Alors que la rumeur et certains médias nationaux et internationaux annoncent la mort d’une quinzaine d’élèves dont les corps auraient été déposés dans une morgue de Libreville, le procureur de la République, Steve Ndong Essame Ndong a apporté, le 11 juin 2018, des précisions sur ce drame.

Le procureur de la Republique Steve Ndong Essame Ndong, le 11 juin 2018. © Gabonreview

 

Le procureur de la République, Steve Ndong Essame Ndong, s’est prononcé le 11 juin sur «l’affaire» des élèves du Collège d’enseignement secondaire (CES) d’Akébé-Ville retrouvés morts sur la plage de Tropicana, le 25 mai dernier. Selon la rumeur et certains médias, une quinzaine d’élèves auraient péri par noyade ce jour.

Dans sa déclaration, Steve Ndong Essame Ndong a indiqué que le 6 juin dernier, les enquêteurs de la Police judiciaire, assistés des techniciens de la police scientifique, se sont rendus à Gabosep pour vérifier ces informations. «Sur place, ils ont été reçus par les responsables de cette maison de pompes funèbres qui ont confirmé avoir, sur réquisition de la Police judiciaire, procédé à l’enlèvement sur la plage du lieu dit Tropicana, de trois corps d’enfants, le 26 mai 2018 entre 10 heures et 17 heures, aux fins de conservation».

Une opération similaire, a indiqué le procureur, a été entreprise en direction des autres maisons de pompes funèbres. Les enquêtes n’ont décelé aucune présence d’enfants retrouvés morts sur la plage du Tropicana durant cette période.

Découvertes macabres

Façade principale du CES dAkébé, le 11 juin 2018. © Gabonreview

Selon le procureur, le corps d’un garçon âgé de 10 ans a été retrouvé, le 26 mai 2018, après 10 heures, sur la plage du Tropicana, précisément derrière le messe de l’Armée de l’air. Sur ce cas, assure-t-il, «les constatations ne laissent apparaître aucune trace de violence». «La victime, a-t-il ajouté, était identifiée ultérieurement comme étant Sissoko Marriefour, de nationalité malienne, élève en classe de 4eA au CES d’Akébé».

Un autre corps d’enfant, ne présentant aucune trace de violence, précise le procureur, a été découvert le même jour vers onze heures et trois quarts, à une vingtaine de mètres du premier. «Il était identifié par un parent comme étant Nziengui Sougou Warris, âgé de 15 ans, élève au CES d’Akébé. Fils de monsieur Nziengui Théophile». Un troisième cadavre sera également découvert ce même jour à 16 h05 minutes sur la même plage. Il s’agit de Boukika Darlin Stessy, 15 ans, élèves en classe de 4e A au CES d’Akébé, fils de sieur Boukika Paulin.

Par ailleurs, a ajouté le magistrat, «le lundi 4 juin 2018, à 9 h 25, le corps du jeune Esso Edou Jacques, âgé de 12 ans, élève à l’école primaire Sainte-Monique (…) était découvert sur la plage du Lycée Léon Mba». La veille, le 3 juin 2018, la victime s’était rendue, en compagnie de sa sœur ainée, Mbui Annie Josiane, pour la baignade.

Bilan et quelles suites?

Le procureur de la République estime que «d’après des témoignages concordants, recueillis au cours de l’enquête de voisinage, les trois premières victimes faisaient partie d’un groupe d’élèves du CES d’Akébé qui se baignait, dans l’après- midi du 25 mai 2018 à la plage du Tropicana». A ce stade, a précisé le procureur, «quatre décès par noyade sont à déplorer».

Si le procureur dénonce les «informations tendancieuses visant à manipuler l’opinion publique sue ce drame», le parquet de Libreville appelle «à la plus grande prudence sur la question du nombre de victimes et les circonstances des décès des enfants».

Enfin, le procureur a annoncé la fermeture provisoire, au public, de l’accès à la plage du Tropicana.

 
 

14 Commentaires

  1. Jhon le Magnifik dit :

    C’est bien dommage qu’un drame qui s’est produit depuis le 26 mai ne fasse réagir le procureur de la république que deux semaines plus tard. Cette sortie me parait plus être une opportunité de taire cette affaire qu’un devoir de vérité. quel pays!

    • Gabomamat dit :

      Il n’est sortie que parceque c’est parti jusque dans les médias français. TV5 en a parlé. Ces pratiques sont entretenues depuis le palais présidentiel pour le prélèvement d’organes.

  2. Ari dit :

    Depuis le 26 Mai que les corps ont ete decouverts, ce n’est que le 11 Mai que finalement le procureur de la Republique vient se prononcer sur cette affaire. Vraiment curieux tout cela!
    Une seule question, de quoi sont exactement morts ces enfants? Est-ce que le medecin legiste a prononce la cause de ces deces?
    Le comportement des autorites, et celui de la population est assez etonnant car ils manquent d’indignation.

  3. Milangmissi dit :

    J’ai même honte d’avoir lu cet article, quand je pense a Papa Ndong Ossié le père de Ndong Essame Ndong j’ai un pincement au cœur. cet Homme était respectable, un vrai notable du quartier de Lalala à Lambaréné. Il a élevé un monstre qui n’a de valeur que l’argent et pour maitre ali bongo. Comment Ndong Ossié haissait omar bongo et voilà le parcours de son fils.
    Ndong Essame Ndong un drame qui s’est produit, il y a deux semaines et tu viens nous raconter des balivernes, tu ne réponds que parce que la diaspora a alerté TV5 sinon ça aurait été silence radio.
    Peux tu nous faire un petit bilan des enquêtes du 31 mai 2016? Les élèves tabassent par les flics au lycée d’état quelle est la suite?
    Les élèves à qui on avait mis une bombe lacrymogène quelle est la suites?

    « Quand les nazis sont venus chercher les socialistes,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas socialiste.

    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas syndicaliste.

    Quand ils sont venus chercher les juifs
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas juif.

    Quand ils sont venus me chercher,
    il ne restait plus personne
    pour protester. »
    Emil Gustav Friedrich Martin Niemöller

  4. AIRBORNE dit :

    Attends Ndong Essame Ndong, il a fallu que l’opinion nationale parle de cette sordide affaire pour que tu sortes de ton trou du tribunal, et tu ne donnes pas les circonstances du décès de ces enfants et l’état des corps, tu viens parler de découverte avec les lieux et les horaires.Alors quelles sont les dispositions qui ont été prise à cet effet. On parle de mutilation et les parents des victimes les confirmes t’il oui ou non. Vraiment dans un pays de merde.

  5. Chantal dit :

    Procureur de la république ou de la ripoublique ?

  6. Oh mon deui en vie ou oh le Gabon dit :

    Oh mon dieu en vie ou oh le gabon

  7. Thibaut dit :

    Quelle population? Une population hypnotisée oui…

  8. tara dit :

    En fait il fallait que certains media internationaux en parlent pour que le procureur se reveille subitement et faire le point

  9. FINE BOUCHE dit :

    Que pouvons-nous attendre d’un gouvernement qui est dans le déni après s’être tu pendant tout ce temps, le procureur plusieurs jours plus tard en appelle ” «à la plus grande prudence sur la question du nombre de victimes et les circonstances des décès des enfants». Lors de ce drame aussi grave et qui doit nous interpeller sur la désinvolture avec laquelle le gouvernement gère la Cité et ses citoyens, dans des contrées civilisés les autorités se ruent sur les médias afin de ne pas laisser la population aller à toutes les spéculations et leur faire commettre des impairs à ceux qui voudraient se faire justice eux même, mais dans notre cher Gabon, tant aimé de tous et toutes malheureusement , trop tard, le mal est fait. Les corps auraient dû être autopsiés par un médecin légiste à la morgue d’un hôpital mais pas dans une maison de pompes funèbres. Car une noyade peut être accidentelle mais elle peut être criminelle. Nous avons des défaillances au niveau les plus régaliens de nos institutions. Le ministre de la justice bouche cousue, le chef d’établissement introuvable normalement toutes les polices devraient être à sa recherche afin qu’il puisse répondre de ses responsabilités. Quel est l’encadrement de cette sortie scolaire. Si toutes ces personnes qui sont liées à cette chaîne de responsabilités se défaussent imaginez ce qui doit régner comme omerta au sein de leur propre famille les enfants éduqués avec des valeurs complément faussées.
    Ceci est un signal très fort, notre silence m’implique peut être notre complicité. Attendre que cela arrive à chacun d’entre nous. Savez-vous que trop de familles gabonaises souffrent et sont totalement déstructurées, certains membres se mettent à voler, à commettre des actes répréhensibles par la loi, alors que jusqu’à présent ils s’y refusaient aujourd’hui vous avez dans vos familles dans vos amis et collègues des gens susceptibles de vous causer du tort. La seule justice qui vous sera donné est celle de la vindicte populaire et ceci n’élève pas une nation lorsque que la justice se fait dans la rue et que tout à chacun pouvons devenir un potentiel assassin qui retourne à son quotidien après avoir commis un acte aussi grave que de se faire la justice. Je ne suis pas à l’abri de commettre cet acte et je ne souhaite pas donné un tel héritage à ma progéniture, du sang sur les mains. La société gabonaise se recroqueville sur elle-même. Les anciens, les intellectuels ne s’insurgent pas alors comment demander au commun des mortels de le faire avec organisation stratégie

  10. désiré dit :

    Airborne, pourquoi reposez vous des questions auxquelles Steve Ndongo Essame Ndongo a répondu :” les corps ne comportaient aucune trace de violence “. Si vous avez des informations différentes, sortez les ici ! Sinon vous ne faites qu’entretenir des fantasmes . La mort d’enfants est suffisamment terrible pour ne pas s’amuser à en rajouter .

  11. runel VARTH dit :

    Il y a des jours où je me demande si le Gabon verra venir sur sa terre un Messie comme le cas d’Israël.Comment souhaiter la justice si ceux qui sont sensé la défendre sont des injustes et des corrompus.

  12. […] l’établissement que de la part des autorités, une conférence de presse est enfin convoquée. Steve Ndong Essame Ndong, procureur de la République, rompt le silence le 11 juin 2018, et confirme le décès des jeunes élèves. Trois au total. S’il parle de noyade, les familles […]

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW