La grande famille du Parti démocratique gabonais (PDG) dans la province de l’Ogooué-Maritime s’est réunie le samedi 13 juillet dernier à la foire municipale de Port-Gentil dans le cadre du week-end politique initié il y a quelques temps sous instruction le président de la formation politique. Au cœur de l’évènement, les militants qui ont reçu une formation à cet effet.

La salle polyvalente de la foire était archi-pleine. © Gabonreview

 

Les différents intervenants ont axé leurs propos sur trois thématiques essentielles en présence de la Secrétaire nationale chargée de l’animation dans la province de l’Ogooué-Maritime, Claire Mandza, des membres du Comité permanent, de ceux du Bureau politique, du Comité national et central et des militants et sympathisants du Parti démocratique gabonais.

Noël Mboumba puis Richard Royembo durant leurs exposés. Et, les cadres du PDG pendant la projection sur la hiérarchie du parti. © Gabonreview

La première, présentée par Noël Mboumba, a porté sur «la vulgarisation du discours du chef de l’Etat» prononcé le 8 juin dernier en mémoire de celui prononcé par feu Omar Bongo Ondimba et dont a retenu une phrase devenue célèbre : «Dieu ne nous a pas donné le droit de faire du Gabon ce que nous sommes entrain de faire. Prenons garde. Car lorsqu’il décidera de nous sanctionner, il le fera avec rigueur». Une façon pour Ali Bongo Ondimba, à en croire le membre du comité permanent, d’emmener les uns et les autres à prendre conscience de la partition qu’ils ont à jouer dans le processus de bonne gouvernance et de développement du pays.

Noël Mboumba a ensuite clamé «la déception» du président de la République qui a fait un constat amer de «mauvaise gouvernance». En effet, «en dépit des moyens débloqués et des responsabilités confiés aux uns et autres à tous les niveaux de l’appareil étatique et politique, c’est un échec cuisant» dont il prend sur lui la responsabilité face à ses compatriotes. Selon le conférencier, le chef de l’État dénonce la «gabegie, la corruption, les malversations financières, l’enrichissement illicite et effrénée de ceux qui (…) à des postes de responsabilité» se complaisent certains gabonais ayant fait abstraction des valeurs de loyauté, de patriotisme, de rigueur au profit de la «mauvaise gouvernance». Si en dépit de tout, Ali Bongo Ondimba reste déterminé à mener à terme la mission d’améliorer les conditions sociales des gabonais, il a dit attendre du gouvernement «une action plus vive et efficace». Dans cette optique, il a déclaré que «tous ceux qui se mettront en travers de sa vision de bonne gouvernance seront sévèrement écartés». Le chef de l’État a par ailleurs exhorté ses compatriotes à tourner le dos aux dérives qui minent «notre» société avant d’inviter les PDGistes à un sursaut patriotique vis-à-vis de «notre» identité, de «nos» lois et de «nos» valeurs ancestrales.

Gabriel Tchango, membre du Comité permanent, a entretenu les militants du PDG sur «la charte des valeurs», ensemble de principes et de règles régissant l’éthique du PDG. Outil de cohésion  entre les militants, la charte des valeurs a connu une évolution lors du 11ème congrès ordinaire dit congrès de la revitalisation et de la régénération, en décembre 2017, a rappelé l’orateur. Conformément à la vision du chef de l’État qui voudrait que les valeurs de «dialogue, tolérance et paix» se concrétisent avec l’exemplarité, le bon militant «doit se montrer au quotidien comme un modèle de probité dans la société. Il doit cultiver l’égalité des chances, le refus de la mauvaise gouvernance dans laquelle se complaisent nombreux de nos concitoyens. Il doit, en toutes circonstances, placer l’intérêt national au dessus de tout», a indiqué le maire de la capitale économique.

À son tour, le secrétaire provincial du PDG a discouru sur la hiérarchie du parti au pouvoir. Des statuts et règlements intérieurs de ce parti en passant par ses organes constitutifs, les militants ont longuement été édifiés. Albert Richard Royembo est par ailleurs revenu avec insistance sur les rôles et les missions de chacun de ses organes dont les responsables doivent entretenir les bases sur les fondamentaux de régénération et de revitalisation qui guident désormais le PDG.

 
 

3 Commentaires

  1. Junior barro dit :

    Nous soutenons vaille que vaille la vision du Président du Parti, Ali BONGO ONDIMBA, notre Distingué Camarade

    • Akébé Vite !!! dit :

      Absolument vous avez raison : tout le monde pense ça. Vous avez un don de télépathie universelle. C’est un atout très précieux grâce auquel vous allez faire carrière chez les PD zozos, nous préserver de ,nous rafraîchir et nous rendre vraiment immergés. Sauvez-nous vite ! kia kia kia Pfff !!!

  2. Junior barro dit :

    Sur la voie de l’Emergence, petit à petit, pas a pas, mais pas un pas sans les Camarades Marigovens.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW