Avec 814 salariés, l’Assemblée nationale cumule une masse salariale de 7,5 milliards de francs CFA en 2020. C’est au-dessus de la présidence de la République et ses 6,4 milliards, dont les effectifs se situent pourtant à 1018 têtes.

L’Assemblée nationale cumule une masse salariale de 7,5 milliards de francs CFA en 2020. © Gabonreview

 

Institution la plus bedonnante en termes d’effectifs, la présidence de la République a cependant une masse salariale moins importante que l’Assemblée nationale. C’est ce que révèle la loi n°014/ 2019 promulguée le 22 janvier et déterminant les ressources et les charges de l’État pour l’année 2020.

Avec 814 salariés, l’Assemblée nationale totalise une masse salariale de 7,5 milliards de francs CFA en 2020. Avec ses 1018 agents, la présidence de la République va dépenser 6,4 milliards en termes de masse salariale. Le trio de tête des plafonds d’autorisations d’emplois de l’État est complété par le Sénat et ses 6,2 milliards de masse salariale, pour un effectif de 814 personnes.

En plus de l’Assemblée nationale, la présidence et le Sénat, quatre autres entités dépassent le milliard de francs CFA en termes de masse salariale. Il s’agit de la Cour de cassation (4,7 milliards de francs, effectif 360), la Cour des comptes (2,7 milliards de francs CFA, effectif 260), la Cour constitutionnelle (2,4 milliards de francs CFA, effectif de 99) et le Conseil économique, social et environnemental (1,1 milliard de francs CFA, effectif  117).

Les autorités autonomes et institutions les moins budgétivores en termes de masse salariale, en 2020, sont la Commission nationale de protection des données à caractère personnel (23,2 millions, effectif 6), la Commission nationale des droits de l’Homme (17,6 millions de francs CFA, effectif 3) et la Médiature de la République (8,4 millions de francs CFA, effectif 3).

En tout, les 15 autorités autonomes et institutions cumulent une masse salariale de 34,1 milliards de francs CFA en 2020, pour un effectif de 3115 personnes.

 
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    Gabegie, encore et toujours.
    Voilà une belle Assemblée de sympathiques “bon à rien”.
    Que la dépense soit importante, pourquoi pas?. Le problème est l’utilité d’une telle dépense. Certains diront, sans rire, que c’est le prix de la démocratie.
    Moi, je crois que c’est le prix de l’incompétence. Mais sérieusement, avons-nous encore les moyens de notre incompétence ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW