Au sortir de son tout premier conseil des ministres, Raymond Ndong Sima, nouveau chef du gouvernement, s’est vu “refiler” du personnel extradé de la présidence de la République. Un peu comme si on lui indiquait avec qui composer son cabinet direct de travail.

Le Premier ministre du gabon, Raymond Ndong Sima, le 29 février 2012.

 

La marge de manœuvre du nouveau Premier ministre gabonais, Raymond Ndong Sima, parait compromise à la lecture du communiqué final de son tout premier conseil des ministres, le 29 février. Les seules mesures de ces assises étant constituées de nominations, on aura surtout remarqué qu’une cinquantaine de personnes récemment ou jadis en poste à la présidence de la République,  ont été mises «à la disposition de la primature pour emploi».

De prime abord, cette mesure donne de la primature l’image de «corbeille» de la présidence en ceci qu’on y a affecté le trop plein de personnel ou les nouveaux «indésirables» du palais. En seconde lecture, elle semble «fourguer» à Raymond Ndong Sima du personnel à employer, ainsi que le spécifie le communiqué du conseil des ministres. On peut donc penser, à juste titre, que le nouveau Premier ministre devra composer son cabinet de travail avec ce personnel imposé.

Comment en effet ne pas faire de Guillaume Pambou Tchivounda le conseiller juridique du Premier ministre ? Le concerné a été l’un des plus influents conseillers juridiques de la présidence de la République sous Omar Bongo, une sommité du droit et des sciences politiques au Gabon, reconnue partout, jusqu’à l’ONU. Que devra donc en faire Raymond Sima ? On semble ainsi lui indiquer quelle personne devra être son conseiller juridique. Dans le cas contraire, ne criera-t-on pas au gaspillage des ressources humaines ?

De même, Sophie Apindangoye fut l’un des piliers du protocole d’État sous Omar Bongo. Si elle a quitté la présidence il y a plus d’une année du fait, selon des sources concordantes, de conflits avec Maixent Accrombessi, sa mise à la disposition de la primature semble indiquer qu’elle devra s’y occuper du protocole. La même déduction pourrait s’appliquer à Serge Constant Abessolo, jusqu’ici maître de cérémonie à la présidence dont tout le monde chante les rapports privilégiés avec le président. Comment donc Ndong Sima devra-t-il le laisser choir ?

Dans le même ordre d’idée, que faire d’Étienne Guy Mouvagha Tchioba, ancien vice-Premier ministre chargé du Pétrole, ancien président du Conseil d’administration de BICIG, ancien sénateur et, pour la vie privée, ancien beau-père d’Ali Bongo qui en avait épousé la fille en premières noces. Toutes choses qui supposent des rapports particuliers avec les avantages qui devraient aller avec. Que devra donc faire Ndong Sima de quelqu’un de ce calibre ? Le même raisonnement pourrait se poursuivre avec Alain Afanere, ancien directeur général de la Société gabonaise de Factoring (filiale de la Banque gabonaise de développement), et bien d’autres parmi les personnes envoyées à la primature «pour emploi».

Le nouveau Premier ministre se retrouve donc avec, dans les mains, des personnes dont le background est éloquent dans l’ancien système. Pris en conseil des ministres, ces nominations ne sauraient être prises comme de simples mesures administratives, mais plutôt comme une mesure politique. Les décisions prises en conseil des ministres ayant, d’un point de vue juridique, valeur de décret. Ndong Sima va-t-il donc devoir composer son cabinet avec ces personnes.

Même si, certaines interprétations avancent qu’il ne s’agit pas pour le Premier ministre de prendre ces personnes dans son cabinet, mais de les déployer dans l’administration, il aurait sans doute été plus simple d’utiliser les formules consacrées : «remis à son administration d’origine» ou «appelé à d’autres fonctions».

Dans tous les cas, le pouvoir de nomination appartient au chef suprême, le président de la République. Celui-ci aurait donc pu nommer, aux termes de la Constitution, ces personnes là où il l’aurait voulu. Aussi, l’hypothèse selon laquelle il revient au Premier ministre de redéployer ces personnes dans l’administration, ne saurait aisément être appréhendée. Cette mesure ressemble donc à une manière d’imposer du personnel dans le cabinet du Premier ministre.

L’usage voudrait pourtant que celui-ci, comme la plupart des ministres, fasse son propre casting et compose lui-même son équipe directe puis d’en faire la proposition. Des réaménagements pouvant certes intervenir si certaines personnes proposées posent un problème.

En principe, c’est au patron du cabinet de proposer avec qui il pourrait travailler en toute aisance, avec quelles personnes il sera en harmonie au niveau de sa méthode de travail. Il s’agit quand même de mettre en œuvre des politiques publiques et, au-delà des aspects techniques, il y a la symbiose dans vision, il y a la prospective et la stratégie qui font qu’il vaut mieux avoir pour collaborateurs des personnes avec lesquelles on partage ces aspects. Raymond Ndong Sima va-t-il se laisser plomber ou composera-t-il son cabinet sans ce personnel qui lui a littéralement été imposé ? Sa gestion de ce personnel « fourgué » indiquera en tous cas quelle sera sa véritable marge de manœuvre à la tête du gouvernement.

 
 

14 Commentaires

  1. Citoyen libre dit :

    C’est le début du fiasco dans ce nouveau gouvernement de missions. Il ne reste plus que les démissions

  2. louise dit :

    je pense franchement qu’il fallait s’y attendre. la suite nous révélera comme le dit l’article qu’elle sera réellement sa marge de manoeuvre.En tout au journaliste que vous êtes merçi pour votre clairvoyance.

  3. Certes l’expression ‘POUR EMPLOI’ conforte la conclusion de l’analyste mais les conseillers ne sont pas des cancres et sont Gabonais.
    Le Premier Ministre peut choisir entre eux les agents qui l’aideront dans sa tache … Comme il le fera avec d’autres agents qu’il trouvera a la Primature.
    J.M. Kringer VANE

  4. Sateene dit :

    je sais que cet homme est un bosseur tout comme le Président de la République, alors attendons de voir les actes qu’il posera dans ses nouvelles fonctions, avant de le juger.

  5. jason clyde dit :

    pour ma part, je pense qu’il y aura certainement un remaniement au niveau de certaines directions adminsitratives et l’exemple nous provient de la caistab.ouvrons les yeux,l’orage arrive.

  6. M.Yves Nzeng dit :

    Gabonais nous sommes et le resterons jusqu’a la fin de nos vie que les signes actuel nous serve de directive.Felicitation et bon travail montré l’exemple a toute la nation je crois en votre efficacite.

  7. Pether dit :

    Très bonne analyse, car au fond on ne peut pas nommer un monsieur pour sa détermination au travail et le lier les bras de cette manière. J’ose donc espérer qu’il sauras voir le piège venir et qu’il proposera la composition de son propre cabinet, faite en toute conscience…

  8. Citoyen qui aime son pays plus que tout dit :

    Je tiens tout d’abord à féliciter le compatriote qui nous a nourri de son analyse. J”appelle cela, informer objectivement. S’agissant de ce lourd personnel mis à la disposition du tout nouveau PM, je crois qu’il est assez intelligent pour comprendre ce que les Gabonais qui ont applaudi lors de sa nomination, attendent de lui. Parmi ce personnel, il y a des compatriotes qui doivent faire valoir leurs droits à la retraite, pour laisser la place aux jeunes qui ont beaucoup à apporter dans ce pays. Par contre, pour ceux qui ne pourront pas aller en retraite, ils pourront aller en diplomatie. Il est important de comprendre une bonne fois pour toute, qu’on ne vit pas seulement de politique. Il est temps de se remettre au travail pour construire un Gabon auquel nous rêvons tous. Fini les rues avec les nids de poule, les habitations couvertes de tôles en haut tôles en bas, des casernes militaires qui donnent le visage des cités abandonnées, des transports qui n’existent que de nom, des hôpitaux qui sont des mouroirs, des écoles qui présentent le visage d’un pays agonisant. Où allons nous avec tout cela?
    Merci pour ceux qui voudront continuer ma réflexion. Bye.

  9. MouNziRa dit :

    Tout obstacle est surmontable. S’il s’emploie bien il pourra y arriver, il est pas obliger de les avoirs dans les pattes…De facon c’est lui le boss!

  10. En trois jours seulement on commence déjà à mettre au pôvre Ndong Sima les bâtons dans les roues en le chargeant des caciques de la Présidence comme collaborateurs. Pas la peine de travailler dans ce pays en toute quiétude.

  11. patt dit :

    Je félicite le journaliste qui a élaboré cet article lui au moins,ne souffre pas de la maladie de la sclérose-gabonisse.Par rapport aux noms cités,ce sont des mauvais signes précurseurs,donc si je comprends bien la primature est un lieu de villiagéture,que peut faire NDONG SIMA devant un Etienne Guy MOUVAGHA et les autres.Quand j’aime le Drapeau de mon pays,pas la photo de mon (président),je dois dire les choses pour le bien de mon pays quand ça ne va pas.

  12. RyanKeith dit :

    le maçon sera jugé au pied du mur!
    Le PM a suffisamment de discernement pour faire la part des choses entre les bons et les médiocres parmi ces “fourgués”.

  13. laguishire dit :

    Pour Serge Abessolo s’il pouvait revenir sur scène ça nous ferait un grand bien. il est talentueux ! fini les privilèges Tata Abess et j’espère qu’il ne s’est pas fait corrompre?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW