Lancés le 17 août 2017, les travaux du marché municipal de Franceville, dans la province du Haut-Ogooué, sont évalués à 85% de réalisation. La livraison de cet ouvrage est prévue pour octobre prochain.

Le marché municipal de Franceville réalisé à 85%. © Gabonreview

 

Détails de la  maquette. © Gabonreview

Lancés il y a 20 mois par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, sur les cendres de l’ancien marché de Poto-Poto, les travaux de construction du nouveau marché municipal de Franceville, situé en plein coeur du premier arrondissement, pool économique de la ville, vont bon train. C’est le constat fait le 27 avril 2019, par le directeur d’exploitation de Bati-Vert international, l’entreprise adjudicataire du projet.

Érigé sur une superficie de 12000 m², dont 1000 m² de surface utile, le futur marché municipal de la capitale provinciale du Haut-Ogooué a tout pour séduire commerçants et consommateurs. À sa livraison, prévue pour octobre, cet espace commercial disposera de 230 boxes de 14,5 m² chacune, d’une zone d’étals pour des commerçants de viandes et de poissons, d’une superficie de 6000 m², de chambres froides de 7000 m², de huit unités de service de 50 m² chacune et d’espace de circulation en pavé autobloquant et d’un parking pour les usagers.

«Le marché est érigé sur deux niveaux R+1 couverte par une charpente métallique qui s’étend sur 6000 m². Les travaux sont exécutés à 85%, les gros œuvres étant quasiment terminées, nous allons attaquer dans les prochains jours les travaux de seconde œuvre. Ce qui nous permet de penser que l’ouvrage pourrait être livré vers fin septembre début octobre», a indiqué le directeur d’exploitation de Bati-Vert international, Amadou Gaye.

© Gabonreview

Gestion des risques environnementaux

Conscient des risques d’accident dans les chantiers obligeant les entreprises à adopter une politique de prévention des risques très structurée, Bati-Vert international s’est attaché les services du cabinet Archi.Ing. Pour le chef de mission de contrôle du chantier du marché municipal de Franceville, Boris Mikoto, sur une échelle de 0 à 7, la fiabilité des travaux se situe à 7. Ce qui suggère les efforts consentis par l’entreprise adjudicataire du projet dans ce domaine, pour assurer la fiabilité et la durabilité de cette infrastructure.

«Ce marché mettra au minimum 50 ans, en ce qui concerne la structure porteuse faite en béton armé. En effet, si les travaux réalisés ne sont pas aux normes, nous enregistrerons des répercussions. Les enjeux sont nombreux pour les sociétés, au-delà du risque de décès des futurs locataires, la responsabilité juridique des entreprises sera impactée», a assuré Boris Mikoto.

Des ouvriers sur le chantier du futur marché municipal de Franceville. © Gabonreview

Employabilité de la jeunesse

L’emploi des jeunes est à ce jour le domaine social le plus préoccupant pour le gouvernement en perpétuelle quête de stratégie pour renverser la tendance du phénomène de chômage juvénile. Si le chiffre de 178 employés sur le chantier, nuit et jour, peut paraître négligeable, pour les responsables du chantier, il participe tout de même à faire baisse le taux de chômage dans la ville.

«Ce projet que nous avons hâte de voir aboutir offre à certains de nos enfants une autonomie financière. Ces derniers ne glandent plus en longueur de journée dans la rue. De plus, de jeunes ingénieurs de l’Université des sciences et techniques de Masuku sont en stage au sein de ce projet. Quand on pense aux difficultés rencontrées par certains nouveaux diplômés pour trouver un simple stage, c’est un plus pour la ville», a témoigné Judes Evoula, un riverain du site du futur marché. Ce chantier est perçu par beaucoup dans la ville comme une concrétisation de l’engagement du président de la République a doté Franceville d’un ambitieux programme d’assainissement et de modernisation.

 
 

1 Commentaire

  1. azerty dit :

    Quel en est le coût ?
    Qui le finance ?
    Quelle en sera la gestion ?

    La mairie en sera t elle pleinement propriétaire ?
    Comment vont se répartir les étales et autres boxs ?
    Quelle sera la place des gabonais ? Seront ils privilégiés ?
    Comment va s’opérer la selection

    Aux choses du pays … chat échaudé craint l’eau froide.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW