Après son passage sur le marché des capitaux de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) la semaine dernière, le Gabon est revenu ce 21 août pour une levée d’environ 35 millions de francs CFA à travers des Bons de trésor assimilables (BTA) et des Obligations de trésor assimilable (OTA).

Le Gabon est reparti sur le marché sous régional des capitaux de la Cemac pour une quête de 35 milliards de francs CFA. © D.R.

 

L’Etat gabonais est en quête de 35 milliards de francs CFA dans le marché sous régional. Ce 21 août, le pays a émis, selon le site Conjonctureseconomiques, par voie d’adjudication des Bons du trésor assimilable sur le marché de la Cemac pour tenter de lever un montant de 35 milliards de FCFA.

Selon notre confrère, la première émission d’un montant de 15 milliards de francs CFA concerne les BTA. Tandis que la seconde, comprise entre 17 et 20 milliards de francs CFA, est relative aux Obligations de trésor assimilables (OTA). Ces opérations, selon le gouvernement s’inscrivent dans le cadre des recours du pays à ce mécanisme financier pour le compte du troisième trimestre de l’année en cours. Ceci d’autant plus que la Direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor prévoit des levées de près de 215 milliards de francs CFA, assure la même source. Celle-ci précise également que pour le mois de juillet, l’Etat avait prévu de lever 54 milliards de francs CFA pour les BTA et un maximum de 20 milliards de francs CFA, pour les OTA.

Pour le mois d’août en cours, par ailleurs, période durant laquelle, le marché des titres devrait être le plus sollicité de ce troisième trimestre, le gouvernement prévoit de lever 71 milliards de francs CFA pour les BTA et un montant compris entre 10 et 12,5 milliards de francs CFA pour les OTA. Enfin, au mois de septembre, le montant des recours est estimé à 45 milliards de francs CFA pour les BTA et entre 10 et 12,5 milliards de francs CFA pour les OTA.

 
 

1 Commentaire

  1. rapapa dit :

    @Gabon Review
    C’est bien beau de nous dire le montant mais c’est pas ce qui est important… Cet argent ne sert qu’à refinancer des échéances de dettes précédemment émises.
    .
    Ce qui est important est le taux d’intérêt et
    1. si le taux est inférieur/supérieur aux autres économies du francs CFA et pas seulement de la zone CEMAC.
    2. Si le taux est en croissance/décroissance par rapport à la dernière émission, petite courbe facile à produire.
    3. Si le taux est en croissance/décroissance par rapport à la dette ou aux dettes qu’il remplace.
    3. Quel a été l’intérêt/demande de cette dette ? Les bons/obligations ont elles été sous vendues ?
    …..
    à moins que ce soit de la dette “neuve” on se moque du montant. Ce qui importe c’est la variation du taux d’intérêt.
    Merci d’avance, de nous renseigner sur les taux dans vos prochains articles.
    Une augmentation des taux veux dire que l’état dépensera plus pour payer sa dette et donc aura moins d’argent pour mettre en œuvre ses programmes.
    Et si le pourcentage de dette dite “neuve” est supérieur au taux de croissance de l’économie apparait cela veut dire que l’état ne gère pas bien son argent. S’il la masse de la dette diminue cela veut dire que le pays gère bien et paye sa dette….. pour pouvoir avoir du répondant en cas de crise.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW