Cocobeach a tourné le dos à Michel Menga ! Face à un adversaire – Fidèle Angoué Mba (PDG) – qui avait auparavant dirigé la mairie de la commune et qui lui avait succédé au Palais Léon-Mba après sa sortie du PDG en 2015, «le ministre d’Etat» n’a, semble-t-il, pas compris que la donne avait changé en sa défaveur depuis son retour au gouvernement en mai dernier. Erreur de jugement, manque de stratégie. Michel Menga a péché par un trop grand complexe de supériorité et par un comportement qu’on ne lui connaissait pas auparavant dans son département de la Noya.

Détail de l’affiche de campagne de Michel Menga. © D.R.

 

Comme enivré par les fastes et privilèges du pouvoir, Michel Menga a accumulé un trop grand nombre de fautes avant l’élection tout d’abord, puis pendant la campagne. «Oui, le pouvoir est jouissif, mais quand on a 67 ans, on ne devrait pas tomber aussi facilement dans l’arrogance et le manque de considération pour les autres», estime un habitant de la localité. Soudainement devenu arrogant et hautain, le «sympathique M. Michel» venait, par exemple, en week-end à Cocobeach avec une escorte de six, sept ou huit véhicules haut de gamme. Même le dimanche à l’église, il se faisait remarquer avec un entourage très bruyant et une impressionnante escorte…

On lui a également reproché de ne plus s’arrêter dans le bar où il avait l’habitude de prendre un verre. «Michel Menga s’est installé dans une bulle, un comportement de jeune premier». Il donnait l’impression de prendre de la distance. «En dépit de sa longue expérience administrative et politique et son passage au gouvernement sous Jean Eyéghé Ndong, Michel Menga était devenu méconnaissable, peut-être à cause de ses nouveaux habits de ministre d’Etat»… le premier de la contrée depuis Léon Mébiame.

Étalage de richesse, arrogance, ivresse du pouvoir,…

Pendant la campagne, il aurait péché par une erreur de communication. Il est en effet trop souvent revenu sur les raisons de sa présence au gouvernement, ses démêlés avec Alexandre Barro Chambrier, alors que les populations venues l’écouter espéraient entendre qu’il se battrait à l’Assemblée nationale ou même au gouvernement pour la construction d’une route carrossable entre le chef-lieu du Komo-Mondah et celui de la Noya. Elles espéraient qu’il leur parlerait de la résolution future des problèmes d’adduction d’eau et de l’embellissement des voiries de leur commune… Elles ont plutôt découvert une personnalité coupée des réalités. De plus, pour le scrutin législatif, il est allé jusqu’à faire invalider la candidature de Paul-Thomas Ndong de l’autre tendance de RHM.

Les populations de Cocobeach ne lui ont pas pardonné cet étalage de richesse et cette attitude nouvelle. Résultats des courses : sur les 1126 suffrages exprimés, le ministre d’Etat n’a obtenu que 400 voix, ne récoltant que 35% des suffrages ! Son principal adversaire, Fidèle Angoué Mba du Parti démocratique gabonais (PDG), lui, a obtenu 709 voix. Ces 300 voix d’écart sont l’expression du rejet que suscite aujourd’hui Michel Menga à Cocobeach. «Menga peut revenir quinze fois, aux élections, quinze fois il sera battu», affirme un de ses anciens compagnons politiques dans la Noya. Son rêve de Primature s’est brisé à Cocobeach !

Mais ce rejet ne s’arrête pas qu’à Cocobeach. Les candidats qu’il a pu présenter ici et là ont également largement mordu la poussière, tel Olivier Constant Nzué crédité d’un… 6% dans le 2ème arrondissement de Libreville.

 
 

6 Commentaires

  1. Ange BOUSSAMBA dit :

    Il a perdu la boussole, le sympathique M. Michel ! Lors d’une réunion avec l’appareil administratif de Cocobeach, Michel Menga demande à tout le monde comme le nouveau chef de Cocobeach, et que celui qui n’était pas d’accord avec ça pouvait quitter la salle. Voilà le nouveau Menga.

  2. Itsiembou dit :

    Quel gachi, il n’a rien compris. Le peuple a évolué mentalement

  3. espoir dit :

    cet article de gabonreview est comme si c’est un ennemi de Me’ha qui l’a redige autant le contenu est vrai.avec cette defaite Il est contraint a la retraite avec une bonne lecon que le peuple gabonais n’est plus le meme.

  4. Patrick de BARROS dit :

    Tout ce qui est dit dans cet article est vrai, mais juste une précision : il a parlé aussi de la route lors d’une causerie, mais les populations lui ont dit qu’il y a cinq mois qu’il est reparti au gouvernement, mais on ne voit rien à Cocobeach.

  5. Ange BOUSSAMBA dit :

    Lire : ”Michel Menga demande à tout le monde DE LE RECONNAÎTRE comme le nouveau chef de Cocobeach”…

  6. l'enfant de Bakouaka dit :

    Je suis perdu…

    Cette élection est-elle valable ou pas? Tantôt on nous dit que les chiffres donnés ne correspondent pas à la réalité du terrain. Tantôt on valide la défaite (ou la victoire) de certains sur la base de ces chiffres.

    Finalement?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW