Animée par Chamberland Moukouama, Dieu Donné Koumba et Gabin Atiga, la très controversée émission de télévision « Pluriel » n’a pas été diffusée le week-end dernier. Cet espace de satire sociale et politique a, de plus, été pris à partie par les tabloïds satiriques locaux. Entre intrigues politiques et conflit de personnalités à la RTG1, Chamberland Moukouama, figure de proue du trio-vedette, s’explique. L’impertinence au singulier.

Gabin Atiga, Chamberland Moukouama et Dieu Donné Koumba Pluriel Gabon

De gauche à droite, Gabin Atiga, Chamberland Moukouama et Dieu Donné Koumba.

Quelle explication pouvez-vous donner sur le fait que votre mission, Pluriel, n’a pas été diffusée, comme de tradition, durant le dernier week-end ?

Il n’y a aucune explication. Pour la simple raison que la décision de ne pas diffuser l’émission a été instrumentalisée par ceux que j’appellerais «la pléiade de l’isolement». Cette pléiade qui voudrait isoler le prince, vous comprenez ce que je veux dire… Samedi dernier nous devions recevoir MM. Etienne Massard Kabinda et Jean François Tardin, principaux responsables de l’Agence nationale des bourses et stages du Gabon pour dialoguer en direct avec les étudiants gabonais d’ici, invités sur le plateau, et ceux de l’étranger. Mais, Pluriel a plutôt été sanctionné à cause de l’émission du 27 mai dernier.

Que s’y est-il passé ? Nous avons, entre autres sujets, analysé, critiqué le discours du président de la République à l’adresse de l’administration gabonaise au début du mois de mai. Nous avons, comme à notre habitude, fait nos analyses à ce sujet. Et, il y a eu, comme toujours, les réactions des téléspectateurs. Nos détracteurs soutiennent qu’il y a eu des injures. Ils parlent d’atteinte à la personne du président et aux membres du gouvernement. Je soutien qu’il n’y a rien eu de cela. Si c’est le cas, j’aurais voulu que les journaux La Griffe, Le scribouillard et Le Gri-Gri qui ont demandé nos têtes, retranscrivent au moins les passages de l’émission à travers lesquels un ou des téléspectateur(s) ont porté atteinte au président de la République ou au gouvernement. Or, ils ont versé dans des affirmations gratuites en soutenant que Gabin Atiga, Chamberland Moukouama, Dieu Donné Koumba sabotent l’action du président Ali Bongo Ondimba.

Vos tribulations, depuis votre passage de la RTG2 à la RTG1, ne datent pourtant pas de cette émission du 27 mai…

Il faut dire, d’autre part, que le directeur général de la RTG chaine 1 ne partage pas l’idée selon laquelle l’émission interactive Pluriel est un programme qui passe bien auprès du public. Sinon, il mettrait toutes les commodités pour la réussite de la réalisation de cette émission. Je vous donne un scoop : le téléphone utilisé sur le plateau est la propriété privée de l’un des animateurs de l’émission. Il ramène cet outil chaque week-end de son domicile. Ce n’est pas un téléphone programmé filtrer tel ou tel téléspectateur ou pour faire des mises en scène avec les appels que nous recevons.

On en conviendra, le direct a ses effets pervers : on ne peut pas prévenir les propos d’un téléspectateur. Le communiqué de l’instance de régulation met en demeure Gabon Télévision pour ce que nous avons été légers dans le traitement du contenu de l’émission. Le DG de la RTG1 est là placé devant ses responsabilités. Normalement, si M. David Ella Mintsa n’était dans la posture de celui qui nous cherche des poux sur la tête, il nous aurait convoqués, même s’il affirme qu’il nous a mis en garde plusieurs fois, je suis d’accord. Mais, il s’est toujours agi de nous convoquer pour nous tancer et nous faire l’apologie de ce qu’il est un journaliste formé. Nous ne sommes pourtant jamais targués d’être des journalistes et pour ce qui est du cas Moukouama, je ne le serais jamais ; j’ai choisi de faire de l’animation en m’inspirant de Richard Moubouyi qui m’a fortement influencé. Je ne suis pas dans la confusion des genres pouvant me pousser à dire que je suis journaliste. Donc si le DG de la RTG1 était honnête avec lui-même, il aurait pu nous proposer, par exemple, de suspendre le téléphone durant l’émission  ou nous proposer les thèmes pouvant être abordés à l’antenne avec les téléspectateurs pour une diffusion en différé après filtrage. Mais, il joue avec la sémantique, parle de suspension et de placer à l’endroit de Pluriel dans la grille des programmes, une autre émission, «La matinale du week-end» qui sera vraisemblablement Pluriel Bis. Là quand même, et je voudrais que vous l’écriviez, c’est le degré zéro de l’intelligence. Ce que je ne confonds pas avec l’instruction ou la détention de diplômes. Je fais une différence entre être intelligent et être diplômé.

La presse locale vous a également taillé en pièce en vous attribuant notamment une conjuration avec Mme Gondjout. De quoi retourne-t-il ?

On a associé à Pluriel le nom du secrétaire général de la présidence de la République. Mais qu’est-ce Mme Gondjout a à voir dans l’émission Pluriel ? Celle-ci a été créée à la RTG chaine 2 alors que M. René Ndemezo’o Obiang était ministre de la Communication. Il y a eu ensuite M. Assélé puis Mme Gondjout. Voulant que Pluriel ait une meilleure ouverture et qu’elle soit suivie à travers tout le pays, Mme Gondjout a décidé de délocaliser Pluriel sur la RTG1, les trois présentateurs de l’émission étant somme toute des fonctionnaires. La RTG1 étant visible à partir des bouquets satellitaires, le pays avait tout à gagner en montrant sur l’international, qu’il y a au Gabon, sur une chaine publique, une émission qui peut titiller ou critiquer le gouvernement. Ce qui est quand même révélateur du progrès démocratique du Gabon. Mais notre arrivée à la chaine 1 a été mal perçue. Je ne sais pas si c’était du fait de notre talent, de notre malformation ou de notre ignorance, mais notre arrivée dérangeait. Et nous avons enregistré, avec le même directeur général, deux ou trois tentatives de débusquage de notre émission de la grille des programmes.

Le scribouillard, Le Nganga et La Griffe, trois titres à la charge d’une personne très proche du président de la République, se sont lancés dans cette cabale contre nous. Il faut quand même dire que la personne qui finance ces journaux ne fait pas l’unanimité et d’ailleurs, dans l’histoire du Gabon moderne, on n’a jamais enregistré une telle controverse autour d’un si proche collaborateur, au niveau décisionnel, du chef de l’Etat. Je comprends sans doute pourquoi Le scribouillard nous traite d’opposants, écrit que nous favorisons le débat ethnique au Gabon et va jusqu’à livrer à la vindicte populaire, salir et saper l’image de Mme la secrétaire générale de la présidence de la République.

N’avez-vous pas reçu l’appel, en direct sur l’antenne, du bloggeur et opposant Petit-Lambert Ovono ?

Petit-Lambert Ovono peut intervenir comme des milliers d’autres Gabonais qui le font sur l’émission. Ce dont je me souviens, c’est que ce monsieur n’est pas intervenu le 27 mai, mais bien avant. Il a dit ce qu’il a l’habitude de dire sur les réseaux sociaux de l’Internet. A mon avis, c’est le Gabon qui ne pouvait qu’en sortir grandi en termes de perception de la liberté d’expression et de la démocratie. Je sais que le président a, à côté de lui, des personnes qui comprennent bien qu’il faut montrer que la démocratie est réelle au Gabon. De plus, ce n’était pas à nous de le rejeter, en direct, pour prouver qu’au Gabon les opposants n’ont pas droit à la parole sur une télévision de service public. Et je n’avais d’ailleurs pas manqué de rappeler à M. Ovono que contrairement à ses affirmations, il devait constater, avec son intervention, que le Gabon n’est pas un pays fermé, que lui, opposant, s’exprimait librement sur une chaine publique sans qu’il ne soit censuré. Ce qui contredisait tout ce qu’il écrit sur Internet au sujet de la liberté d’expression au Gabon. Qui donc gagne en termes d’image de démocrate, Petit-Lambert Ovono ou le pays et ses gouvernants ?

Pour le critique social, l’observateur de la vie du Gabon que vous êtes, ce brouillamini médiatique ne traduit-il pas une guerre larvée au palais entre le directeur de cabinet du président de la République et le secrétaire général de la présidence ?

Ce que je peux dire, et sans passion aucune, c’est qu’il y a une stratégie d’isolement du prince. C’est la lecture que j’en fais au premier degré. Mais j’aimerais rappeler qu’en Afrique on dit, si vous êtes nu dans une baignade en rivière et qu’un fou vient à s’enfuir après avoir volé vos vêtements laissés sur la rive, il ne faut pas partir à sa poursuite. Faute de quoi, on vous prendra tous les deux pour des fous. Ceci pour dire que si des journaux en viennent à critiquer tel ou tel proche collaborateur du chef de l’Etat, ce collaborateur gagnerait à ne pas répliquer, à ne pas s’embarquer dans un ping-pong médiatique en manipulant la presse. C’est l’un des enseignements qu’il faut retenir du défunt président Omar Bongo. Il y a des gens qui vendent du vent au président Ali Bongo. Ils créent ou financent des journaux pour entretenir ce que j’appelle la stratégie du conflit permanent. J’ai proposé amicalement à messieurs Moulakou du Scribouillard et Ntoutoume Nkoghé de La Griffe qu’on puisse s’expliquer autour d’un café-presse. Ce que pourrait d’ailleurs créer M. Ella Mintsa, à l’image de ce qui se fait ailleurs. Mais, je ne comprends pas ce que veulent ces messieurs.

En définitive, votre émission est provisoirement suspendue ou définitivement arrêtée ?

On nous a dit «suspension provisoire» mais pendant ce temps, on met en place ce qu’ils appellent «La matinale du week-end», qui sera plus sérieuse, avec des analyses, disent-ils, et des commentaires qui respecteraient l’esprit du débat. Cela veut dire ce que ca veut dire : M. Ella Mintsa ne veut plus des têtes de Pluriel. Ça, on l’avait compris depuis. Mais en fait, il ne nous fait pas de mal. Vous ne pouvez pas arrêter ou contenir un flux d’eau avec la main. De même, on ne peut pas contenir la lumière de quelqu’un. M. Ella Mintsa ne pourra pas m’empêcher d’être l’animateur de télévision que je me veux, encore moins m’empêcher de créer ou de réfléchir.

Alors, quel avenir pour le trio ?

Nous sommes là et nous n’en sommes même pas à un tiers de ce qu’on aimerait faire. La télévision gabonaise a un avenir. Gabon Télévision va se mettre en place tel que pensé par les autorités qui gèrent la politique du Gabon en matière de communication. Mais, l’enseignement qu’il faudrait tirer ici, c’est qu’on a besoin, à la tête de nos structures audiovisuelles publiques, de vrais managers, de vrais faiseurs de rêves. Pour le moment ce n’est pas possible. Et ce n’est pas le DG de la RTG1 qui va tuer Pluriel, même s’ils font «Pluriel Bis», ce ne sera jamais comme Pluriel. Et puis, j’aimerais revenir à mes premières amours : les livres. Mais, j’insiste auprès des confrères : À quand un café-presse au Gabon ? On en a un peu marre d’entendre «je suis un super journaliste, je sors d’une école». Dans un café-presse, on pourrait, par exemple, inviter La Griffe, Le scribouillard, Dialogue, Le Nganga, Gabon Matin ou L’union pour débattre des faits d’actualité nationale ou internationale. Ce serait une sacrée mise à nue de l’incompétence et cela rabattrait le caquet à bien de supers journalistes.

 
 

46 Commentaires

  1. le fils du pays dit :

    Vos ennemis pourront vous freiner, mais pas vous stopper, je soutiens ta logique des faits grand frère Chamberland, et d’ailleurs on ne jette de la pierre que sur un arbre qui porte les fruits. David Ella Mintsa n’est que DG ce n’est pas lui qui vous a embauché, vous étés fonctionnaires de l’État gabonais et non ses employés, votre chemin est grande et pleins d’obstacles que je sais que vous surmonterez. Laissez les supers journalistes nous présenter les supers journaux truffés de fautes de locution, d’erreur de montage et d’analyses complaisantes pour plaire au Rais. qu’ils sachent que celle vos actes parleront de vos et vos reconnaitront vos vraies valeurs, et n’attendez rien de ces aigris. vive les mousquetaires

    • Valentin Aurelien NDEMEZO'O dit :

      Le journalisme est un métier qui obéit à des règles strictes. vu la légereté dont nos grands frères de Pluriel ont souvent fait preuves dans le traitement des sujets, je ne suis pas étonné que l’aventure s’achève en queue de poisson. Chamberland si tu es vraiment passionné par le métier de journalisme, je te conseille de mettre ce temps à profit pour repartir en formation au lieu de nourrir des complexes faces aux professionnels de la communication.

      • Bantu dit :

        l’arroseur arrosé, c’est ce qui s’est passé. Au fait qui est moins tribaliste que les autres dans ce pays? Faisons tous notre mea-culpa avant de jouer la victime. soyons un peu honnête avec nous même, et ça comme à bien faire.

      • pays dit :

        toi t’ai vraiment c kon di: “”bêêêêêêêêêêête……!!!!!!!” et en plus doté d’1 scléroz d’une forme très avancé!! c à ds gens comme toi k Chamberland fesai aluzion tou aleur!! idiot……!!!!!!!!

  2. La Fille de la Veuve dit :

    Petites Gue-guerres entre courtisans, rien de plus. Le gabon a mieux a offrir !

  3. Le fils de la Veuve dit :

    Qui sème le vent….. Ce trio s’est, depuis le pustch de septembre 2009, illustré dans le cirage de pompes de celui que Moukouma nomme “le Prince”. Il a excellé dans la désivolture, les raccourcis intellectuels, l’humour de mauvais goût, les approximations. Il a voulu s’ériger en défenseur de la prétendue “Emergence” tout en essayant de se donner un versi critique. Cette posture arriviste et opportuniste ne pouvait résister à l’épreuve du temps et au fonctionnement sectaire de la galaxie qu’il défend. Il n’est que de lire Moukoumama pour se rendre compte qu’il pleurniche et passe son temps à se référer à celui qu’il a toujours voulu courtiser et dont il s’est voulu proche, au mépris des règles déontologiques et éthiques. Tous ceux qui suivaient cette émission mal préparées, sans format réel, mal tenue et animée par des gens à la culture politique et générale quelconque savaient bien que ça ne pouvait que mal finir…. En zélateur invétéré, Ella Mintsa n’a fait qu’exécuter un ordre et devancer les désirs de leur mentir à tous…. Moukouama et les siens comprennent à leurs dépens que la légitimité n’est pas un vain mot, qu’on ne saurait soutenir quelqu’un d’illégitime sans en payer un jour le prix… Ella Mintsa le découvrira aussi un jour à ses dépends mais, comme on dit, ce jour-là, il n’ yaura plus personne pour le défendre, comme il n’y a pas grand monde pour défendre ce trio qui applaudi la dissolution du plus parti politique du Gabon, voué aux gémonies tous ceux qui ne récitaient pas le catéchisme émergent…

  4. Le fils de la Veuve dit :

    Mazrtin Niemöeller, pasteur allemend du siècle dernier : Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
    Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
    Lorsqu’ils sont venus chercher les Juifs
    Je n’ai rien dit, je n’étais pas Juif.
    Puis ils sont venus me chercher
    Et il ne restait plus personne pour protester…. Moukouama, Atiga, Koumba, Ella Mintsa, Ntoutoume Nkoghé, Moulakou, Loïc Bithégé et tous les “émergents” de circonstance, sous-diacre de l’église bongolâtre voleuse des deniers du culte, doivent méditer cela….

  5. lenkemberlien dit :

    holala quelle histoire triste pour notre paysage mediatique.Bon mais je crois que pour ceux qui n’ont rient compris que les medias sont le quatrieme pouvoir je pense que ils doivent lire Madelaine Brutch dans la theorie des pouvoirs.Chers grands freres je crois que vous connaissez bien notre pays et comment sa fonctionne dans notre Gabon d’Abord.Juste un conseil que je vous donne faites votre job rien que votre job, un jour vos detracteures vous respecterons pas a cause de vos diplomes, mais plustot a cause de ceux que vous faites avec devotion et profesionnalisme, bien des choses à vous et comme en fac nous avons souvent dit: asta la victoria siempré

  6. Rank dit :

    Oui, ces gosses sont parfois impertinents. Qui n’a jamais pris la grosse tête à un moment? Mais que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre. Ils seront donc virés parce qu’ils ont laissé un opposant parler sur la TV du peuple? On ne peut pas tuer ce germe de démocratie, surtout sur une chaîne qui appartient au contribuable. 

    Mais, c’est peut-être mieux que ça finisse ainsi. Et lorsqu’un jour ces gars reprendront l’antenne, ils ne seront que plus forts. La traversée du désert transforme positivement les gens. Ils ne sont déjà pas si mauvais que certains le prétendent. Il y a là des graines de champions qui ne méritent que d’être semés sur un bon terreau, pas sur les terres de la RTG de David E. Mintsa.

  7. zue essandone fabrice dit :

    Pourquoi moukouama et sa bande ne peuvent pas réaliser que n’est pas journaliste qui veut ?Leur inculture était lamentable avec plein d’approximation dans les sujets traités .En plus la modestie n’était pas la tasse de thé de cette bande de zinzins,arrivistes,parvenus ,ignorants et pervers.Bien fait pour eux en dépit des jérémiades de Moukouama .Il est temps de séparer le bon grain de l’ivraie au lieu de décréter l’émergence à cors et à cris .Ignobles thuriféraires du système à l’instar d’Ella Mintsa sauf que lui est un journaliste bien formé .

  8. Ndambo dit :

    N’importe quoi ! Bien fait pour vous bande de lèche-bottes. Au moins je ne verrai plus vos têtes de villageois parvenus. On vous a taillé les ailes et tout est bien ainsi. Merci Ella Mintsa, même si vous payerez tous un jour ce que vous faites aux Gabonais.

    • Managat dit :

      je suis sûr que vous avez fréquenté les mêmes écoles et vous ne les talonniez pas à la cheville, c’est ce qui fait que leur malheur vous plaise.
      Non soyons un peu plus sérieux. Ce que je veux dire sur cette affaire c’est que les jugements qui sont rendus ne sont pas impartiales. Il faut que l’on ne parle plus des ppersonnes. Parlons de leur activité professionnelle puisqu’il s’agit de cela. Ainsi, on peut avancer et faire avance le pays.

  9. le roi dit :

    la fille de la veuve tu ne dis rien de bon

  10. Coeur D'Ange dit :

    Je soutiens ouvertement nos trois mousquetaires. votre émission est la plus Belle des émissions Du Genre au Gabon. Certains Gabonais sont ingrats. Vous dénoncer le mal être de la population, mais on vous traite de collabo. Bref, je vous connait depuis longtemps, et je connais ce que vous subissez comme pression. Des collabo, ne subissent et pourtant aucune pression. Bref, Bonne chance à vous pour la suite. Pour Monsieur Ella Mintsa, qu’il sache que l’on est pas DG à vie. Un Jour il sautera de là…

  11. alex olingwany dit :

    vraiment triste de voir que nous sommes encore dans l’obscurantisme de la crainte de la libre expression ou est la democratie et l’emergence.triste vraiment triste le gabon.congratulation a vous mes freres .je crois que au gabon les gens aiment le sous developpement et que les flagorneurs.

  12. Ekowong dit :

    De vrais zozos ces trois-là. A part Pluriel, la seule chose qu’ils savent faire c’est Pleurer. Moukouama, tu as eu! Atiga, tu as eu! Koumba, tu as eu! Bien fait pour vous, pauvres xénophobes que vous êtes. En plus, vous venez mentir à qui? Vos appels téléphoniques, c’était de la mise scène pour insulter des gens à l’antenne. C’est fini. Amana! Votre machin ne reviendra plus. Adios amigos!

    • Aprine dit :

      c’est très triste de voir que le Gabon ne veux pas avancé! l’émission pluriel était la seul qui nous donnait espoir quela liberté d’expression pouvait être éffective au gabon, du fait que ces monsieurs critiquaient le gouvenement en place et l’opposition.de plus,pour denoncer les réalités du pays, on a pas besoin d’avoir des diplomes de journalismes, ils sont des animateurs et font mieux que certaines personnes dites diplômés. grace à cette emission, nous avons vue des choses bougées dans ce pays. ne vous arrêtez pas en chemin Monsieurs, je vous respect!

    • Managat dit :

      c’est certain que tu es un jaloux, un aigri qui a été frustré certaiement par ces gars. On est pas obligé de les aimer. Mais il faut avoir la descence d’apprécier avec rigueur ce qu’ils font comme activité. Ils ont des lacunes, certes, mais n’allez pas nous dire qu’ils ne sont pas des humains. revoyez votre copie cher camarade.

    • efrakata dit :

      EKOWONG je ne sais quoi !! sauf si tu n’es pas gobanais pour comprendre que tot ou tard avec ou sans les gens qui ne veulent pas changer comme toi l le gabon va grandir, si tu es l’un des journaliste satanique de la RTG ELLA MINTSA ferme ta guelle et casse toi les couille quelque part dans lbv, le gabon ne vous appartien pas seulement , vous allez voir !! croque encore les ortielle de ELLA MINTSARTG ? CROQUE ENCORE soit heureux ton jours arrive vous seriez decu !!! et vous aurez mal , tres mal

  13. le belle, ruth dit :

    Je suis l’un des plus fervents défenseurs de l’émission qui jette un regard critique sur la société gabonaise.Mais pour perréniser le concept il faut plus de rigueur et de professionnalisme. La critique ne peut se limiter à l’inquisition permanente, il faut donc que les animateurs de Pluriel fassent de faço lucide leur auto-critique. Mais je te trouve dommage en lisant l’interview de M.Moukouama Chamberland de constater qu’il s’enferme dans une attitude condescendante en prétendant détenir la science infuse. Après les dérapages constatés par le CNC, il aurait du s’amender car l’erreur est humaine.

  14. fille fang dit :

    Aaaaaaaah…les “professionnels de la communication”….no comment…

  15. le conseiller dit :

    C’est étrange, mais je ne sais pas si le Gabon existera un jour de ses talents de “presse audiovisuelle” avant la fin des temps?!…peut-être…, peut-être pas! pourquoi pas.

  16. libebele dit :

    Je suis assez surpris de l’attitude de chamberland Moukouama qui fait une fixation sur le DG ELLA-MINTSA oubliant sans doute volontairement que c’est le CNC qui a mis l’émission Pluriel en demeure pour manquement graves à la déontologie. Mais comme toujours pour chamberland Moukouama ( l’enfer c’est les autres).

  17. Managat dit :

    Pourquoi voules-vous qu’il n’y ait qu’un seul son de cloche au Gabon? Pourquoi allez-vous tous regarder le problème avec légèreté? Tous pour la majorité, qui intervenez devriez voir le problème de fond. Sur le fond cette émission a au moins le mérite de relever les tares de notre société. Cette émission nous présente notre Gabon dans sa vraie nature. Cette émission nous présente notre être propre de Gabonais. Cela veut dire quoi? que nous sommes tous de petits Moukouama, Atiga et Koumba. Cette émission, c’est simplement l’image réelle que reflète le Gabon dans son ensemble.
    Au lieu de se dire là ce sont des vérités qui nous sont revoyer et essayer de voir et de proposer des solutions pour résoudre convenablement les problèmes qui sont posés, on reste tous sur la forme. On regarde plutôt la manière. C’est vrai, on peut en tenir rigueur à ces trois larrons à ce niveau. mais on oublie pas également que la perfection n’est pas de ce monde.
    le débat sur le journalisme ne doit pas donner libre cours à toutes les inepties. C’est un métier. Un métier comme un autre. On peut se former sur le tas et l’exercer avec la plus grande dextérité. Encore qu’à ce niveau, le trio se réclame animateur. Et s’il s’agissait de cette forme là, je crois qu’il ont un mérite à leur actif, celui d’avoir su proposer quelque chose de nouveau aux Gabonais.
    maintenant, ceux qui regardent leur accroutrement, leur forfanterie, leur façon de vivre, doivent simplement comprendre qu’ils sont animés par un brin de jalousie et rien d’autre. D’où le dureté de certains propos qui n’invitent pas à terminer la lecture. je termine par ceci. L’exercice du pouvoir est comme un caillou qui monte vers le ciel. Quelque soit le temps qu’il met pour grimper, il finit par retomber sur terre. David Ella Mintsa doit bien jouir aussi de son pouvoir en attendant…

    • Le fils de la Veuve dit :

      Managat. On aurait voulu dire que vous avez rater une occasion de vous taire. Cette émission ne mérite nullement d’exister. Elle était un genre de “Makayé” de la télévision. Elle ne visait qu’à donner une illusion de démocratique. Depuis quand construit-on la démocratie sur l’illégitimité et l’usurparion du pouvoir ? Seuls ces trois lascars peuvent le dire…. Cette émission déversait des truismes, contre-vérités, approximations à l’antenne alors que la RTG est sur satellite. Quelle image tout cela donnait du Gabon ? Celui d’un vaste cirque…. Ces lascars sont incapables de s’exprimer sans faute de grammaire ou de syntaxe. Est-ce cela qui doit passer à la télé ? On vous signale qu’Atiga est monteur… Comment passe -t-on dans une télévision de monteur à présentateur ? Ces lascars sont victimes du sectarisme qu’ils ont contribué à bâtir… Qui osera les plaindre… ?

      • Managat dit :

        Depuis que je lis ces commentaires, je constate que cher Fils de la Veuve, vous vous server de ce média pour revendiquer et véhiculer otre petite fibre d’opposant. On s’en fout vraiment si vous êtes UN ou deux ou PDGiste. Je constate aussi que vous êtes un mec très prompt à l’insulte, à l’injure, au mépris et. Je crois que vous ne m’avez pas bien lu. j’ai dis que cette image est le reflet de notre Gabon. c’est à dire que tous les maillons de la chaîne ont un problème. C’est bon de vouloir jeter la pierre sur ces trois mousquetaires, mais qui a oser faire mieux? Vous avez proposé quoi pour changer cela? vous restez dans votre trou pour sortir votre aigreur et amertume et les déversert sur ce qui ne vaut pas la peine. Je répète, il faut revoir le problème de fond. Il faut rester sur le fond n’allons pas chercher des à faire dans la diversion.

        • Le fils de la Veuve dit :

          @Managat. Si le gabon est dans l’état que vous décrivez, c’est à cause des thuriféraires comme ceux de Pluriel, des gens qui croient que gouverner c’est toujours avoir raison, des gens qui pensent qu’être au pouvoir signifie être propriétaire du pays et instrumentaliser toutes les institutions et entités publiques. Ces garçons n’ont assurément pas le niveau pour ce tupe de job. A la limite on pourrait retenir Moukouama, pour peu qu’il sorte de son nuage et arrête de croire qu’il est à la télé pour servir un régime ou cautionner les pires infâmies. Depuis quand avez-vous vu une émission changer de chaîne ? dans quel pays ? Imaginez vous Denisot décider d’aller faire “La Grand journal” sur TF1 ? Les fameuses analyses se résumaient, en fait, à des conversations de bistrots orientées et agrémentées de documents. Les lascars de Pluriel ont, à plusieurs reprises, brandi des documents administratifs, y compris des fiches de paie, à la télé …. savez-vous que c’est du recel de documents administratifs ? Savez-vous que c’est une violation de la vie privée…. Ces gens étaient, au mieux, des justiciers et au pire des petits délateurs au service du régime… ne vous en déplaise….

          • scha dit :

            parfaitement d’accord avec vous Managat!les intervenants ici dans leur majorité, critiquent beaucoup plus la forme!moi, je suis d’avis que dans le fond, les 3 de ^pluriel évoquaient des sujets qui sont le reflet de notre société et avaient le courage de dénoncer certaines choses que n’oseraient pas faire d’autre personnes dans notre pays là! ne pas reconnaître cela, c’est faire preuve de mauvaise et de manque d’honnêteté intellectuelle. et autant que les autres le sachent, les diplômes ne constituent qu’une présomption de compétence!!! on a bien vu des personnes diplômées qui sont des nullards alors que d’autres moins formées, mais appliqués dans ce qu’ils font, n’en soient pas moins méritants. sans doute que ces trois là ne s’exprimaient-ils pas à la manière que l’auraient souhaité la plupart des intervenants ici(puisqu’elle est diffusée à l’international), mais le fond des problèmes abordés ne manquait pas de sens.

      • Joec dit :

        Je suis tout à fait d’accord avec vous.

  18. sandy dit :

    Mame le Gabon oh ! vous ne voulez vraiment pas avancez ? Laissez les autres avancez et svp on veut que notre émission revienne car malgré qu’ils ne soient pas diplomés, ils font leur travail avec passion et mieux que les soit disons diplômés! L’émergence ne peut pas se faire avec des freins.

  19. Mvoula Ryann Mervyn dit :

    finalement il n’y a pas de démocratie et surtout la liberté d’expression au Gabon!Le métier que ces Hommes font est formidable.c’est dommage que cette émission s’arrête maintenant.C’est la preuve que le pays n’avancera pas d’aussitôt.

  20. Joec dit :

    Pourquoi à chaque fois que votre émission est mise en demeure, vous choisissez toujours comme bouc-émissaire votre directeur général? Quoi, c’est lui qui retient le matériel de TV+? C’est lui qui suspend à chaque fois TV+ et une certaine catégorie de la presse écrite? Votre directeur n’est que votre chef, et au-dessus de lui, il a ses chefs (ceux-là qui le maintiennent à ce poste malgré vos agitations à tort ou à raison). Adressez-vous également à ces derniers, et vous les connaissez puisque vous les côtoyer même si vous feignez qu’eux sont blancs comme neige . Il est plus facile de frapper sur David Ella Minsta, même si je pense par ailleurs que ce poste n’est pas fait pour lui… Vous dites que le Gabon est une démocratie, alors subissez les lois de votre “démocratie” singulière, messieurs les pluriels. Ce que vous n’avez pas compris, ou vous faites exprès de ne pas comprendre c’est que ce qui vous est reproché c’est d’avoir ouvert le téléphone aux téléspectateurs. Dans votre “démocratie”,cela n’est pas admis. Si vous revenez, faites des mises en scènes ou renoncez définitivement aux participations téléphoniques. Pour l’instant continuez à dénigrer votre directeur général, lui il demeure, vous vous connaissez la pluie et le bon même si vous appartenez au même camp…

  21. le Fang dit :

    Tous celà est triste… avant de critiquer les autres, il faut d’abord toute raison gardée, connaître quels sont nos limites. Au Gabon, on a longtemps triché avec l’intrichable. c’est à dire qu’on n’a érigé le tribalisme, l’incompétence, le régionalisme pour ne pas dire la papacratie, en mode de fonctionnement du pays. Ce n’est pas totalement la faute de ces trois lascars, mais du régime. Tant qu’on ne prônera pas le mérite comme critérium par excellence, on virera toujours à 360 degrés de l’i-mergence!

  22. Mike dit :

    C’est étonnant!!? voici 3 gabonais qui donnaient du meilleur de leur boulot… mais ils oubliaient que les mots blessent. Pluriel était mon 1er programme incontesté meme votre journal télévisé la c’est ennuyant avec toujours vos histoires de faire la politique avec vos communiqués. Sinon les gars ne découragez pas le soleil finit toujours par se levé. Seul Dieu connait quand et comment.

  23. Nash dit :

    La rtg1 est une chaine d’endoctrinement au pdg comme on en voi dans des pays com la corée, si vous ne faite pa la propagande pdgiste vou ne pouvez pa y travaillé, cè triste……

  24. Ekowong dit :

    Efrakata, tu ne comprends rien à rien. Et ça ne m’étonne pas, il n’y a qu’à lire ton français du pont Nomba pour comprendre que vous êtes du même niveau. Voilà trois bons incultes qui abrutissaient tout un peuple chaque semaine avec des sujets bidons, un traitement approximatif de l’info, des analyses bancales et un langage bourré de fautes, et on vient nous parler d’une bonne émission alors que l’on se moquait bien de nous à l’étranger. Regardez un peu les chaines sénégalaises et camerounaises et vous verrez comment on anime une vraie émission. Vos héros n’étaient que des ignares et le demeureront. Quand on vient affirmer aux Gabonais que Minkébé, géographiquement et historiquement situé dans le Woleu Ntem, est dans la province de l’Ogooué-Ivindo du simple fait que le conservateur de ce parc réside à Makokou, est-ce vraiment sérieux quand on sait qu’il y a des élèves qui regardaient cette émission? Après on allait leur dire quoi? Que la mairie de Nzomoé étant à Lalala, cette ville fait donc partie du 5ème arrondissement de Libreville? Soyons un peu sérieux dans ce pays.

  25. engonga dit :

    Le Gabon est un pays de droit et la loi s’applique a tout le monde lorsqu’on ne respecte pas les regles etablies par la société. Voilà trois animateurs tele a ne pas confondre avec journalistes, qui presentent une émission sans intérêt positif sur une chaine publique après etre vire de la deuxieme chaine publique,denigrent, insultent, calomnient un haut cadre de la Republique nomme par le President de la Republique. Franchement soyez serieux Messieurs de Pluriel. La RTG est sanctionnee par le regulateur des medias et vous vous acharnez sur votre chef hierarchique. Votre interview est la preuve du manque d’argument et de richesse de votre émission.Revoyez votre copie educationnelle (dans nos cultures, on n’insulte un aine). Pour votre formation professionnelle, allez dans de vraies ecoles pour le metier d’animateur-producteur et devenir des Nagui et autres grandes vedettes des chaines africaines.

    • Ekowong dit :

      Bonjour Engonga. Vous avez parfaitement raison. Il n’y a qu’à lire cette interview pour mesurer toute l’inconséquence et toute la légèreté qui habite l’interviewé. Il a été sanctionné sur un plan strictement professionnel, en sa qualité de fonctionnaire de la République dans l’exercice de ses fonctions. Et voilà que non content – ce qui est tout à fait son droit – il refuse d’emprunter les voies de recours légales et fait délibérément le choix d’aller s’en prendre brutalement au Directeur de cabinet du chef de l’Etat et à son propre Directeur général. Est-ce là une attitude digne d’un fonctionnaire de l’Etat? Je ne crois pas. Et si cet acte d’indiscipline et d’impolitesse venait à être sanctionné demain, on parlera inévitalement d’acharnement. Mais on oubliera l’extrême gravité des propros tenus ci-dessus. Tout cela du fait de l’inculture et de la susceptibilité de Moukouama qui ne sait rien des règles de la Fonction publique.

  26. mabikemakombila dit :

    triste analyse.
    Le fait que Chamberlain invective Ella Mintsa, nous trouvons une levée de boucliers des avocats du ridicule.
    Pourtant lorsqu’il fallait attaquer ABEKE, OYIMA ou YALANDZELE tout le Monde tombait d’accord.
    Mais le Sacro-Saint, Ella Mintsa fait partie de ces DG à vie et dont on ne voit pas les resultats du travail effectué. Vu que ce pays ne doit etre dirigé que par les gens du Nord la lévée de boucliers n’a pas tardée.
    ne confondons pas les genres,Chamberlain n’est pas un militaire qui prete serment d’allegence, chamberlain est un animateur de media. son boulo est de critiquer, commenter, analyser; Doit on donc le lui reprocher parceque c’est Ella Mintsa.
    Treve de plaisenterie certain ici trouve l’emission pluriel abrutissante mais je mettrai ma main au feu, si ces personne n’ont jamais été scotchés devant leur tv quand pluriel passaient. une emission qui a rendu tant de service a la population par des investigations dignes d’une brigade d’expert. Une emission qui donnait au gabonais un apperçu de ce que les autres partie du pays rencontre. Une emission d’evasion ou de temps en temps on se confandait avec les compatriotes d’une autre contrée- Non mais on se prend pour qui, ici, de plus on veut parler de niveau. et les animateurs français, vous connaissez leur niveau d’étude? Michel Drucker n’a meme pas le Bac.
    Sans ignorer qu’ il y a plusieur type d’emission: d’instruction, de divertissement et autres. alors qui abrutit qui? Et ces fausses emissions ou on fait venir comme experts ses propres parents simplement parcecequ’on veut les promouvoir devant les responsable du pays.

  27. anonymous dit :

    C’est vraiment dommage ce qui se passe au Gabon.

    On n’a donc pas le droit de ne pas être d’accord avec ce qui se passe? On ne peut pas critiquer? On ne peut pas exprimer sa colère et son mécontentement??

    Les réponses de l’animateur au sujet des conditions de travail à la RTPDG sont parfaites; elles démontrent clairement que si réellement quelqu’un mérite une sanction dans cette histoire, c’est bien le Directeur Général.

    Concentrons-nous sur les vrais problèmes, ne faites pas une fixation sur les animateurs. L’émission, je ne sais mm pas si elle était bonne, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle ne méritait pas d’être arrêtée ou suspendue pour le motif évoqué.

    Le Gabon a du chemin à faire; le Président n’est que le président, ce n’est pas Dieu. Prenons exemple sur les autres. Ne faites pas du Gabon une dictature.

  28. Ahro dit :

    «La matinale du week-end» qui sera vraisemblablement Pluriel Bis. Là quand même, et je voudrais que vous l’écriviez, c’est le degré zéro de l’intelligence. Ce que je ne confonds pas avec l’instruction ou la détention de diplômes. Je fais une différence entre être intelligent et être diplômé. C’est vrai, je confirme.

  29. benoit dit :

    En voulant trop bien faire, on finit par tomber.Une émission sans format c’est pas du journalisme ou la production. Ce métier demande beaucoup d’humilité.On ne peut pas négliger la formation parce qu’on est pas formé. C’est pas défendable. A mon avis, le bon journaliste, c’est celui qui sait ce qu’il ne faut pas dire.Mais il manque visiblement des notions à nos frères de droit de la presse.On ne l’apprend pas dans la rue, mais à l’école de journalisme.Filmer un aéroport comme ils l’on fait en montrant les faiblesses, c’est ignorer le côté stratégique de cet endroit. L’émission n’est pas bonne pour notre image.Sauf si on veut s’isoler.Il faut éviter de tout réduire à Ella Mintsa qui reste un journaliste très bien formé.Si les politiques n’avaient pas rejeté l’émission , elle serait à l’antenne avec ou sans l’avis du DG.Vous le savez, ce pays étant géré quand vous avez eu l’occasion de narguer votre hiérarchie.Et puis on est pas fonctionnaire pour une seule émission. Ils appartiennent à la deuxième chaine sauf Atiga qui est nommé à la Rtg. Il faut justifier le salaire qu’on perçoit chaque fin du moi..Vous avez critiqué les autres dans cette situation à l’antenne. Aujourdhui vous êtes en situation de fonctionnaire fantôme .

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW