Le parti de René Ndemezo’o Obiang annonce pour les 27 et 28 avril prochain ses journées de réflexion, organisées dans le cadre de sa rentrée politique comptant pour l’année 2019. Six mois après les dernières élections couplées législatives et locales, ce parti de l’opposition entend traiter des sujets d’actualité, et tenter de se mettre sur de nouveaux rails.

Des membres du bureau politique de DN, lors d’une récente réunion de préparation des prochaines journées de réflexion. © D.R.

 

Trois ans après sa création, Démocratie nouvelle (DN) s’apprête à entrée dans une nouvelle ère. Au cours des journées de réflexion du 27 au 28 avril prochain, la formation politique de René Ndemezo’o Obiang ne devrait pas se dérober des principaux sujets du moment, parmi lesquels la maladie du président de la République et l’appel de certains à la faveur de la déclaration de la vacance du pouvoir au sommet de l’État. DN devrait se prononcer sur le bien-fondé ou non de cet appel relayé par des acteurs politiques et des organisations de la société civile gabonaise.

Au siège de ce parti se réclamant désormais de l’«opposition démocratique républicaine», l’on promet en effet que, lors de ces journées de réflexion, qui cadrent avec sa rentrée politique comptant pour l’année 2019, DN sortira du mutisme observé depuis la fin des élections couplées législatives et locales d’octobre 2018. Le parti analysera froidement sa déconvenue à ces deux scrutins, son positionnement actuel. Il s’agira, selon l’hebdomadaire Nku’u le messager, proche du parti, «de se pencher sur le parti lui-même, son organisation, son fonctionnement».

Le but de ces deux journées de réflexion est donc de partir sur de nouvelles bases. D’autant plus que le parti a enregistré des tensions en son sein en mars 2018. À l’époque, un collège d’ex-vice-présidents avait appelé à la destitution de René Ndemezo’o Obiang, accusé de tribalisme et de régionalisme. Si les dissidents ont depuis été débarqués, cette rentrée politique est l’occasion pour les responsables de DN de fixer un nouveau cap, tout en rassurant les militants de ce que leur formation politique n’a pas changé de positionnement, y compris par rapport à son soutien à Ali Bongo depuis le dialogue d’Angondjé, en 2017.

 
 

1 Commentaire

  1. Le misthyc dit :

    Le retour des farcères

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW