En prélude à l’arrivée du directeur de cabinet du président de la République, prévue la semaine prochaine à Port-Gentil, le président du Mouvement populaire des radicaux (MPR) a exhorté les commerçants et habitants d’origine ouest-africaine à ne pas répondre à l’appel qui leur aurait été adressé par les soutiens de Brice Laccruche Alihanga dans la commune.

A Port-Gentil, Brice Laccruche Alihanga devrait pourtant avoir le même accueil que partout, comme ici à son arrivée dans la Nyanga, le 2 septembre 2019. © D.R.

 

Principal de soutien de Jean Ping dans l’Ogooué-Maritime, Féfé Onanga tente de boycotter l’arrivée de Brice Laccruche Alhianga à Port-Gentil, prévue le 16 septembre prochain, dans le cadre de la tournée nationale lancée récemment. Tournée par le biais de laquelle de directeur de cabinet du président de la République entend recueillir les préoccupations des populations de l’intérieur du pays, en vue de les soumettre à son patron. Dans la capitale pétrolière, il risque de ne pas s’entretenir avec les opérateurs économiques d’origine ouest-africaine. C’est, en tout cas, l’objectif du président du MPR, que d’aucuns disent déjà voué à l’échec.

Il n’empêche, Féfé Onanga a effectué une descente, jeudi, dans les grands espaces commerciaux de la capitale économique, notamment au marché Grand-Village, où il a mis en garde les commerçants ouest-africains, dont certains auraient été conviés par leurs différentes communautés, sur instruction des responsables politiques de la localité, à se rendre à l’Aéroport international Ali Bongo Ondimba.

Depuis quelques jours, en effet, une rumeur persistante accuse l’édile de la commune, Gabriel Tchango, de contraindre les opérateurs économiques à se rendre à l’aéroport sous peine de se voir expulsés de leurs commerces. Cette même menace, à en croire Féfé Onanga, aurait été proférée par Noël Mboumba, actuel ministre du Pétrole et des Hydrocarbures. Des accusations que les collaborateurs des deux personnalités démentent vivement, assurant laisser libre choix aux populations de Port-Gentil d’aller accueillir ou non le directeur de cabinet du chef de l’État.

«Nous sommes venus nous adresser aux commerçants ouest-africains.  Nous avons appris qu’ils ont été contactés pour aller attendre le DC Laccruche moyennant un t-shirt et un billet de 5 000 francs. Nous disons à ces derniers qu’ils sont venus ici pour faire du commerce et non pour se mêler des affaires politiques du Gabon. Laissez la politique aux Gabonais. Le PDG à ses militants et militantes. Libre à eux d’y aller ou pas», a expliqué l’opposant.

Le leader du MPR estime que, «excepté pour le président de la République, une telle mobilisation ne saurait être réservée à un simple directeur de cabinet, qui n’est pas reconnu constitutionnellement».

Taquin, Féfé Onanga a par ailleurs conseillé : «Si Noël Mboumba et Anicet Mboumbou Miyakou se disputent le leadership, ils doivent aller le faire dans la Nyanga. L’Ogooué-Maritime a ses enfants, qui sont dans le PDG. À eux de s’en occuper.» Il n’a pas manqué, lui aussi, de menacer les commerçants non nationaux : «Si et seulement si un étranger se hasarde à se mêler de cette histoire, nous verrons ce que nous ferons après cela.»

 
 

2 Commentaires

  1. Nadine Nguéma dit :

    CONSEIL A FARGEON QUI VEUT DEVENIR PRÉSIDENT DU GABON : commence à intégrer le parti de Mr Féfé Onanga (le MPR). Fais-toi des amis dans l’opposition : c’est la que se trouve le vrai PEUPLE gabonais. Si tu adhères à ce parti politique, et si tu combats les injustices de ce pays, le peuple te regardera autrement et t’adoptera comme gabonais d’adoption. Et ainsi, tu auras toutes les chances de devenir un jour président du Gabon. Même s’il faut attendre 2030. Pour le moment c’est IMPOSSIBLE à cause de ton passé SULFUREUX.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW