Saisissant l’occasion de l’installation, le 22 mars, du maire de Franceville dans le chef-lieu de la du Haut-Ogooué, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de l’Administration du Territoire, de la Décentralisation, chargé de la Citoyenneté et de l’Immigration, qui a revêtu ici, par moments, ses habits de leader politique de la province, a appelé les populations présentes «à se lever et à dédier à Ali Bongo Ondimba un tonnerre d’applaudissements». Ce qui – naturellement – a été fait pendant de longues minutes !

Standing ovation pour le chef de l’Etat, le 22 mars 2019 à Franceville. © Gabonreview

 

Le vendredi 22 mars était jour de fête dans le chef-lieu de la province du Haut-Ogooué ! Et pour cause, le ministre d’Etat chargé de l’Intérieur venait procéder à l’installation du nouveau maire de la troisième ville du Gabon, tout en revenant sur l’actualité des derniers mois. Et là, justement, prenant ses habits de leader politique de la province, Lambert-Noël Matha qui avait organisé, au mois de décembre dernier, une messe d’action de grâce pour le président Ali Bongo, alors en convalescence à Rabat (Maroc), a tenu à rappeler ce qui suit : «Chers parents, chers amis, populations du Haut-Ogooué, il y a trois mois, je me tenais ici, debout devant vous, afin de magnifier, dans l’unité et la cohésion, le Maître des Temps et des Circonstances, l’Eternel Dieu, pour avoir épargné notre fils, notre frère, notre champion, notre seul et unique chef d’Etat, S.E. Ali Bongo Ondimba».  L’ensemble des personnalités politiques et cadres de Franceville et des autres localités de la province, dont l’essentiel était venu de Libreville, avaient pris part à cette messe d’action de grâce.

Quelques moments de l’installation, le 22 mars, du maire de Franceville dans le chef-lieu du Haut-Ogooué. © D.R.

«Notre Dieu a exaucé nos prières»

Vendredi dernier, devant la foule rassemblée à Franceville lors de l’installation du nouveau maire de la capitale altogovéenne, Joachim Lékogho (qui succède à Roger Ayouma), et ses adjoints Norbert Mouyabi, Jules Ferry Ndounou Ngouandjila, Jean-Claude Sendzé et Marie Larosa Abouna Ayouma, Lambert-Noël Matha a voulu parler de l’actualité toute récente concernant le chef de l’Etat. «Comme vous le savez, a-t-il dit, le président de la République va regagner le Gabon demain samedi 23 mars, c’est-à-dire dans quelques heures. Avant de lui réserver un accueil des plus chaleureux demain à son arrivée, nous, membres du gouvernement originaires de cette province et ceux de la province de l’Ogooué-Lolo où je me trouvais tout à l’heure ont tenu à être présents à cette installation. Le retour du chef de l’Etat, annoncé hier, est, comme je vous l’avais dit, la preuve que ce que révèle la Bible est une vérité incontestable : «là où deux ou trois personnes sont réunies en mon nom, je suis au milieu d’eux, et si elles demandent quelque chose unanimement, j’exaucerai leurs prières. Notre Dieu nous a exaucé ; que toute la gloire lui revienne. Je voudrais ainsi, avec votre permission, demander à chacun d’entre vous de se lever et de dédier à Ali Bongo Ondimba un tonnerre d’applaudissements», a-t-il demandé à la foule.

Réaction instantanée : une standing ovation pour le chef de l’Etat qui aura duré un bon moment et qui a suscité de la joie parmi les populations altogovéennes. La démonstration était spectaculaire, non pas tant par la force des slogans lancés par les populations qui mêlent soutien et attachement à Ali Bongo, que par la pluralité visible des participants (citadins et ruraux, jeunes et moins jeunes, cadres et ouvriers, tous unis par la fidélité au chef de l’Etat !). Lambert-Noël Matha a réussi ce tour de force dans une ville qui a parfois cédé à des actes de désunion et aux démons de la division. Avec la présence de leur leader politique, les Francevillois étaient, cette fois, à l’unisson ce 22 mars.

Franceville, le nouveau maire

Le leader politique du Haut-Ogooué s’est ensuite voulu compatissant au sujet des tristes événements survenus il y a quelques semaines dans les communes de Franceville et de Moanda, avec les orages et les vents violents y ayant détruit de nombreuses habitations, écoles et hôpitaux, et plongés beaucoup de compatriotes dans une certaine précarité. «A cet égard, a-t-il indiqué, je voudrais leur adresser, de la part du gouvernement, ce message de compassion et de solidarité, et les assurer de ce que tous les mécanismes seront mis en œuvre pour leur apporter soutien et aide. Je sais qu’elles attendent beaucoup des autorités, et nous essayerons, en tenant compte des possibilités budgétaires de l’Etat, de répondre à leurs sollicitations».

Pour revenir à l’installation de l’édile de la commune, il est à noter que le ministre d’Etat chargé de l’Intérieur a invité Joachim Lékogho à faire montre de plus d’audace, mais également d’écoute et d’abnégation au travail. Puis, il a évoqué les problématiques liées à la salubrité de la ville, à la mise en œuvre du Fonds d’Initiative départementale (FID), «projet majeur du président de la République», et à a citoyenneté, «nouveau cheval de bataille du gouvernement». Pour le ministre d’Etat Lambert Matha, «nul ne doit être exclu de la vie sociale du fait de sa religion ou même de son appartenance ou de ses idées politiques», ajoutant que le nouveau bureau du Conseil municipal de Franceville doit travailler à l’amélioration du «vivre ensemble» et à l’implication de tous les citoyens dans l’accomplissement des tâches pour le bien-être de toute la collectivité. Finies donc les polémiques électoralistes, et dorénavant, sur le terrain, aucune question ne devrait plus se régler en se réfugiant derrière une posture, de quelque nature que ce soit.

Avant Franceville, dernière étape de sa tournée d’installation des nouveaux édiles des chefs-lieux de province, Lambert-Noël Matha s’était rendu à Koulamoutou où, profitant de la prise de service officielle du nouveau maire du chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo, il a tenu à évoquer l’actualité liée au chef de l’Etat : «Mon émotion est grande, elle est d’autant plus grande que, ce jour, une très bonne nouvelle est venue égayer les cœurs des Gabonaises et des Gabonais. Il s’agit du retour du président de la République S.E. Ali Bongo Ondimba dans son pays, dans notre pays». Debout, les Koulois ont applaudi à tout rompre… Puis, il a informé les nouvelles autorités locales que «le président de la République a instruit le gouvernement dirigé par Julien Nkoghé Békalé à travailler avec les municipalités, pour trouver les mécanismes qui permettront que, désormais, vous gériez vous-mêmes la question des ordures, conformément à l’esprit de la décentralisation».    

Héritage historique désuet

Rigobert Nzengué Lola, un Pové, est le nouvel édile. Une première dans cette ville depuis l’érection de Koulamoutou en commune de plein exercice au début des années 1960 ! Un héritage historique qui devient désuet !

 
 

2 Commentaires

  1. Observateur + dit :

    cela ne devrait pas être “conformément à l’esprit de la décentralisation” mais plutôt à la décentralisation!
    il est temps de donner un corps à l’esprit de la décentralisation afin qu’elle soit visible par tous. il s’agit donc de passer à l’acte II puis à l’acte III de la décentralisation. Cela permettra de régler un tat de problèmes qui minent nos villes. Pourtant tout montre aujourd’hui qu’il est temps de de passer au transfert des competences et des ressources aux collectivité locales. Qu’est ce qui bloque réellement? Pourquoi préfère t-on une décentralisation baroque suivie d’un bricolage de transfert des compétences aux collectivités locales?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW