Paul Biyoghe Mba et Ali Bongo au début du septenat.

Dans les hautes sphères de l’État, le départ de Paul Biyoghé Mba de la Primature semble acquis, mais on ne sait quel rôle lui attribuer dans l’appareil de l’État. Certains ont suggéré qu’il devienne premier vice-président de l’Assemblée nationale, mais les mêmes estiment, depuis lundi dernier, que cette prestigieuse fonction devrait revenir à Paul Mba Abessole, leader du Rassemblement pour le Gabon (RPG) et un des (trop) rares élus non-PDG au dernier scrutin législatif.

D’autres souhaitent qu’à peine élu, il démissionne de son siège et prenne, dès la fin du mois de janvier prochain, la présidence du Conseil économique et social (CES), le mandat d’Antoine Mboumbou Miyakou et de tous les membres actuels de cette institution devant prendre fin à cette date. C’est cette perspective qui semble aujourd’hui la plus plausible pour l’ancien président du MCD qui, selon un proche de Guy Nzouba Ndama, n’a que trop été remercié après son soutien à Ali Bongo Ondimba à la présidentielle d’août 2009, avec notamment l’arrivée d’un très grand nombre de ses proches dans des fonctions importantes et des gratifications exceptionnelles dans leurs carrières administratives. Alors, qui pour remplacer Paul Biyoghé Mba ? La décision est-elle déjà prise ?

Le prochain premier ministre ? Un pédégiste originel

Selon certaines indiscrétions, le prochain Premier ministre sera un pédégiste originel, à la différence de Paul Biyoghé Mba, ancien leader du Mouvement commun de développement (MCD). Les arguments : à la suite de la forte abstention qu’a connue le dernier scrutin législatif, avec plus de 65%, le président Ali Bongo Ondimba a besoin, à tête de l’équipe gouvernementale, d’un homme politique chevronné, pas sectaire, à l’ouverture d’esprit reconnu, connu pour son humilité, qui peut être un interlocuteur accepté par tous pour discuter aussi bien avec les responsables de l’opposition qu’avec les leaders de la société civile, afin que les élections locales prévues dans quinze mois, en avril 2013, se déroulent dans de très bonnes conditions et ramènent la sérénité dans le paysage politique actuel. Ce Premier ministre-là est déjà dans la tête du chef de l’État.

 
 

2 Commentaires

  1. Tate LEKAMB dit :

    Cette Affaire de 1er Ministre d’etnie fang doit prendre fin. Le Gabon, sinon le peuple gabonais, est un et indivisible. Que le Président fasse son choix, mais qu’il le fasse sans appriorie aucune. Paul BIYOGHE, bien qu’étant patron du MCD, a fait son travail. Desormais, le souhait de tous les gabonais est de voir le président Ali BONGO ONDIMBA travailler avec tout le monde et non seulement avec le PDG, au risque de voir des gabonais y adhérer pour espérer des fonctions importantes au sein de l’appareil étatique.

    • mba florian dit :

      Tate Lekamb, je suis entièrement d’accord avec toi, mais que veux-tu ? car ce sont des accords tacites passés entre les deux feus, Présidents Léon Mba Minko Medang, Albert Bernard Bongo Odimba, Geoges Rawiri et notre mère patrie la France d’où l’ascension fulgurante d’OBO de 1964 à 1967 ,après le coup d’Etat avorté du 18 au 21 février 1964 (Directeur de cabinet à Vice Président). C’est un rappel historique. Ma question est la suivante: Voudrais-tu avoir comme Premier Ministre un béninois ou togolais naturalisé gabonais en moins de 24h sans enquêtes de moralité préalables dont l’objectif premier est de s’enrichir sur le dos des gabonais hein? Un proverbe gabonais dit: tu pourras plonger aussi longtemps que possible un morceau de bois dans l’eau, il ne sera jamais caïman. Un étranger ayant vécu un siècle au Gabon aura toujours recours à ses origines de mème que l’enfant adopté. Les preuves parlent d’elles mêmes de directeur de cabinet civil, gardes du corps,intendant de la Présidence, les vrais conseillers (ex patriés) et non les fictifs ( gabonais) ect le chef de protocle Sylvain Abessolo pur gabonais a été viré tout récemment comme un malpropre car n’étant pas en odeur de sainteté avec la 1ère dame (Française) et ces sbires . Dans quel pays du monde as-tu ce melting pot? Rien qu’au Gabon mème chez l’Oncle Sam la plus haute fonction pour un naturalisé est celle de gouverneur un point un trait pas question qu’il soit Ministre pire Président de la République car là bas on accepte pas le bordel comme chez nous,l’entourage proche d’Alain Bongo est composé de nationalités étrangères à la notre qui a la main mise sur lui. En un mot, Alain ne nous fait pas confiance. Penses-tu vraiment qu’un étranger résoudrait ta misère? Mon oeil car c’est de ces sbires pédégistes pour intérêts financiers que sortira le Premier Ministre.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW