Alors que sa nomination au gouvernement continue de faire jaser, Lee White après avoir prêté serment, ce 13 juin, a assisté à son premier Conseil des ministres en tant que membre du gouvernement. Visiblement content de sa nomination, il estime que cette nomination est plus la reconnaissance de sa technicité qu’autre chose. Il entend se mettre au travail.

Lee White, le 13 juin 2019, à la présidence de la République. © Gabonactu

 

Près de 8 mois après les dernières élections générales, le Gabon s’est offert un deuxième gouvernement avec pour Premier ministre Julien Nkoghé Békalé. S’il est vrai que plus de la moitié des ministres du gouvernement Nkoghé Békalé I ont été reconduits, d’aucuns sont tenté de croire que la répartition des portefeuilles n’a pas donné lieu à de difficiles tractations entre les différents partis ayant sorti leur épingle du jeu lors des scrutins (législatives et locales), tant le Parti démocratique gabonais (PDG) auquel pourrait s’ajouter ses nouveaux alliés, s’en est sorti avec une majorité confortable.

«Ça fait 30 ans que je marche dans la forêt gabonaise»

Mais l’équipe comporte tout de même une nouveauté de taille : «un étranger y prend des responsabilités de premier ordre». Le ministère de la Forêt, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan climat est pour ainsi dire attribué à Lee White. Cette entrée, pour le moins, détonante, continue de faire jaser, mais le nouveau ministre d’origine britannique, naturalisé gabonais, se sent à l’aise tant il connaît le domaine dont il est le nouveau patron. Ce 13 juin, avec les autres membres de l’équipe, il a, d’ailleurs, prêté serment avant d’assister à son premier Conseil des ministres en qualité de membre du gouvernement. «Ça fait 30 ans que je marche dans la forêt gabonaise, ça fait presque 10 ans que je suis en charge de l’Agence nationale des parcs nationaux», a déclaré Lee White.

 «Je pense que j’ai été nommé plus pour ma technicité, que pour la partie politique», a-t-il poursuivi estimant que l’heure est désormais au travail. «On a tous suivi l’affaire de Kévazingo donc je pense qu’il faut quelqu’un de technique qui connaît bien la forêt, la mer. Et, ma tâche, c’est de restructurer un petit peu le ministère, de mettre le ministère sur la bonne voie», a exprimé Lee White qui entend «revaloriser le Kévazingo». Alors que l’exploitation de cette essence est désormais interdite au Gabon, il estime pour sa part que «ce n’est pas comme ça qu’on va développer le Gabon». Il songe donc à «une exploitation durable». Dans cette optique, il compte «rapidement avec les techniciens du ministère corriger le tir». Certainement, une levée de la mesure d’interdiction d’exploitation du kévazingo d’autant plus qu’il dit vouloir «se focaliser sur les dossiers qui sont plus compliqué, peut-être plus importants à long terme». Pour lui, le dossier changement climatique «est beaucoup plus difficile à régler que la gestion de la forêt».

Content d’avoir participé au premier Conseil des ministres du gouvernement Nkoghe Bekale II, Lee White a dit avoir fait remarquer à certains de ses collègues aujourd’hui qu’il n’est pas à sa première participation à un Conseil des ministres. «C’est la 4e fois que je passe en Conseil des ministres. La première fois, c’était en 2002 pour présenter le projet des parcs nationaux», a-t-il fait savoir. Ayant travaillé avec Omar Bongo, il dit s’en être souvenu lors de sa prestation de serment. «Dans la salle où on a prêté serment, il y avait le portrait d’Omar Bongo, c’était comme s’il me regardait droit dans les yeux. C’était pour moi une grande émotion, c’est une grande responsabilité. Même les ministres qui étaient déjà là, tremblent un peu avec l’émotion et la responsabilité. Donc ça m’a marqué très fort», a-t-il laissé entendre.

 
 

15 Commentaires

  1. Endundu dit :

    Bon vent Mr le Ministre. Le Président Ali a exaucé le voeu du défunt Président Omar Bongo qui fut l’instigateur des parcs nationaux, et souhaitait te voir assumer pleinement les hautes au vue de ta technicité en la matière.

    • Pas d'accord dit :

      @ Endundu
      Avant de vous exprimer faudrait prendre le temps de connaitre le sujet. Le petit Omar n’a fait qu’entériner une decision des européens pour préserver leur oxygène.
      A cet effet, les européens payent chaque année (les Bongos et non le Gabon) des millions d’Euros pour que le Gabon garde les parcs.
      En addition, les parcs avaient été créés par les colons Français et Bongo n’a fait que de les faire passer sous un nouveau status. Sous les Français les parcs s’appelaient déjà des réserves.
      Ce qui me fait rire c’est qu’il se présente aussi comme un expert de la mer, depuis quand ? Depuis qu’il siège au conseil de la mer ? Cela fait de lui un expert ? Laissez moi rigoler, soit on est forestier soit on est côtier. Et pourquoi pas une panthère orange fluo Mike, tu connais aussi monsieur l’expert ?
      En réalité c’est un espion de la reine au même titre que celui du cinéma 007. Son véritable travail est de rapporter les informations sur le pouvoir Gabonais à son pays l’Angleterre. Pour cela il lui est indispensable de rester au plus proche du pouvoir. Idem pour son pote Mike Fay.
      Cette nomination n’ est que pour un temps et fera de lui un paria quand il tombera. En avance: Adieu Lee et bon voyage.

  2. Eternité dit :

    ” Lee White qui entend «revaloriser le Kévazingo». Alors que l’exploitation de cette essence est désormais interdite au Gabon, il estime pour sa part que «ce n’est pas comme ça qu’on va développer le Gabon». Il songe donc à «une exploitation durable». Dans cette optique, il compte «rapidement avec les techniciens du ministère corriger le tir». Certainement, une levée de la mesure d’interdiction d’exploitation du kévazingo”

    Vous avez vos adeptes mais vous venez de confirmer ce que de nombreux Gabonais pensent de vous …Vous etes un profiteur des travaux forcés et un destructeur du Gabon!!!
    Reprendre l’exploitation du Kevazingo…

    Pitiation, vous etes à l’image de vos contempteurs et affidés, une plaie de plus pour mon Gabon, vous le Blanc qui confirmer que ceux qui nous gouvernent ne sont pas des Gabonais!

  3. Okoss dit :

    Akiee
    Le Gabon c est avant tout un pays, un état et non une multinationale ou on peut trouver à des postes importants des gens de nationalité diverse.
    Vite ohhh savons la nation est en danger

  4. Paul Ndong dit :

    Les Pygmées vivent dans cette forêt depuis bien plus de 3 ans.

    Si c’est la technicité, pourquoi ne pas faire un appel à candidature international…

  5. Pygmées dit :

    30 ans que tu marches dans la forêt gabonaise pour chercher quoi ? Des richesses ? Eh bien saches que la principale richesse de la forêt gabonaise c’est d’abord nous, les PYGMÉES. Si tu ne t’interesses pas d’abord à nous, nous allons t’ensorceler. Tu as bien compris ?

  6. Tarabay dit :

    Tirons profit de l’expérience des autres, ca ne fait pas de mal d’apporter un sang neuf dans la famille politique, on est un pays moderne qui a besoin d’être structuré et amélioré, pourquoi pas, à partir du moment où cet acteur est sincère pour notre beau pays, la vraie richesse pour nos enfants c’est la nature qui nous entoure, bon vent Monsieur Le Ministre et que Dieu vous accompagne.

    • Eternité dit :

      Je sais qu’il faut respecter l’avais de tout un chacun..mais j’ai une question pour vous : En quoi ce monsieur est il plus compétent qu’un Gabonais ou un Pygmée pour préserver la foret equatoriale?

      On peut en debattre !!

  7. 짐 - 루크 dit :

    tarzan (le faux évidement)symbolise la médiocrité d’ une certaine haute fonction publique qui ne se maintient que par le rempart de son statut politique et des bongo ((les papes l’échec personnifié). On voit en grand ce que ça donne en petit à tous les étages de l’appareil d’ état. Il serait temps de permettre aux fonctionnaires de qualité déjà en poste -ils sont nombreux- de prendre les commandes par compétence au lieu de subir des nominations par cooptation et du fait de mercenaires qui leur savonnent la planche en permanence. C’ est une vraie plaie: impossible de se débarrasser de ces gens. Qui ne connaît pas des directions de département ministériels sinistrés du fait de personnages ventouses de cet acabit ? L’ hôpital crève aussi de ce fonctionnement archaïque qui conforte des directions poussives et bien maboules le Kévagate auquel il a participé en fait foi.Et tarzan est toujours là….

  8. Fine bouche dit :

    Autant de remaniement me fait pressentir du caphanaum au sommet.

  9. Ikobey dit :

    Enfin, on choisit la compétence !
    Beaucoup de Gabonais sont avec vous ! Quelques Gabonais seront gênés par votre compétence, par vos actions , résistez aux mauvais coups à venir !
    bonne chance Lee White !

    • Léon Nkoghe dit :

      Quand les espions à la solde du régime viennent écrire n’importe quoi pour soutenir ce régime SATANIQUE. “Ikobey”, avec moi, tu ne peux pas te cacher, même avec un sobriquet. Un CONSEIL: arrêtes de soutenir le DIABLE* et ses suppôts*. ALI BONGO EST BIEN MORT DEPUIS OCTOBRE 2018. JE TRAVAILLE AUSSI A LA PRÉSIDENCE, ET JE SAIS BIEN DE QUOI JE “PARLE”. J’ai de plus en plus HONTE de soutenir (même par mon travail) ce régime qui est lui-même MANIPULE par la France. Lee White a été nommé par Laccruche Fargeon qui est devenu le préfet au Gabon de la françafrique. Il l’a nommé sur demande de la Cellule Africaine de l’Elysée (ou Quai d’Orsay, c’est la même sauce). Et c’est bien Laccruche Fargeon que la France veut nous IMPOSER comme président.

      NB: même les Bongo (Omar et Ali) n’ont JAMAIS pris de décision sans l’aval de la cellule africaine de l’Elysée. TOUT EST DÉCIDÉ EN FRANCE. ET PAS SEULEMENT POUR LE GABON, MAIS AUSSI POUR BIEN D’AUTRES PAYS D’AFRIQUE.

      Il n’y a qu’une VRAIE RÉVOLUTION (comme elle en a connue, cette saleté de France) QUI METTRA FIN A CE NÉO-COLONIALISME QUI DURE DEPUIS LES PSEUDO INDÉPENDANCES DE NOS ETATS D’AFRIQUE. CQFD.

      *DIABLE = France
      *Suppôts = Laccruche Fargeon – Sylvia Bongo – AJEV – PDG – tout le clan Bongoiste…

  10. 짐 - 루크 dit :

    Les émergents ces grands adeptes de la pensée unique, persuadés de détenir la science infuse, intolérants,arrogants ingrats et méprisants envers ceux qui pensent différemment d’eux,n’ayant plus aucun crédit auprès des Gabonais commencent à payer le prix de cette suffisance de cette morgue assassine, ceci à l’image de leurs maîtres à penser. Ils commencent à constater l’effet boomerang de leur manque total d’humilité,de clairvoyance (depuis plus de 60ans sic!) et ce n’est qu’un début…..

  11. ISABELLE dit :

    En quoi est-il intégré dans la réalité, la culture Gabonaise ? Pour se faire, il aurait du au moins épouser une Gabonaise et avoir des enfants. Il n’est pas trop tard pour lui. Comme il prétend AIMER BIEN NOTRE FORET, alors je lui propose d’épouser une femme de la forêt, une pygmée, et avoir au moins un enfant avec cette pygmée. Ce serait un ENFANT qui sera en UNION avec notre forêt. Et la, il méritera très bien sa fonction de “ministre” de la forêt.

  12. Sophie dit :

    30 ans seulement ? Les pygmées sont dans la forêt depuis dès millénaires Mr White.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW