Consterné par les rumeurs portant sur les démissions au sein de sa formation politique, diffusées çà et là, le secrétaire général du Parti pour le développement social et la solidarité (PDS) a tenu à apporter son démenti et à redire l’adhésion de son parti au Pacte social proposé par Ali Bongo.

Le secrétaire général du PDS, Louis Ingongui. ©Gabonreview
Le secrétaire général du PDS, Louis Ingongui. ©Gabonreview

 

En marge d’une réunion restreinte et suite aux dernières révélations de l’hebdomadaire Échos du Nord, le secrétaire général duParti pour le développement social et la solidarité (PDS) est monté au créneau. Louis Ingongui entendait dénoncer les manœuvres de certains partis de l’opposition qui, selon lui, se donnent le droit de critiquer et condamner l’adhésion du président du PDS au Pacte social proposé par le président de la République. «Nous avons pris désormais la décision de répondre au coup par coup parce que nous constatons que nous n’avons pas de leçon à recevoir de qui que ce soit. Nous avons pris un engagement que nous assumons», a-t-il dit d’emblée, expliquant : «Nous sommes attaqués parce que nous avons signé le Pacte social. Aujourd’hui nos amis de l’opposition pensent qu’ils ont perdu un allié important parce que nous sommes quand même le premier parti de l’opposition en nombre de sièges et d’élus notamment après les dernières élections locales».

Dénonçant une manipulation, il affirme que les démissions enregistrées d’abord à Port-Gentil puis à Lambaréné, ont été le fait de personnes qui ne militent pas au PDS. «Les signatures sont pratiquement les mêmes et elles ont été chaque fois imitées», a-t-il accusé, ajoutant : «Nous constatons que depuis cette signature, le PDS devient une vedette encore que plus on parle de quelqu’un ou d’un parti politique plus on fait sa publicité». «Les autres nous font de la publicité et cela est à notre avantage», a-t-il lâché, faisant de mine de faire contre mauvaise fortune bon cœur.

Toutefois, l’ancien secrétaire d’Etat aux Travaux publicset ancien cadre du Centre des Libéraux réformateurs (CLR) est revenu sur les raisons de l’adhésion du PDS au Pacte social. «Nous avons signé parce que cela rentre dans le cadre de notre projet de société et en signant cela nous avions dit ceci : ’’nous ne soutenons pas le programme politique du président Ali Bongo, nous soutenons le Pacte social parce qu’il permettra une redistribution normale égalitaire du produit national brut. Le Gabonais aujourd’hui souffre et nous luttons pour que le Gabon puisse accéder à une vie meilleure voilà la raison d’être de notre signature au pacte sociale’’», a-t-il laissé entendre.

 

 
 

8 Commentaires

  1. jean jacques dit :

    Voila les vrais leaders d’opposition qui pensent qu’ils ont des idées et pourraient contribuer au developpement du Gabon allez y bouffer aussi le gateau après 2016;

    Il faudrait qu’on pense a crée aussi notre parti qui va s’appellé Part Gabonais des Messager (P.G.M)auprès de l’église st marie cette place devient incontournable. avec les greves de faim.

    Après 2016 un ministere pourrait être crée.

  2. delpino dit :

    pitier de vous et des moutons qui vous encore ,j’ai tjr cru que les myenès etaient des hommes integres mais NDAOT vient de me dementir quel honte

  3. delpino dit :

    quand à vous journalistes de gabonreview vous nous foutez vraiment la merde

  4. Mao dit :

    Ingongui a été en prison il y a quelques années pour avoir fabriqué de la fausse monnaie

  5. Obalango dit :

    Ce parti est mort pour de bon! Et Ndoat n’aura rien, même pas 1 franc cfa de la part d’Ali.

  6. jean jacques dit :

    Est ce que la liberté d’expression = insulter les gens et les journalistes ont ce droit de filtre les messages de ceux qui pensent que insulter ou parler mal des ceux qui adherent au projet d’Ali.
    je prefere NDAOT que Ping qui a profité de la famille Bongo pour le CVqu’il a aujourd’hui, si votre ping est fort ou connu sur le plan international pourquoi il s’est retiré de l’élection au poste du S.G de la Francophonie? il n’a rien fait à l’UA.

  7. toule dit :

    Ndaot , en quoi la signature d’un accord ou d’un contrat peut elle changer le quotidien des gabonais? il suffit tout simplement au gouvernement de mettre en place sa politique et l’appliquer. Doit on attendre que tartampion ait signé un document pour que tout se décante? Un gouvernement applique la politique du président, je ne vois pas en quoi la signature d’un document par une frange de l’opposition peut rendre le gabonais heureux. Avec ou sans signature on attend juste sa mise en application. ET si personne ne signait?? est ce à dire que le pacte social ne verrait pas le jour??? Expliquez moi j’y comprends rien. Ali a un programme qu’il le mette en route c’est tout. Etait on obligé d’aller faire ce scenario au palais? et depuis sa signature pourquoi n’est il pas entré dans sa phase de démarrage?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW