Le chef de l’État serait irresponsable, irréprochable, dédouané de tout. Ses fautes, ses erreurs de jugement et ses manquements ne seraient que le fait de collaborateurs pas toujours bien intentionnés à l’égard de la patrie et de son président. Mais de quel entourage s’agit-il ?

Quel est donc cet entourage d’Ali bongo accusé par tous et accusé de tout ? © Mediapart

 

Après plusieurs personnalités avant lui, Bonaventure Nzigou Manfoumbi, leader du Front d’Égalité Républicaine (Fer), déclarait, il y a trois semaines sur TéléAfrica, qu’Ali Bongo était «très mal entouré». Dans la même veine, Guy-Christian Mavioga, secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC), a affirmé, selon l’hebdomadaire La Griffe du 18 août dernier, qu’Ali Bongo «devrait faire attention à son entourage». Et le tonitruant porte-parole de la majorité d’ajouter que «plus que par le passé, le président de la République a besoin d’être entouré de collaborateurs loyaux et fidèles qui s’approprient ses idéaux, plutôt que ceux qui font tout pour l’induire en erreur en sabotant son action». Ludovic Ognagna, ancien directeur général des Douanes, ancien directeur général de l’APIP, notable d’Omoï dans le haut-Ogooué et membre de la Coalition pour la nouvelle République, donc un proche de Jean Ping, partage cet avis. «J’ai comme le sentiment, a-t-il souligné dans une interview à l’hebdomadaire La Loupe, qu’il y a autour d’Ali Bongo des forces obscures qui l’empêchent franchement d’analyser la situation actuelle de manière sereine».

Pourtant, Maixent Accrombessi qui dirigeait le cabinet présidentiel depuis janvier 2011 en est parti. Et bien qu’il ait été désigné au poste de Haut Représentant personnel du président de la République, sa perte d’influence dans le giron présidentiel est manifeste. Egalement accusé de tous les péchés d’Israël, Liban Soleman n’est pourtant plus là. Nommé à la Coordination du Bureau de suivi du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE), l’ancien chef de cabinet du chef de l’État se fait discret. Il se serait même quelque peu éloigné du premier cercle autour d’Ali Bongo. Même le Général Alioune Ibaba s’en est allé. L’ancien Conseiller spécial chargé de la Défense et de la Sécurité et Directeur Général du Protocole d’État a passé le flambeau…

De quel entourage parle-t-on donc ? Qui est cet entourage accusé par tous et que l’on accuse de tout ? Selon un observateur avisé de la classe politique gabonaise, «après le départ de Maixent Accrombessi et l’élégante mise à la périphérie de Liban Soleman, ce que l’on désigne aujourd’hui par entourage du président, ce sont les membres du Mogabo, notamment ces visages qui suscitent le rejet d’Ali Bongo par une frange importante de la population». Pour sa part, un proche de Faustin Boukoubi, le secrétaire général démissionnaire du Parti démocratique gabonais (PDG), affirme que, «à l’heure actuelle, ceux qui font le plus de tort à Ali Bongo, ce sont ceux qui se font appeler “Les Amis du Président”». «Méprisants à l’égard de leurs aînés, se croyant au-dessus des règles du parti, ils provoquent, sans s’en rendre compte peut-être, le désamour entre le chef de l’État et le peuple».   

Dans l’entendement populaire donc, «l’entourage du président de la République est responsable de tous les échecs sur le plan politique, économique et social». Il s’agit en réalité «d’un avis un peu réducteur», estime un enseignant de philosophie politique,  «quand on sait qu’en avril 2010, Ali Bongo avait lui-même reconnu qu’il avait fait des erreurs de casting dans la désignation de certaines personnalités à des postes de responsabilité ; de même, dans son discours de la fin d’année 2015, il avait reconnu quelques erreurs dans les choix économiques». Reste à savoir si Bonaventure Nzigou Manfoumbi, Guy-Christian Mavioga et bien d’autres l’avaient entendu… à moins que, pour eux, il est plus facile d’accuser «l’entourage» pour ne pas citer le chef de l’État lui-même.

 

 
 

10 Commentaires

  1. LE LION NOIR dit :

    la bêtise c’est astro le petit robot!

  2. André Bernard dit :

    Le débat relatif à “l’entourage du président” est une fuite en avant. C’est un argument factice et subalterne. Qui choisit cet entourage?

    Lorsqu’un train est en panne, il faut d’abord changer la locomotive et, ensuite, les wagons. En d’autres termes, Ali Bongo est l’incarnation du mal gabonais.

  3. Sameline dit :

    Trop facile…ABO se targue d’avoir été élu. C’est lui qui nomme ses collaborateurs. Mais la vérité est que ceux-ci le tiennent par le bout du nez, et dès lors le PR perd l’autorité sure eux, compte tenu de toutes les magouilles de ce pouvoir.

  4. Airborne dit :

    «l’entourage du président de la République est responsable de tous les échecs sur le plan politique, économique et social», c’est un argument qui ne tien pas debout. Le chef est responsable des actes de ses subordonnés à qui il donne des ordres. Si rien ne va dans ce pays, c’est BOA qui est penalement responsable, il devra rendre des comptes au peuple gabonais. Eh, bien comme il a été mal elu ou qu’il a triché aux elections qui fache preuve de jugeote qu’il est capable de diriger ce deuxieme mandat en resolvant les problemes restés en suspends. Le maçon au dos du mur, sinon c’est un incapable ou amateur comme l’amait à dire AMO.

  5. Mimbo dit :

    Comment imaginer un président en vacances pendant un mois ,alors que son pays est englué sous des problèmes.Comment imaginer un président qui ne peut pas lire un document de plus de deux pages.Comment imaginer un chef d’Etat,qui ne connaît pas le personnel politique de son pays.Alors pourquoi s’étonner qu’il se fait berner par n’importe lequel des premiers truands.

  6. Les Copains d'abord dit :

    Franchement je ne sais pas ce que veulent les Gabonais. Je m!entoure des étrangers pour m’aider à construire le pays, parce qu’ils sont fainéants, ils ne sont pas contents. Je m’entoure de mes copains, ils ne sont pas contents. Ils me reprochent jusqu’à mon accent parisien. Vous voulez quoi?

  7. Ange BOUSSAMBA dit :

    Le chef est-il infaillible ? Ali Bongo donne le sentiment de ne pas connaître l’élite intellectuelle du pays. Il se fait donc rouler continuellement sur les castings.

  8. Ange BOUSSAMBA dit :

    Nommer Patricia Manguila Boussamba, la SP de Ngambia, au Gouvernement est assurément un grand loupé, une erreur de casting grave. Maintenir Biendi Maganga Moussavou aussi au moment où son père est nommé VPR est une grave erreur aussi. Une faute même.

  9. Ange BOUSSAMBA dit :

    L’entourage c’est aussi ceux qui veulent le maintien éternel à leurs postes de leurs frères et sœurs ou femmes. Ali Akbar Onanga y’Obéghé et Martin Boguikouma. Cela leur rapporte des subsides importants. Savez-vous ce que donne Lasségué à Boguikouma chaque mois ? Savez-vous ce que remet le patron de la DGDI chaque semaine à Boguikouma ?

  10. Béotien dit :

    En quoi la nomination de Patricia BOUSSAMBA est une erreur de casting ? Connaissez vous cette dame ? La sagesse recommande le silence lorsqu’on a rien de plus à dire. Réconcilier vous avec vous même . Vous êtes vois même une erreur de casting. Lorsqu’on dispose d’un minimum de bon sens, on ne juge pas autrui avec légèreté. Avoir travaillé avec NGAMBIA n’est pas un crime. Cette dame a servi la république. Rassurez vous qu’elle est titulaire d’un diplôme d’ingénieur, d’un DES obtenue à l’Universite de Montpellier I et à occupée des hautes fonctions tant dans le privé que le Public. Dans le cadre de l’enquête concernant Mr GAMBIA , elle été entendu comme témoin . Elle n’a jamais été inculpé ou poursuivi par la Justice Gabonaise. Elle a une bonne moralité et est compétente pour occuper un poste de Ministre.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW