Le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 440 millions de dollars en 2018, soit une hausse de 10% par rapport à l’année précédente. Toutefois, il a connu une méforme au Gabon tout au long de l’année.

Maurel & Prom a fait un chiffres d’affaires de 440 millions de dollars en 2018. © D.R.

 

Le chiffre d’affaires consolidé de Maurel & Prom pour l’année 2018 s’élève à 440 millions de dollars, soit plus de 254,5 milliards de francs CFA, en progression de 10% par rapport à celui de l’année 2017. Les résultats du groupe français au Gabon n’ont pourtant pas été reluisants. Dans ce pays, son chiffre d’affaires n’a d’ailleurs pas cessé de régresser tout au long de l’année, allant de 66,5 milliards de FCFA au premier trimestre (T1) à 56,6 milliards au T2 ; 53,2 milliards au T3 pour descendre à 48,5 milliards au T4.

En cause, la compagnie note que la production d’huile au Gabon de 20 342 barils par jour (b/j) en part opérée (16 273 b/j en part M&P), est en baisse de 19% par rapport à 2017, «en raison d’une capacité d’évacuation réduite à partir du mois de mai et jusqu’à fin novembre». Et si le Groupe assure que «depuis décembre 2018, la production a été évacuée sans incident et a repris sa progression pour atteindre 25 013 b/j en part opérée en janvier 2019», il a tout de même fallu compter, les mois précédents, sur la forte progression des prix du pétrole. «En effet, précise le communiqué de Maurel & Prom, le prix de vente moyen s’élève à 68,8 $/b sur l’exercice 2018 contre 53 $/b sur l’exercice 2017 soit une augmentation de 30%».

Au Gabon, les activités de forage sur le permis d’Ezanga, interrompues pendant près de trois ans, ont néanmoins repris au premier semestre 2018 et se sont accélérées avec le démarrage d’un second appareil en août afin de soutenir le profil de production et de contrebalancer la déplétion naturelle des champs, informe le Groupe. «Au total, 9 puits ont été forés en 2018. Le programme se poursuit en 2019 avec le forage de puits à haut potentiel.»

Aussi, les forages des puits d’exploration des permis de Kari et de Nyanga-Mayombé, situés au sud du Gabon, initialement prévus en 2018, ont-ils été reportés à 2019 suite à une modification du plan d’approche de l’appareil de forage.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW