Pour appuyer les récentes mesures annoncées par la Préfecture de police de Libreville, visant à lutter contre le racket et l’abus d’autorité exercés par certains policiers à l’encontre des taximen, le ministre des Transports et de la Logistique pourrait bientôt proposer au gouvernement que des agents du Trésor public accompagnent les agents verbalisateurs sur les routes.

Un policier commis à la circulation, à Akanda (illustration). © Gabonreview

 

Moment de la rencontre entre Justin Ndoundangoye et les représentants des syndicats des transports en commun. © D.R.

Réagissant à leur récent dépôt de préavis de grève, Justin Ndoundangoye a reçu, mardi, les représentants des syndicats des transports en commun. L’objectif étant de discuter avec eux de racket et d’abus d’autorité dont ils disent être de plus en plus victimes ces derniers mois, principalement à Libreville et dans sa banlieue. Si la Préfecture de police de Libreville a décidé, le 25 avril, d’équiper ses agents verbalisateurs de gilets identifiables pour lutter contre ce phénomène, le ministre des Transports et de la Logistique souhaite que ce dispositif aille plus loin : il propose, entre autres, d’impliquer le ministère en charge des Finances publiques par l’entremise du Trésor public.

Pour le membre du gouvernement, en effet, en plus de définir exactement les points de contrôles communs avec les ministères de la Défense, de la Sécurité et des Eaux et Forêts, il conviendrait d’«affecter des agents du Trésor public pour la perception des frais de contraventions». Sur le terrain, les agents verbalisateurs de la police ou ceux de la gendarmerie nationale seraient accompagnés des percepteurs du Trésor public pour éviter les «petits arrangements» entre les verbalisateurs et les transporteurs, et pour s’assurer que l’argent des contraventions parvienne dans les caisses de l’État.

En juin 2018, toujours dans le cadre de la lutte contre le racket de certains policiers, le ministère de l’Intérieur avait annoncé la mise en circulation de nouvelles fiches de contravention. Seulement, à l’époque, la Préfecture de police de Libreville avait déjà indiqué que ces fiches ne constituaient pas un reçu de paiement. Elle avait également averti qu’aucun paiement ne devait se faire sur la voie publique. Les agents du Trésor public pourraient donc être mis en contribution à cet effet.

 
 

3 Commentaires

  1. ENDUNDU dit :

    Propositions du MTL du Gabon, essayons toujours.sauf que les agents du trésor public ne sont pas des blanc- seing dans cette affaire de racket ou corruption. Derrière leurs bureaux aux différents postes du Trésor public, ce sont des spécialistes de la loi non écrite: corrupteur- corrompu.

  2. Ikobey dit :

    Les taximen devront, en plus, graisser la patte des agents du T.P. !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW