Qualifié pour le second tour des législatives, prévu le 27 octobre prochain, Franck Nguéma a pris note des révélations de fraude dénoncée par ses électeurs, au cours d’une causerie le week-end dernier à Akanda.

Le candidat, Franck Nguéma, du Groupe Lumière a opté pour des causeries de proximité
avec les potentiels électeurs en prélude au second tour des législatives fixé au 27
octobre 2017. © Gabonreview

 

Candidat indépendant du Groupe Lumière, Franck Nguéma, qualifié au second tour des législatives, au deuxième arrondissement de la commune d’Akanda, est en campagne. De causerie en causerie, il rencontre les potentiels électeurs avec lesquels il échange sur la nécessité d’améliorer la gouvernance nationale. Au cours de ces rencontres, ses militants ont dénoncé les fraudes que prépareraient ses adversaires pour un passage en force. Malgré cela, il est resté serein et promet de gagner le scrutin.

Plusieurs zones de la commune d’Akanda ont reçu, le samedi 20 et le dimanche 21 octobre 2018, la visite de la caravane politique de Franck Nguéma, D’Angondjé-Fanguindaka à Cap-caravane, en passant par Sherco et bien d’autres quartiers, les habitants semblaient bien heureux d’accueillir celui qui défie le Parti démocratique gabonais (PDG) au second tour de ces législatives. Son discours ravive en effet l’espoir d’une vie meilleure pour cette population qui croupit sous la misère et contre laquelle il promet, une fois à l’hémicycle, de se battre pour la promulgation des lois freinant la pauvreté et protégeant la population.

© Gabonreview

Au-cours des échanges, certains électeurs ont exprimé leur inquiétude face à la fraude électorale. Durant le premier tour, ces derniers ont affirmé avoir été témoins de scènes de corruption et de transport d’électeurs au centre du Collège Louis Bigman et ailleurs. «Moi-même j’étais là, j’ai vu ce qui se passait. Ils donnaient 10.000 francs aux électeurs. Ça se passait derrière les bus. Ces 10.000 peuvent-ils vous sortir de la souffrance ? Ils vont encore revenir avec 10.000 mille francs, mais avant d’arriver à la maison, vous les aurez déjà finis. Vous voyez que cela ne représente rien dans vos vies.», a sensibilisé une riveraine, invitant le public à choisir Franck Nguéma, le 27 octobre.

«Votons pour celui qui pensera à nous à l’Assemblée, qui parlera de nos problèmes, qui demandera des lois pour améliorer nos vies et nous protéger», a martelé cette dame.

Agé de 49 ans, le patron de la chaine de télévision privée TV+ compte lutter, entre autres, pour une parité de genre dans les occupations de postes et de fonctions. Pour lui, les femmes sont douées à la gestion des affaires. «La société gabonaise devrait davantage les impliquer dans la gouvernance du pays», estime-t-il, afin qu’elles s’affirment réellement. «Au Gabon, la majorité des chefs de famille sont des femmes. Elles sont formées depuis leur jeunesse pour assumer et assurer des responsabilités et pour lutter contre la pauvreté», a-t-il déclaré, sous les applaudissements de la foule. Il compte également se battre pour la promulgation des lois sur les habitations à loyer modéré (HLM) et pour la protection des chômeurs.

Le candidat du Groupe Lumière anime, en moyenne, cinq causeries par jour. Cette semaine et jusqu’à la clôture de la campagne, le 26 octobre prochain, il est attendu dans plusieurs autres quartiers du deuxième arrondissement de la commune d’Akanda.

 
 

1 Commentaire

  1. Paul Ndong dit :

    François Ndjimbi,

    Tu sais mieux que personne que Franck Nguema à été financé par le DCPR pour torpiller JGNA. Le pauvre qui dit partout être ton frère il doit vraiment déchanter maintenant.

    Espérons que cela va lui ouvrir les yeux. Vous aimez trop l’argent! Pensez un peu à votre pays mon Dieu!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW