Appelant à l’application de la Constitution et distribuant des mauvais points à la communauté internationale et à Mborantsuo concernant la gestion de l’état de santé d’Ali Bongo, le président du Rassemblement des Révoltés Nationalistes a appelé les Gabonais à observer trois jours de jeûne pour le changement de la situation que traverse actuellement le pays.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Yaurick Messan Messan, président d’un mouvement dénommé Rassemblement des révoltés nationalistes a effectué une sortie publique, le samedi 12 janvier 2019, au quartier Nouvelle-route-de-Massuku dans le premier arrondissement de Port-Gentil. En présence des responsables de quelques partis politiques et des membres de son mouvement, il a réclamé, eu égard au cours des évènements relatifs à l’état de santé du président de la République, l’application pure et simple de la constitution gabonaise pour un retour à la normale.

Yaurick Messan Messan, président fondateur du Rassemblement des révoltés nationalistes. © D.R.

Le président fondateur du R.R.N. est d’abord brièvement revenu sur l’état de santé du président de la République pour lequel il a appelé le plus grand nombre à la compassion. Faisant remarquer «la cacophonie» occasionnée autour et par l’absence prolongée du chef de l’Etat, il a pointé du doigt la présidente de la Cour constitutionnelle qui aurait, selon lui, un rôle déterminant à jouer dans la situation  que traverse actuellement le pays. Yaurick Messan Messan déplore le caractère intéressé et partisan dont serait entachée la gestion de cette affaire par Marie Madeleine Mborantsuo qu’il invite à plus de vigilance.

Présent à la déclaration, le délégué provincial du Front Patriotique a par ailleurs déploré le chaos qui accompagne chaque consultation électorale. «Nous sommes révoltés d’observer chaque fois des pertes en vie humaines, des familles endeuillées sans aucune prise en charge, aucune considération à leur égard». «Ça suffit, il faut que cela s’arrête» a-t-il lancé.

S’adressant aux acteurs politiques de tous bords, le RRN a appelé à une transition, assurant que la charge et la gestion du Gabon revient à la nouvelle classe politique qui serait, selon lui, prête à prendre ses responsabilités. «Nous voulons aussi voir la rupture d’un système qui est aux commandes depuis bientôt 60 ans», a-t-il indiqué.

Pour le RNN, la communauté internationale a aussi sa part de responsabilité dans la situation socioéconomique et politique actuelle du Gabon. Aussi, y estime-t-on, cette dernière devrait également se préoccuper du bien-être des Gabonais et non de leurs seuls intérêts.

Créé en décembre dernier, le RRN pense enfin que l’heure n’est plus à la casse et autres comportements antipatriotiques qui n’honorent pas les Gabonais et qui font régresser le développement du pays. Pour Yaurick Messan Messan et les siens, qui ont appelé l’ensemble des Gabonais à trois jours de jeûne à sec – sans manger ni boire – dans leurs domiciles respectifs et ou leurs lieux de travail, l’heure est plutôt à «ramener Dieu au cœur du Gabon pour répondre aux pleurs, aux cris, et au désespoir du peuple gabonais ».

 
 

2 Commentaires

  1. CHRISTINE Madeleine dit :

    VOILA POURQUOI LE GABON VA SE DÉFAIRE DIFFICILEMENT DE LA FRANCE ET DES BONGO QU’ELLE A PLACÉE A LA TÊTE DU PAYS… POUR S’EN DEFAIRE, IL FAUDRA UNE RÉVOLUTION, UNE INSURRECTION. C’EST TOUJOURS POSSIBLE… https://www.facebook.com/PierreMbaEdou/videos/1244027579096958/

  2. le nouveau dit :

    et encore et toujours la France !
    Mais vous ne voyez pas qu’ elle s’ en fout et que le président Macron a beaucoup d’ autres problèmes ?
    C’ est à nous gabonais de résoudre nos pb

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW