L’inventeur controversé de l’IM 28, un médicament contre le Sida, est mort ce 04 février à Libreville. 

Donatien Mavoungou, médecin, professeur, chercheur gabonais, est mort dans la soirée du 4 février 2020, dans un petit hôtel du quartier Louis à Libreville.  Il est l’inventeur du DM28- IMMUNOREX (anciennement dénommé IM28-IMMUNOR), un médicament contre le Sida. Controversé par la communauté scientifique locale, il est entré dans la bohème ces dernières années, vivant dans les hôtels et éclusant énormément. En attendant le rapport d’un médecin légiste, ses proches parlent d’un arrêt cardiaque. Gabonreview y reviendra.
 
 

9 Commentaires

  1. Ulys dit :

    Reposez en paix, Professeur. Et MERCI pour vos recherches et découvertes.
    La race blanche ne va pas nous faire avaler qu’elle est la seule à posséder la science infuse. Africains, mettez en exergue vos talents. Exprimez-vous SVP: En médecine, en sciences, en technologies, en morale, en éthique, etc…

  2. ikobey dit :

    Mort d’un charlatan ou l’histoire du meilleur et du pire.
    La mort d’un homme est toujours triste, comment un homme qui aurait pu faire le bien a préféré une gloire éphémère pour finir dans la solitude et le déshonneur.
    Au pays du bon docteur de Lambaréné, un autre docteur a choisi le charlatanisme.

    • Serge Makaya dit :

      Ou c’est moi qui ne comprends pas ton POST, ou c’est toi qui dois voir au plus vite un psychiatre. Tu es atteint de démence. A Ntare Nzame! Pitié!

    • Axelle MBALLA dit :

      Dans LA SOUMISSION “des ténèbres” désormais seul axe du pouvoir, dans la crétinisation de l’ensemble des gabonais à une œuvre dont les ravages serpentent chaque instant, nous aurons toujours des compatriotes comme celui-ci qui place feu le Professeur MAVOUNGOU dans la catégorie que son post indique. Honte à @ikobey…Vrai nom ou pas (ce qui m’étonnerait..), il est le portrait parfait de ce que le système gabonais a engendré comme médiocrité. S’il pouvait lui arriver de détenir ne serait-ce que les 1/10ème de cet immense “patrimoine” mis en terre i y a quelques jours, il comprendrait aisément l’ampleur de ce que le Gabon perd..mais en fin!…passons! @ikobey…Les vrais gabonais retiennent des post comme le vôtre…assez dégueulasse!!!

  3. mousssavou dit :

    Mes les hommes s’en vont,les oeuvres restent.
    Chèr professeur Mavoungou,le gabon ne vous oubliera jamais
    Rest in peace

  4. bill ngana dit :

    Il y a plus de 2000 ans, le Seigneur Jésus affirmait : “Personne n’est prophète chez soi…” Le Professeur Mavoungou a réalisé des prouesses que tous les scientifiques rêvent d’accomplir dans leur vie : proposer aux malades un traitement radical contre une pathologie aussi résistante et maligne que le Sida. Originaire du Gabon, un minuscule pays invisible sur les cartes scientifiques où s’inscrivent généralement le nom des éminents chercheurs, le Professeur Donatien Mavoungou était rejeté par ses collègues gabonais, une attitude incompréhensible, contrairement à ceux des Etats-Unis, du Canada où il tenait régulièrement des conférences très suivies, en Chine, en Afrique du Sud, en France, etc. On raconte maintenant qu’il se faisait très discret, lui qui ne roulait pourtant pas de mécanique, qu’il n’était disert ni sur son état de santé sur laquelle il ne planait visiblement aucune menace, ni sur ses travaux dont l’efficacité ne devait certainement pas plaire à certains commerçants. En tout cas, tout cela est à présent sans importance. Il laisse un héritage historique à son pays le Gabon, dont il a inscrit le nom si haut qu’il n’aurait fallu, à en croire l’attitude de quelques-uns de ses compatriotes. Que le Seigneur te bénisse et t’accorde sa paix à ses côtés, Donatien !

  5. Milangmissi dit :

    Extrêmement consterné et touché par cette nouvelle, partez en paix professeur
    “va ra diambou djadji”

    Cependant il y a quand même un problème sur l’article qui est un flash, la précision sur son addiction à l’alcool était elle nécessaire ?

    “il est entré dans la bohème ces dernières années, vivant dans les hôtels et éclusant énormément” cette phrase à mon gout devrait être supprimée

  6. Serge Makaya dit :

    J’espère que sa famille saura garder précieusement ses recherches. On ne sait jamais. Les personnes de race blanche veulent souvent étouffer les travaux de recherches des personnes de race noire. Que ses recherches en médecine soient précieusement conservées.

  7. AYANGUE ATOUBA dit :

    Celui qui n’a pas fait l’enquête, n’a pas droit à la parole disant un sage Africain.
    Le GABON pert une fois de plus l’un de ses imminents enfant, laisser nous dans notre douleur et tristesse.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW