Une banderole affichée au ministère gabonais des Affaires étrangères, annonçant la 9e session de la Conférence Islamique des ministres de l’Information qui s’est ouverte à Libreville le 19 avril à Libreville, a suscité moult commentaires aussi bien sur elle-même que sur cette conférence.  

Banderole OCI 19 avril 2012 Gabon Libreville

Portant sur la 9e session de la Conférence Islamique des ministres de l’Information qui s’est ouverte le 19 avril dernier à Libreville, une banderole suscite le débat auprès de nombreux automobilistes, usagers de taxi et piétons de passage devant le siège du ministère gabonais des Affaires Étrangères, de la Coopération Internationale, de la Francophonie, Chargé du NEPAD et de l’Intégration Régionale.

«A qui s’adresse donc cette banderole», interroge un quidam dans un taxi avant de répondre lui-même et de faire remarquer, «aux Gabonais qui doivent être tenus au courant de cette conférence. Mais pourquoi, les plus grands caractères du message de cette banderole sont-ils en Arabe ? Est-ce qu’en Russie, pour s’adresser aux Russes, on écrit ainsi le plus gros du message en caractère phéniciens ? Est-ce qu’en Corée les banderoles annonçant le sommet sur le nucléaire étaient écrit en une autre langue que le Coréen ?»

Et le taximan de répondre que nombreux de ses clients ont fait des remarques similaires. «Est-ce que les délégués qui viennent à cette conférence vont lire cette banderole ? Elle e st avant tout destinée au Gabonais. On est dans le monde francophone et le ministère dont la clôture arbore cette banderole abrite bien une direction de la Francophonie, non ? C’est un pied de nez fait à la Francophonie ou quoi ?», s’énerve le compagnon du premier quidam.

D’autres, voyant cette banderole se sont demandés si le Gabon était devenu un pays islamique. Si le premier objectif de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) est de «consolider la solidarité islamique entre les États membres», on devrait tout de même rappeler que, nonobstant son nom, cette Organisation n’a rien de religieux. Ses buts sont politiques, culturels, économiques et sociaux. C’est ainsi que, d’une part, des États d’idéologie laïque comme, par exemple, l’Algérie, l’Irak, la Turquie ou la Syrie, y participent et que, d’autre part, certains États membres y sont représentés par des chrétiens. A contrario, plusieurs États comptant des centaines de millions de personnes de confession musulmane ne sont pas représentés au sein de l’OCI, comme l’Inde ou de la République Populaire de Chine.

Le mélange des genres remarqué sur l’annonce placée au ministère des Affaires étrangères et la confusion qu’elle a suscité, s’est exacerbé lorsqu’on a vu à la télévision le président Ali Bongo commencer et terminer son allocution d’ouverture de cette conférence par la formule très islamique «Wa Salaamou Aleykoum Wa Rahma toullaahi Wa Barakaatouhou !» De quoi se demander si le Gabon est toujours un pays laïque, ainsi qu’indiqué dans sa constitution.

Certains se sont demandés pourquoi la banderole, commanditée par le ministère de la Communication, indiquait que l’évènement est placé «sous le haut patronage de son Excellence Ali Bongo Ondimba, président de la République, chef de l’État». Notant que le patronyme du président est le seul groupe de mots de cette annonce écrit en gras, la journaliste Laure-Patricia Manevy de La Nouvelle République s’est énervée : «Ca tient du culte de la personnalité. Ali Bongo ne leur demande même pas ça ! Mais ils croient bien faire en mentionnant toujours le nom du président alors que cette pratique est interdite !»

Effectivement, une note officielle datée du 9 août 2010 et signée par Guy Bertrand Mapangou, alors porte-parole et secrétaire général adjoint de la présidence de la République, avait décrété que «tout spot publicitaire, toute bande-annonce concernant un patronage ou l’utilisation d’un séminaire par une administration qui utilise l’image du chef de l’État ou fait référence au chef de l’État ne peut être ni monté, ni imprimé, ni publié, ni diffusé dans vos organes respectifs sans l’accord express du secrétaire général adjoint, porte-parole de la présidence de la République». Cette mesure a-t-elle été abrogée avec le départ de Guy Bertrand Mapangou de la présidence de la République ? En tous cas cette banderole, tout comme la conférence qu’elle annonçait, aura suscité bien de remarques et réflexions.

 
 

10 Commentaires

  1. L'indigné dit :

    Pitié de nous!!!

  2. Fernand lepoko dit :

    Permettez-moi tout d’abord de vous faire remarquer que cette banderole est aussi écrite en anglais, et ce n’est pas la première du genre, mais l’anglais ne semble pas vous choquer outre mesure. Ensuite, irait-on jusqu’à crier à la mort de la laïcité si on entendait le Président de la République dire, “plaçons les travaux de cette conférence sous la bénédiction de Jésus Christ de Nazareth”? Arrêtons de voir le diable partout.

    • Pirate 241 dit :

      C’est justement, il me semble, ce que cet article indexe: l’utilisation officielle des langues non officielles du Gabon. Sans doute, le journaliste a-t-il choisi de parler de l’arabe Parce que c’est son utilisation qui saute au yeux sur ce panneau. L’utilisation de l’anglais poserait le même problème. Tout comme si Ali’9 avait cité Jesus ou Boudha ou Krishna ou Mangongo-Nzambé, n’aurait pas toujours été bien et ça aurait mérité d’être dénoncé. Le Gabon est un pays laïque. Les émergents aiment crier que “le Gabon est un pays de droit”, mais ils sont toujours les premiers à bafouer la loi, surtout la loi fondamentale.

    • Le fils de la Veuve dit :

      C’est celui que vous appelez le président qui aime montrer qu’il brocole un peu d’anglais. C’est aussi lui qui aime monter qu’il est croyant. Le Gabon sombre dans la ridicule avec des experts OCI nommé David ou Lin-Joël… Vous trouvez normal que des experts à un sommet de l’OCI aient des prénomes chrétiens ? A force de trop mendier l’argent des autres on finit par sombrer dans le ridicule..

  3. Delinda Elijah dit :

    chacun apprécie à sa manière. Mais pensons d’abord au mot ”laïcité” avant d’affabuler

  4. Le citoyen dit :

    Conference Islamique pour quelle interet ?
    le Gabon devient un gadget Hightech aux mains d’ALI. Demain il va organiser le sommet des pays emergents.
    Wait in see.

  5. Le citoyen dit :

    ALI va bientot abolire les autres religions

  6. Muhammad N'sitou N'sitou dit :

    le seul pb avec cette banderole c’est parceque le nom du president y figure, si la rencontre est placer sous l’egide du president de la republique pourquoi sa derange ou tout simplement parecequ’il est musulman. tres chere frere le Gabon est un pays laique jusqu’a present.

    • Le citoyen dit :

      ALI doit dabord s’occuper des problemes des Gabonais pour lequel il semble avoir ete elue avant de se distraire avec des sommets qui n’apportent aucune solution aux problemes elementaires des gabonais.

  7. le nkemberlien dit :

    Chers freres je pense que vous avez tous raison d’une part; mais je pense que nous sommes avent tout des humaines et sous entend que nous ne sommess pas irreprochable. Si les organisateurs de cette conference ont estimé que pour bien faire passer leur message ils avaeint besoin de s’exprimer en arab; anglais ou le francais je pense que nous avons pas le droit de dire tous ce qui nous traverse l’esprit.Il est important de contextualiser les evenements et sourtout que c’est une conference internationale je pense nous ne devons ometre ce caractaire de la rencontre s’est tres important.Et dans le cardre des conferences de ce type la langue officielle est choisie par l’Organisation qui est regie par un statut et un reglement interrieure….Je pense que avant toute analyse ou critique il est important d’avoir un maxi d’element d’apreciation avent de se jetter dans des interpretations toutes azinutes….
    Merci que Dieu vous donne la sagesse et vous renouvel l’intelligence et le dissernement.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW