Approuvant la cession en l’état des logements de Bikélé, la Société nationale immobilière (Sni) a édifié les clients sur le déroulement de ce processus. Une concertation d’envergure s’est tenue entre les deux parties, le 9 août à Libreville.

Le directeur de la SNI (centre) pendant la rencontre avec les clients des logements de Bikélé, le 9 août 2019 à Libreville. © Gabonreview

 

Engagée dans une démarche de résolution du dossier des logements de Bikélé, la Société nationale immobilière (Sni) a échangé avec les clients de ce programme d’habitation, le 9 août à Libreville. Objectif : édifier les 694 clients sur les différentes options pour enfin renter dans leurs droits, après quatre ans d’attente.

«Cet échange nous a  permis de leur décliner des pistes de solutions qui ont reçu l’approbation de la quasi-totalité des réservataires et acquéreurs», a souligné le directeur général de la Sni. «Car nous sommes résolument engagés dans une démarche d’accès à la propriété pour l’ensemble des clients des logements de Bikélé. D’autant que plus de 694 familles attendent depuis plus de quatre ans de rentrer enfin dans leurs droits», a ajouté Hermann Kamonomono.

Cette concertation d’envergure a constitué la première étape du «plan de sauvetage» mis en place par la Sni. «Ensuite, nous invitons les clients à venir individuellement à notre siège, pour nous décliner les différentes options retenues par chacun. Une fois renseignés sur leurs aspirations, nous formulerons une offre de réattribution, compensation ou remboursement, selon l’option choisie par chaque client», a expliqué le patron de la Sni.

Passé cette deuxième étape, la Sni signera un protocole de transaction avec chaque client, pour lui «permettre de disposer du bien immobilier et donc, d’entamer les travaux de finition des logements». Situé dans le 3e arrondissement de la commune de Ntoum, le site de Bikélé compte plus de 1000 logements en location-vente (Lot Estuaire) et vente directe (Lot Atlantique). Près de cinq ans après le début du projet, les logements n’ont pu être livrés.

Moment de la rencontre. © Gabonreview

Pour le collectif des clients de Bikélé, cette réunion avec la Sni s’inscrit dans l’ordre naturel d’un processus entamé il y a plusieurs mois. En concertation avec les clients, l’État avait décidé de céder les maisons en l’état, quel que soit leur niveau d’avancement. En mai dernier, la Sni a dépêché ses experts sur le site pour faire une évaluation du cadre bâti.

Malgré ces avancées, le président du collectif dit attendre un accompagnement au niveau de l’assainissement, l’eau et l’électricité. «Nous acceptons de prendre les maisons en l’état, mais la Sni doit nous accompagner dans ce sens. Nous remercions par ailleurs la direction générale pour sa compréhension et sa disponibilité, dans la résolution de cet épineux dossier», a déclaré Klaus Oleri.

Autant de chantiers sur lesquels a promis se pencher la Sni, en commençant par l’accès sur le site. «L’accès demeure une épineuse question dans ce projet. Certains clients se sont déjà installés. Nous allons travailler avec les autorités sur la nécessité d’aménager une voie d’accès vers le site qui va abriter près de 2000 familles», a conclu Hermann Kamonomono.

 
 

1 Commentaire

  1. Boucka BOUCKA BOUCKA dit :

    C’est triste tout cela! alors qu on est appelé à lutter contre la bidonvilisation voilà que l’état va créer ces propres bidonvilles!!!!!!!!!!!!!!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW