Engagé sur quatre sièges au second tour des élections législatives partielles tenues le 31 août dans les provinces de la Ngounié, du Woleu-Ntem et de l’Ogooué-Ivindo, le Parti démocratique gabonais (PDG) a perdu trois sièges, selon les résultats du scrutin publiés le 5 septembre par le Centre gabonais des élections (CGE).

Un citoyen remplissant son devoir civique. © D.R.

 

Le Centre gabonais des élections (CGE) a publié, le 5 septembre, les résultats des élections législatives partielles tenues le 31 août dans les provinces de la Ngounié, de l’Ogooué-Ivindo et du Woleu-Ntem.

Sous réserve d’un éventuel contentieux devant la Cour constitutionnelle, comme le prévoit la loi portant dispositions communes à toutes élections politiques, le scrutin est marqué par un revers du Parti démocratique gabonais. Le parti au pouvoir a perdu 3 sièges sur les 4 à pourvoir.

Dans la province de la Ngounié, Serge Maurice Mabiala du Rassemblement héritage et modernité (RHM) ayant obtenu 2060 voix, soit 58,16%, a battu Léon Nzouba du PDG crédité de 1482 voix, soit 41,84 % au 1er arrondissement de la commune de Mouila.

Dans le département de l’Ogoulou, 1er siège de la commune de Mimongo, Cantons Haut-Ogoulou et Haute Dikoba, Gladys Moulengui, égérie des Sociaux-démocrates (SDV), a recueilli 925 voix, soit 58,47%. Elle a ainsi devancé son adversaire du PDG, Fabrice Donald Dimitri Kimo Kimo  Mbombet,  crédité de 657 voix, soit  41,53%.

Le PDG a également trébuché dans la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le département de la Zadie Mekambo 3e siège (Mbebelaze Batouala et Canton Djouah) où Dieudonné Efoucka du Parti social-démocrate (PSD) a battu son candidat Maxime Laurent Ngozo Issoundou sur un score de 59,93% contre 40,07%.

Le parti de masse n’a sauvé les meubles que dans la province du Woleu-Ntem où son candidat, Habib Junior Emane Angore, a remporté le scrutin avec 862 voix, soit  63,66%, face à son adversaire du Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV)  Ellaghe Ekomie crédité de 36,34%.

 
 

1 Commentaire

  1. Gayo dit :

    Ils sont élus avec quelques centaines ou quelques milliers de voix. Et on se dit élu national de cette façon?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW