Jugé le 22 mars pour délit d’escroquerie et offense au chef de l’Etat, Landry Amiang Washington a été condamné à près trois ans de prison assortis de 4 mois de sursis. N’ayant pas purgé toute sa peine, l’activiste sera libéré le 12 avril courant.

© cgr241

 

Landry Amiang Washington est à une semaine de recouvrer sa liberté. Une information presque erronée et largement relayée fait pourtant écho de sa libération ce 5 avril. Elle est partie d’une vidéo publiée sur Facebook par Hervé Kinga Mombo, activiste ayant également été incarcéré dans la même prison pour offense au chef de l’Etat. Libéré le 4 février dernier, celui-ci dit avoir reçu l’information du fils d’Amiang Washington, un certain Christ.

Me Anges Kevin Nzigou, l’avocat de Landry Amiang Washington, indique que son client a finalement écopé de 32 mois de prison ferme assortis de 4 mois avec sursis. N’ayant pas totalement purgé sa peine malgré sa longue détention, il lui reste quelques jours à éponger. «Il sera libéré le 12 avril», a confié l’avocat.

L’activiste avait été mis aux arrêts quelques heures après son arrivée au Gabon en août 2016. Il croupissait depuis lors à Sans-Famille, la prison centrale de Libreville. Jugé le 22 mars dernier, Landry Amiang Washington était poursuivi pour les délits d’outrage au chef de l’État, appel à l’insurrection et escroquerie. Si le ministère public avait requis la peine de 10 ans d’emprisonnement ferme assortie d’une amende de 1 million de francs CFA, la défense quant à elle avait plaidé à titre principal la nullité de la procédure, et à titre subsidiaire la relaxe pure et simple du prévenu.

Après avoir statué conformément à la loi, le tribunal a décidé de relaxer Landry Washington. Il a été reconnu non coupable du délit d’escroquerie et écope la peine indiqué Me Nzigou pour l’offense au chef de l’Etat.

 
 

1 Commentaire

  1. gabonais dit :

    Courage vaillante Panthere, tu t’es sacrifié pour ce pays qui est le nôtre. On n’oubliera pas ton geste.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW