Les élections législatives partielles du 5 mai prochain qui permettront à certains candidats recalés de briguer soit une place à la Représentation nationale, soit une place au Sénat, annoncent de beaux duels, notamment dans la province de la Ngounié.

Election législatives partielles au Gabon 2012

Dans cette province qui a vu l’élection législative du 17 décembre 2011 annulée par la Cour Constitutionnelle, le candidat du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) aura en face de lui au moins deux candidats natifs de cette localité où ils sont bien implantés.

Pour arracher une place à l’Assemblée nationale, Senturel Ngoma Madoungou du PDG tentera, durant  la campagne du 25 avril au 4 mai, de convaincre les électeurs du 1er siège du département de l’Ogoulou à Mimongo. Il sera en effet face à deux challengers non négligeables : Moukambi Moukambi du Parti social-démocrate (PSD, opposition) et Boundjanga Justin de l’Alliance démocratique et Républicaine.

On note que lors du précédent tour invalidé par la Cour constitutionnelle, l’écart entre le candidat PDG (760 voix) et celui du PSD (519 voix) était très serré. La tâche reste donc ardue pour ces impétrants qui ont aussi l’ambition de conforter la position de leur formation politique respective.

Si les uns souhaitent l’alternance dans ce 1er Siège, d’autres par contre craignent l’arrivée d’un politicien passé maître dans  la migration politique. En effet, si Senturel Ngoma Madoungou est dans les affaires depuis bien longtemps et se présente en tant que candidat sortant, Moukambi Moukambi qui va certainement bénéficier du soutien du leader du PSD, Pierre Claver Maganga Moussavou, pourrait être contesté pour cette transhumance. Le PSD qui a perdu son deuxième siège dans ce département et ne compte qu’un seul député à l’Assemblée mise pourtant très fort sur cette alternance.

Le duel ne sera pas moins corsé à Mbigou dans le département de la Boumi-Louétsi. Dans cette localité, ce sont les candidats du Centre des Libéraux réformateur (CLR, Majorité), Benjamin Ngoubou et Martine Moubéka qui devront affronter Hilaire Machima et Tonda Justin du PDG ainsi que Daniel Nkombé Lekambo, transfuge de l’UGDD et de l’Union nationale devenu indépendant. Député sortant, celui-ci vendra cher sa peau. Ce qui promet des joutes électorales d’un niveau élevé, tout du moins animées, dans cette région.

Quoi qu’il en soit, le PDG a déjà une majorité confortable à l’Assemblée nationale. D’aucuns estiment d’ailleurs que «ces derniers sièges devaient être laissés à l’opposition pour que le Gabon n’ait pas une représentation nationale monocolore». Mais qui donc veut perdre le prestigieux statut de député et son cortège d’avantages.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW