Alors que la capitale gabonaise est confrontée à la saturation de sa décharge d’ordures ménagères, un atelier de réflexion sur la gestion des ordures se tient depuis ce 5 mars à Libreville.

Initié par le Programme national de gestion urbaine partagée (PRONAGUP) en partenariat avec le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), cette réflexion porte plus précisément sur la technique de gestion des déchets, la gestion administrative et financière ainsi que sur la technique d’information d’éducation et de communication.

Pendant dix jours, les participants, ONG et PME du secteur, recevront les rudiments nécessaires à un meilleur exercice de leurs activités. Une séance de travail d’autant plus importante que la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) se heurte quotidiennement à la gestion des ordures ménagères solides à Libreville.

Selon les organisateurs, la vulgarisation des techniques de pré-collecte pourrait être une solution pour régler la problématique d’ordures ménagères difficile à gérer à Libreville avec la saturation de l’unique décharge publique. En service depuis près de vingt ans et recevant chaque jour 500 tonnes d’ordures ménagères, Mindoubé ne parvient plus à recevoir de nouveaux dépotages d’ordures, faute d’espace y nécessaire.

Par ailleurs, la capitale gabonaise est en proie à une forte urbanisation anarchique qui pose des problèmes au niveau de l’aménagement du territoire. Cette situation ne permet pas d’équiper de manière convenable ces quartiers en voiries et réseaux divers. Les conclusions de cet atelier sont vivement attendues.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW