La production d’huile du pétrolier français au Gabon s’est élevée à 25 033 b/j (20 026 b/j en part M&P) au premier semestre 2019, soit une hausse de 16% par rapport à l’an dernier sur la même période. Toutefois, elle n’a pas suffi à booster le chiffre d’affaires du groupe Morel & Prom au S1 2019 qui s’est affiché à 229 M$, en baisse de 4% par rapport au S1 2018.

Maurel & Prom annonce la hausse de sa production au Gabon au 1er semestre 2019. © D.R.

 

Le groupe pétrolier français Maurel et Prom a annoncé le 12 juillet 2019, les résultats cumulés de ses activités au premier semestre de l’année. Si ces résultats soulignent une hausse de la production au Gabon, celle-ci ne se traduit pas par une embellie de son chiffre d’affaires qui est en recul. La situation serait liée à un retard d’enlèvement d’une partie de la production au Gabon.

«La hausse de la production au Gabon au premier semestre 2019 (+16% par rapport au premier semestre 2018) dans un environnement de prix similaire (prix de vente moyen de l’huile de 68,4 $/b au S1 20191 contre 69,2 $/b au S1 2018 et 68,2 $/b au S2 2018) n’est pas reflétée dans le chiffre d’affaires en raison d’un décalage d’enlèvement de 591 000 barils», indique l’opérateur.

En effet, il y a «382 000 barils produits, mais non enlevés sur S1 2019, auxquels il convient d’ajouter les décalages d’enlèvements constatés sur le S1 2018, qui avaient joué en sens inverse, les enlèvements ayant à l’époque excédé de 209 000 barils la production», précise le pétrolier dans son communiqué. L’opérateur indique également que «hors effets d’enlèvements, le revenu retraité du groupe est en augmentation de 15% par rapport au S1 2018, à 256 M$ contre 223 M$ au premier semestre 2018».

Selon Maurel & Prom, l’augmentation de 16% de la production au Gabon traduit les progrès dans la gestion de l’évacuation de l’huile, ainsi que la consolidation du potentiel de production du champ grâce aux forages de développement et à la poursuite du programme d’injection d’eau. «La production a progressé au cours du premier semestre, passant de 25 003 b/j en janvier à 26 729 b/j en juin, sans être limitée par les difficultés d’évacuation rencontrées en 2018».

En matière de développement au Gabon, le groupe a annoncé le démarrage, fin mai 2019, des travaux de génie civil nécessaires à la préparation du forage d’exploration sur le permis de Kari au sud Gabon. «Le chenal d’accès à la zone de forage a été réalisé à 50% et les travaux poursuivent leur cours. Le démarrage du forage proprement dit est attendu au dernier trimestre 2019. Sur le permis d’Ezanga, deux forages d’exploration seront réalisés au cours du troisième trimestre 2019».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW