La Cour constitutionnelle vient d’acter la vacance du 1er siège de Lekoni-Lekori, deux mois après l’exclusion d’Ali Akbar du Parti démocratique gabonais (PDG). Dans les prochains jours, les électeurs retourneront aux urnes pour une élection partielle afin de trouver un successeur à l’ancien membre du bureau politique.

L’affiche de campagne d’Ali Akbar Onanga Y’Obegue, candidat PDG aux législatives, en octobre 2018, au 1er siège de Lekoni-Lekori. © D.R.

 

Le 1er siège de Lekoni-Lekori à Franceville vient d’être déclaré vacant par la Cour constitutionnelle. Après sa saisine, le 5 août, par le président de l’Assemblée nationale, la haute juridiction a renvoyé les électeurs à une élection partielle afin de trouver un successeur à Ali Akbar Onanga, exclu du PDG, le 1er août dernier.

L’ancien membre du bureau politique avait été reproché par la Commission permanente de discipline du PDG «d’atteinte à l’unité du parti et actes contraires à la probité».

Le 29 juillet, lors de la tournée du secrétaire général du PDG, Dodo Bounguendza à Akieni, Ali Akbar Onanga avait déclaré sur sa page Facebook : «Je viens de prendre part avec bonheur au week-end politique dans Lekoni-Lekori où, avec d’autres camarades, nous avons réservé un accueil chaleureux au camarade secrétaire général et à sa suite. Le secrétaire général, en sa qualité statutaire de seul remplaçant du distingué camarade en cas d’empêchement, et de gestionnaire du parti au quotidien, nous a délivré le massage du distingué camarade président que nous avons écouté religieusement et entendu. J’étais heureux d’être là pour témoigner ma reconnaissance de son autorité déléguée sur le parti, la discipline étant l’apanage du bon militant».

Cette sortie emprunte d’ironie n’avait pas été du goût des instances du parti au pouvoir, qui avaient estimé que ce post tendait «non seulement à semer de façon insidieuse la confusion et la discorde dans les esprits des militants du PDG, mais (était) aussi de nature à remettre en cause la teneur du message du distingué camarade président Ali Bongo Ondimba traduit par secrétaire général Eric Dodo Bounguendza à l’ensemble des militants lors de la tournée nationale».

 
 

1 Commentaire

  1. Ossoua Ossoukou Didier dit :

    Faites attention.
    Ali Onanga Obegue n’est pas Ping. Il n’est pas peureux comme un Pingouin des lacs.
    Onanga Akbar a des lenes forts avec ses parents de l’autre coté, notamment ceux d’oyo du congo, là ou sont stockées les ARMES LOURDES.
    Bongo est averti.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW