En prélude à l’élection, dimanche prochain, du maire et des membres du bureau du conseil de leur arrondissement, de nombreux militants du Parti démocratique gabonais (PDG) manifestent leur colère depuis quelque temps après les choix effectués par le Secrétariat exécutif de leur parti. Pêle-mêle, ils contestent le choix d’un militant gabonais d’origine libanaise pour diriger leur circonscription politique, et l’absence d’un originaire du Sud (population flottante) dans le futur bureau !

Tel un serpent qui se mord la queue, le Parti démocratique gabonais se retrouve à devoir régler des problèmes de choix ethniques au 5ème arrondissement de Libreville. © Twitter

 

«Ce n’est pas une pierre dans la chaussure du Camarade Secrétaire Général, mais un gros caillou», a réagi hier un membre du Bureau politique du PDG après avoir lu, sur les réseaux sociaux, la correspondance adressée à Eric Dodo Bounguendza par des militants se réclamant d’un «Collectif des structures de base du PDG du 1er siège du 5ème arrondissement».

Le Secrétaire national pour l’Estuaire, mis en cause par des militants

Dans cette lettre, ce collectif réclame «l’annulation des propositions du bureau du conseil d’arrondissement (du 5ème arrdt), parce que ces désignations ne respectent pas les orientations issues du dernier Congrès de notre parti, qui exigent que les choix soient faits par la base du parti, et parce que la configuration géopolitique n’est pas respectée, et enfin parce que le choix du maire et du premier adjoint au maire ne cadre pas avec la logique militante de notre parti». «Ces deux camarades, ajoutent les signataires du texte, qui ont été choisis par le Secrétaire national (pour la province de l’Estuaire), Augustin Ndong Mba (qui a des affinités avec les intéressés), n’obéissent pas à la promotion des militants dévoués et toujours prêts à défendre les idéaux du parti en tout temps et à toute heure».

Le choix fait par le Secrétariat exécutif pour le conseil d’arrondissement du 5ème arrondissement de Libreville paraît donc vivement contesté, d’autant plus que le Collectif exige «le choix d’un vrai militant, celui qui connaît notre arrondissement, celui qui fait l’unanimité auprès des militants au poste de maire». Le collectif exige aussi «le respect de la géopolitique en attribuant un poste de maire adjoint à la population flottante issue de notre siège», et «la promotion à des postes de responsabilité des militants de notre siège». En guise de conclusion, le groupe de militants affirme que «nous osons croire que le choix de la base que nous représentons sera entièrement respecté». Parmi les signataires dont le député du siège est Guy-François Mounguengui Koumba, se trouvent essentiellement des populations originaires du sud du Gabon dites «populations flottantes», à quelques exceptions près.

A qui la faute ? Au secrétariat exécutif ou aux militants de base ?

Comme Gabonreview l’a écrit hier, la perpétuation de la préférence ethnique ne peut que mener à telles extrémités. Ce qui, somme toute, est pitoyable ! Tel un serpent qui se mord la queue, le Parti démocratique gabonais se retrouve à devoir régler des problèmes de choix ethniques au 5ème arrondissement de Libreville. Ses militants ont été, cinquante années durant, nourris et élevés au biberon des choix ethniques préférentiels. Même les congrès, grand-messes du parti, ont adopté de telles résolutions qui font qu’aujourd’hui un Moukarim originaire, semble-t-il, de Mont-Bouët (dans le 3ème arrondissement de Libreville) ne peut être accepté à Lalala dans le 5ème arrondissement où on ne voudrait pas recevoir les ordres d’un parachuté, en espérant que ce n’est que cela qui est reproché à l’intéressé ! Selon la géopolitique fortement imprimée par le parti au pouvoir, «le pays est un village, et l’État un gibier à partager». «L’ascenseur social fonctionne à la revendication ethno-provinciale et non à une quelconque forme de compétence». La faute au secrétariat exécutif ou aux militants de base ? Que se passera-t-il dimanche au cours de l’élection du maire de l’arrondissement ? Un groupe  de militants de base osera-t-il  défier la hiérarchie du parti ?

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW