Le Gabon dispose depuis le 5 juillet de sa marque déposée de lubrifiants. Il s’agit des huiles formulées pour automobiles et moteurs industriels (Pizo), dont la certification a été délivrée par le groupe Azelis France.

Le directeur général de Pizolub recevant le certificat de conformité des huiles formulées pour automobiles et moteurs industriels Pizo. © MaviogaGuyChristianOfficiel

 

«Pizo» est désormais une marque de lubrifiants made in Gabon. La remise officielle de la certification de conformité des huiles pour automobiles et moteurs industriels de la société de formulation des lubrifiants (Pizolub) a eu lieu, le 5 juillet à Paris, en France. Cette opération a été assurée par le groupe français Azelis.

Pour la direction générale de Pizolub, cette certification de produits Pizo en tant que marque déposée d’huiles, une première pour le Gabon. Elle traduit la consécration des efforts consentis par ses équipes au niveau de Port-Gentil, de l’Allemagne et de la France. «Nous avons travaillé pour disposer des formulations qui nous démarqueront indéniablement de tous ceux qui font dans l’approximation qualité. Celle-ci marque, on peut dire, la rupture totale de banc avec le marché indépendant et informel, qui préoccupe au plus haut point la société», a déclaré Guy Christian Mavioga.

Pour assurer le développement des applications chimiques pour la formulation des huiles pour automobiles et moteurs industriels, le président du groupe Azelis, Benoît Fritz, a pris l’engagement d’accompagner le laboratoire de Pizolub. Ce «compagnonnage» permettra de développer des produits de qualité, et de changer en profondeur l’approche des lubrifiants des huiles pour automobiles et moteurs industriels au Gabon. «Azelis dispose de toute la technicité pour accompagner le développement en laboratoire de produits Pizo dont la certification de la marque vient d’être remise officiellement», a assuré Benoît Fritz.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW