDG, parti au pouvoir depuis presqu’un quart (1/4) de siècle, dispose d’une majorité à l’Assemblée Nationale et au SÉNAT qui fait observer, qu’aucune révision des dispositions de la Loi électorale favorisant l’équité et l’égalité des forces politiques protagonistes en présence ne peut être adoptée par la majorité actuelle.
    Ne souhaitons pas le chaos pour notre beau pays.
    J’appel tous les patriotes à la signature d’une pétition convoquant dans les délais les plus rapides :
    une Constituante (Conférence Nationale), Pour l’Avènement de la “Nouvelle

    République” et d’un “Pays”.

    Ça doit se faire maintenant!!

    Le PDG, parti au pouvoir depuis presqu’un quart (1/4) de siècle, perpétue l’ordre Esclavage, Coloniale et Néocoloniale.
    Nous ne voulons pas la guerre civile dans notre beau pays.
    J’appel tous les patriotes à la signature d’une pétition convoquant dans les délais les plus rapides :
    une Constituante (Conférence Nationale)
    Pour l’Avènement de la “Nouvelle République” et d’un “Pays”.

    Ça doit se faire maintenant!!!

    Le PDG, parti au pouvoir depuis presqu’un quart (1/4) de siècle, perpétue l’ordre ESCLAVAGE, COLONIAL ET NEOCOLONIAL.
    Nous ne voulons pas l’Auto colonisation pour nos enfants.
    J’appel tous les patriotes à la signature d’une pétition convoquant dans les délais les plus rapides :
    une Constituante (Conférence Nationale)
    Pour l’Avènement de la “Nouvelle République” et d’un “Pays”.

    Ça doit se faire maintenant!!!!

    Marie Madeleine Mborantsuo a utilisé en 2009, mon nom Michel Bouka Rabenkogo pour justifier la forfaiture : l’élection d’Ali Bongo Ondimba président de la ‘’République’’.
    Pour l’Histoire mon Devoir est de corriger le parjure.
    J’appel à cet effet, tous les patriotes à la signature d’une pétition convoquant dans les délais les plus rapides :
    une Constituante (Conférence Nationale)
    Pour l’Avènement de la “Nouvelle République” et d’un “Pays”.

    Ça doit se faire maintenant!!!!!

    Le PDG a mis en place en système diabolique qui nous rend tous, qu’on le veut ou non, voleur actif ou passif. Voleur de nous mêmes. Sans exclusif. Mêmes nos enfants, nos petits enfants et nos arrières petits le deviendront, si le 17 août 2014 nous ne déclarons pas la fin de ce système.
    J’appel à cet effet, tous les patriotes à la signature d’une pétition convoquant dans les délais les plus rapides :
    une Constituante
    (Conférence Nationale)
    Pour l’Avènement de la “Nouvelle République” et d’un “Pays”.

    Le Patriote
    Michel Bouka Rabenkogo
    (Une exigence du millénaire pour nos enfants et petits enfants)
    Devant l’Esplanade de l’Assemblée Nationale le, dimanche 17 août 2014 de 8 heures à 18 heures.
    Faire large diffusion (Fraternité-Tolérance-Dialogue)
    Contact +24107364176

  15. Dubitatif dit :

    Mais je dis hein, Ali veut faire peur à qui? Un mec qui ne sourit que lorsqu’il est loin du Gabon ou lorsqu’il est entouré de blancs ou d’arabes en bon complexé qu’il est. Remarquez il n’ a pas de quoi sourire, le pays, au-delà de ce genre de comédie, va très mal et il sait qu’il en est responsable. Le capitaine toujours est responsable lorsque le bateau coule. Et plus il centralise le pouvoir à la présidence et dans ses agences créées de toute pièce, plus il sera tenu pour responsable de la catastrophe. Un pays où avoir de l’eau (un besoin aussi élémentaire!)devient un parcours du combattant.Punaise.

  16. Zen dit :

    C”est clair que c’est un rituel franc macon leur soit disant journee du drapeau , le gabon est a la mercie des franc macon qui font tout et n’importe quoi dans ce pays , il faut que ça cesse ;

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW