Franck Nguéma, l’indépendant qualifié pour le second tour des législatives subit des attaques que mènent certains internautes contre lui depuis quelques jours. S’il les lit comme tout le monde, il assure que cela n’entame pas sa détermination.

Scène d’une nouvelle causerie de Franck Nguema dans un quartier d’Akanda, en vue du second tour des législatives 2018. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Alors que l’on amorce la dernière ligne droite conduisant au deuxième tour des élections législatives prévues le 27 octobre 2018, le candidat indépendant présenté sous la bannière du Groupe Lumière, essuie de ses adversaires «une propagande négative» qui, semble-t-il, n’influence pas sa détermination.

L’actuelle campagne électorale se joue sur le terrain auprès des électeurs ainsi que sur tous les autres fronts comme sur la toile. Considéré comme «la révélation d’Akanda» par ses soutiens, Franck Nguéma subi les assauts des internautes et autres activistes des réseaux sociaux ; un lieu où tout semble permis. Ouvert à tous commentaires, il laisse le public poster son opinion sur sa page officielle. Certains en profitent pour charger celui qui défie le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au second tour de ce scrutin dans le deuxième arrondissement de la commune d’Akanda.

Récemment, le membre du Groupe Lumière a été attaqué sur la gestion de ses entreprises. Il lui est reproché «une administration médiocre et un mauvais traitement de ses salariés». A cette critique, il a rétorqué dans une de ses publications ainsi que durant ses causeries. «A TV+, nous avons subi huit attaques commandos en huit ans. Nos panneaux publicitaires ont été détruits à 80%. Mais dans tout cela, je n’ai licencié aucun employé et les salaires sont réguliers, avec près de 100 employés depuis 20 ans…», a-t-il justifié, en précisant que sa télévision ne bénéficie d’aucune subvention de l’Etat.

D’autres internautes, par contre, demandent poliment une contribution financière au candidat à travers des messages «in box». Ces derniers prétextent d’un événement malheureux ou se font passer pour des étudiants en difficultés. Si la demande ne trouve pas immédiatement satisfaction, ils se lancent dans une campagne de dénigrement de Franck Nguéma, mettant ainsi en lumière, leur véritable intention. Conscient des risques de son engagement politique, le candidat se dit prêt à faire face à toutes les éventualités.

Franck Nguéma se dit porteur d’une espérance nouvelle pour les habitants d’Akanda située au nord de Libreville. Candidat au 2e arrondissement de la commune, le patron de la chaine de télévision privée TV+ et neveu d’André Mba Obame, est entré dans l’arène avec des constats, mais surtout des propositions. A l’Assemblée nationale, les combats qu’il mènera lors de la 13e législature, s’il est élus, sont l’accélération de l’accès des populations aux services sociaux de base pour éradiquer l’extrême pauvreté, la défense et la modernisation du modèle social et de la justice sociale, la promotion de l’école de la réussite comme ascenseur social.

Le second siège de la commune d’Akanda est discuté avec le candidat du PDG. Le 27 octobre, le collège électoral devra trancher entre les deux acteurs politiques.

 
 

1 Commentaire

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW