Directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) depuis février dernier, Landry Régis Laccruche Lelabou a été décoré, le 1er mai, de la médaille d’argent du travail. Portrait d’un travailleur qui a été couronné après 13 ans de service au sein de l’Autorité portuaire du Gabon.

Landry Régis Laccruche Lelabou, le directeur général de l’Oprag, médaillé d’argent, le 1er mai 2019. © D.R.

 

D’apparence, il paraît concentré uniquement sur sa mission de directeur général de l’Office et ports et rades du Gabon (Oprag). Mais très vite, l’on se rend compte qu’il veut porter haut les couleurs de l’Oprag avec à la clé, une solide expérience dans le domaine portuaire. Le 1er mai, le quinquagénaire a été décoré de la médaille d’argent du travail. Né le 13 mars 1967, marié et père de six enfants, actuellement doctorant en Business administration, titulaire d’un Master en Administration des affaires, option stratégie et management des organisations, Landry Régis Laccruche Lelabou a fait toute sa carrière au Port d’Owendo qu’il intègre le 1er décembre 1997.

De 1998 à 1999, il occupe le poste de chef de département communication et relations publiques chargé du management interne avant d’être affecté en mars 2000, à la Direction de la formation et des ressources humaines en qualité d’assistant du directeur. En mai 2003, il est promu chef du département Formation et Ressources humaines. L’année suivante, il est nommé directeur du Port-Môle de Libreville.  En mars 2006, il prend les commandes du Port d’Owendo avant d’être nommé le 26 février 2019, directeur général de l’Oprag. Parlant et écrivant «impeccablement anglais et français», il est tout aussi enseignant vacataire à l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville. Lieutenant colonel de la Marine marchande, il a, selon ses collaborateurs, gravi tous les échelons au sein de l’Oprag au terme d’un peu plus de 13 ans passés à la tête de la capitainerie du Port Commercial d’Owendo.

En prenant la direction générale de l’Autorité portuaire gabonaise, Landry Régis Laccruche Lelabou a tout de suite dévoilé sa vision pour un Oprag tourné vers une mutation nécessaire et obligatoire. L’idée, s’inscrire dans le concert des ports modernes du monde. «Il est un pur produit de l’Oprag. Il connait donc tous les soucis de cette entreprise paraétatique», assurent ses proches collaborateurs qui soutiennent qu’il est déterminé à faire du Port d’Owendo, une place portuaire fiable et compétitive à même de proposer aux armateurs et chargeurs les meilleurs services de la sous-région. Sa vision stratégique, il l’appuie sur huit piliers qui dévoilent son ambition pour les ports et rades du Gabon. «Après plus de 13 ans très riches, à la tête de la capitainerie du Port d’Owendo, Landry Régis Laccruche Lelabou sait qu’il n’a aucune excuse» a soutenu l’un de ses collaborateurs quand l’autre a affirmé que «cette médaille il l’a bien mérité».

 
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    Est ce bien dans ce port que l’on a saisi des centaines de mètres cubes de kévazigo, il y a peu de temps, c’est à dire durant le directorat de la cruche…?

    Portrait à la brosse à reluire…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW