Les démocrates (LD) ont été accusés d’avoir fait une alliance contre nature avec le Parti démocratique gabonais (PDG) pour conquérir la mairie de Mouila. Pour le président de LD, Guy Nzouba Ndama, cette alliance est également valable pour le Rassemblement héritage et modernité (RHM), mais le PDG a préféré son parti.

Guy Nzouba Ndama le 16 mars. © D.R

 

Lors de l’élection du maire de Mouila, un fait majeur n’a pas échappé à l’opinion : le relatif succès du candidat de Les démocrates (LD), Jean-Norbert Diramba, face à celui qui passait pour son frère d’armes, Serge Maurice Mabiala du Rassemblement héritage et modernité (RHM). Pourtant, les deux forces politiques de l’opposition avaient noué un accord pour faire front commun. «Au sortir du premier tour de l’élection législative à Mouila, il y avait un accord entre le candidat du RHM et le candidat des Démocrates», a rappelé le président de LD, Guy Nzouba Ndama. Lors de la célébration du deuxième anniversaire de son parti, le week-end écoulé, il est revenu sur cette alliance politique qui a fini en eau de boudin.

Selon cet accord, explique Guy Nzouba Ndama, «le candidat des Démocrates allait aux élections législatives avec le soutien de RHM et le candidat de RHM allait à la mairie avec le soutien des Démocrates». Le candidat de LD qui s’était positionné pour les législatives, avait d’ailleurs remporté la victoire. Cependant, la Cour constitutionnelle, après la requête introduite par Léon Nzouba du PDG, a annulé l’élection de Jean-Norbert Diramba sur le premier siège de Mouila, remettant tout à plat. Il fallait, semble-t-il, «repartir à zéro» et s’assurer que les alliances étaient toujours d’actualité.

Guy Nzouba Ndama assure avoir lui-même demandé à Jean-Norbert Diramba de se rapprocher de Serge Maurice Mabiala pour savoir si l’accord tenait toujours. Contre toute attente, «Serge Maurice a décidé d’aller aux élections législatives». «Il voulait aller aux élections législatives et à la mairie» a indiqué, non sans fiel, Guy Nzouba Ndama. Pour Les démocrates, la posture de Serge Maurice Mabiala a «brouillé les pistes» et a fissuré l’accord. Sur cette base, ceux-ci ont reconsidéré leur position. «Quand on veut vous dribbler, vous faites quoi ? Vous résistez aux dribbles», a exprimé Guy Nzouba Ndama.

Des suspicions sont nées de part et d’autres si bien que les candidats LD et RHM étaient en course pour le fauteuil de Mouila. A l’issue du scrutin, celui de LD, Jean-Norbert Diramba, a été élu. Alors que son parti ne comptait que 8 conseillers et qu’il a gagné avec 17 voix. Le nouveau maire a été accusé d’avoir fait une alliance contre nature avec le PDG, alors que celui de RHM «est resté fidèle» à ses idéaux a soutenu le parti de Serge Mabiala.

Guy Nzouba Ndama n’est pas de cet avis car, «Chacun a cherché à esquiver le drible de l’autre». «Mais quand vous regardez les résultats sortis : le candidat Démocrates avait 9 conseillers. Il s’est retrouvé avec 17 voix. Le candidat RHM avait 7 conseillers, il s’est retrouvé avec 16 voix. Tous ont eu des voix du PDG. Donc on ne peut pas accuser qui que ce soit d’avoir profité des voix du PDG au détriment d’un tel», a-t-il argumenté. «Il y a un qui a été plus préféré que l’autre», a-t-il tranché. En plus du RHM et LD, les différentes forces en présence étaient le PDG avec 12 voix, les Socio-démocrates gabonais (SDG) avec 3 voix et l’Alliance démocratique et républicaine (Adere) avec 3 voix. Soit, un collège électoral de 33 électeurs. La brouille de Mouila aura-t-elle une répercussion sur le rapprochement entre les deux partis ? La récente coalition politique créée autour de Guy Nzouba Ndama éloigne un peu plus ces deux alliés de Jean Ping lors de la présidentielle de 2016.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW