Après plus d’un an de convalescence en Afrique du Sud et en France, l’opposant André Mba Obame, dont le retour au Gabon est annoncé le 11 août prochain, est intervenu sur la télévision Africa 24, le 8 août. L’ancien candidat à la présidentielle s’explique sur son état d’esprit, sa santé et la crise politique gabonaise.

L'intervention d'André Mba Obame sur Africa 24 le 8 août 2012 - © Gabonreview.com

La décision d’un retour au pays s’est prise naturellement…

15 juin 2011, 11 août 2012, cela fait quatorze mois que j’ai quitté mon pays pour des raisons médicales. Il y a eu une amélioration significative de ma santé. Les médecins l’évaluent à plus de 50%. Il reste encore beaucoup de travail à faire : la rééducation, les exercices. Je vais donc continuer ce travail chez moi au Gabon. Comme je l’ai dit, dans un environnement favorable. Donc, c’est vraiment avec impatience que j’attends de me retrouver dans mon pays.

Un retour placé sous le signe de la poursuite du combat politique mené depuis plusieurs années. Mais cette fois-ci, André Mba Obama promet d’engager le dialogue avec toutes les forces politiques du pays…

Je n’ai jamais arrêté mon combat politique, malgré la maladie, malgré la douleur. Je vais chercher à rejoindre les autres forces démocratiques, le peuple gabonais, pour la mise en application de cette feuille de route qui implique principalement l’organisation d’une conférence nationale en vue de réunir toutes les Gabonaises et tous les Gabonais autour d’une table. C’est là un objectif majeur pour notre pays. Nous voulons que ce ne soit pas un combat contre un camp. C’est le seul moyen de sortir de manière pacifique de la profonde crise politique qu’il y a au Gabon.

Dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques jours de votre retour au Gabon ?

Je suis heureux de pouvoir regagner prochainement mon pays après 14 mois d’absence… donc tout excité de retrouver les miens, ma famille naturelle, ma famille politique, mes compatriotes, pour continuer ensemble ce qu’on a commencé depuis.

Lors de votre séjour à Paris, vous avez, avec d’autres opposants, rédigé un mémorandum pour réformer le Gabon. Alors qu’est-ce que vous réclamez concrètement ?

Écoutez, le Gabon depuis le coup d’État électoral de septembre 2009 traverse une crise politique profonde. Et ceci a des conséquences au niveau économique, au niveau social et culturel. Le pays est bloqué…

Quand vous dites bloqué, c’est-à-dire ?

Ben, regardez : politiquement, les gens se regardent en chien de faïence. Nous sommes au bord de la guerre civile. Les institutions sont discréditées. Au niveau économique et financier c’est la même chose : le niveau de vie a régressé. Aujourd’hui, par exemple, au niveau de la qualité de la vie : problème de l’électricité, problème au niveau de l’école, problème dans les hôpitaux. A l’hôpital général de Libreville, il n’y a pas de courant. Donc, il y a une régression au niveau politique, au niveau économique et social.

Donc vous réclamez la tenue d’une conférence nationale souveraine en décembre prochain.

Compte tenu des tensions qui existent dans le pays, compte tenu de la crise qui est là et qui peut dégénérer à tout moment, il est temps, plus que temps, que les Gabonais se retrouvent pour, d’abord briser la glace, pour cesser de se regarder en chien de faïence et pour enfin poser tous les problèmes sur la table et, ensemble, trouver des solutions.

Est-ce que ça peut aboutir si le pouvoir ne participe pas à ces débats ?

Quand on parle de conférence nationale souveraine, c’est tout le monde. C’est-à-dire le pouvoir, le peuple…

Mais, le pouvoir dit pour l’instant que ça ne se justifie pas, qu’il n’y a pas besoin de faire une nouvelle conférence nationale.

Regardez ce qui s’est passé dans le monde. Le président Kadhafi disait qu’il n’y avait aucun problème en Libye ; le président Ben Ali disait qu’il n’y avait aucun problème en Tunisie ; le président Moubarak disait qu’il n’y avait aucun problème en Égypte. Regardez, le président Assad dit qu’il n’y aucun problème en Syrie. Je crois qu’il faut, à un moment, se rendre compte que les temps ont changé. Nous sommes au 21è  siècle, les pouvoirs doivent se mettre à l’écoute des populations et malheur aux pouvoirs qui ne veulent pas écouter la population. Mais la population s’imposera à eu d’une manière ou d’une autre.

 
 

14 Commentaires

  1. Rare Gabon dit :

    Je reste quand même sur ma faim. Voilà l’interview annoncée à grand bruit par ses supporters. AMO ne dit rien qui peut nous édifier.
    Je note quand même, surtout dans le ton, que la maladie l’a fait mûrir et qu’il est moins extravagant. Ce ramollissement annonce-t-il une collaboration prochaine avec Ali? 
    Il dit qu’il faut s’asseoir pour laver le linge sale en famille. Et après? On mange ensemble, et c’est reparti pour un tour? Attention!

    • La Fille de la Veuve dit :

      @Rare Gabon. J’ai moi aussi note comme vous que pour la premiere fois depuis 2009 qu’Andre Mba Obame semble etre ouvert a une discussion avec le pouvoir.

      Je considere que ce n’est pas avec ses amis qu’on fait la paix, mais avec ces ennemis d’hier. Si c’est ce chemin que souhaite desormais emprunter Andre Mba Obame, c’est-a-dire celui d’une discussion sur l’avenir du Gabon qui n’excluerait personne, je crois pour ma part qu’il faudrait l’y encourager.

      Il n’y a pas que le pouvoir qui doit tendre la main. Cette fois c’est Andre Mba Obame qui tend la main a Ali Bongo Ondimba. Esperons pour le Gabon que ce dernier saura saisir cette occasion.

    • N marcy dit :

      vraiment attention!! car pe importe ce qui va se passé ils ont été dans la meme barque, et si todays ils se melent les pinceaux, c par acoz des interet des Gabonais, c juste parsk ya un qui a pri la plus belle par du gateau, vu que le Gabon c leur gateau! et des que c linge soi disan sale sera lavé, leur jeu reprendra et la population restera en marge.

  2. lenkemberlien dit :

    AMO nous savons que tu es un grand strage et que tu connais bien les contours du pouvoir plus que dans un passé recent tu a été le serveau.
    Bon, mais je pense que le constat que vous faite du Gabon ne date pas d’aujourd’hui car vous avez été au pouvoir et vous le saviez tres bien que le pays allait male ou bloqué comme vous le dite, bref…
    En 1990 lors de la Conf Nat vous n’avait rien proposer aux gabonais pour que nous arrivions a l’alternance Dieu seul sait ce que les acteurs politiques de l’epoque ont fait du gabon.
    Au finish vous vous etes partager le pays comme un gateau en mettant en place des institutions qui n’ont servis qu’a casé les gents on connais la suite.
    Vraiment je pense que vous devez proposez aux gabonais un autre chemat et non du déjà vu.
    je crois que les gabonais n’ont plus besoin des contats de ce types, le peuple a besoin des actions et non des discours nostalgiques de la vieil époque.
    Merci en bon retour au pays, dont vous avez une part de responsabilité dans le déluge et l’etat actuel.

    • Rare Gabon dit :

      Donc, il faut faire quoi, selon vous, M. Lenkemberlien? Proposer autre chose ça veut dire quoi? Soyez concret! Donc, Ali qui découpe un cours de géographie en projet de société a proposé autre chose pour changer ce pays que sa famille et lui ont ruiné? Il a fait quoi, Ali, quand il était au gouvernement? L’hôpital militaire a été l’un des chantier les plus longs et les plus endettés de l’histoire du pays, parce qu’il détournait les budgets et avant lui, son oncle Ngari. Le Prytané militaire est la simple reconversion, au bénéfice des enfants,de ce qui était le camp des femmes militaires AFAG (Auxiliaires des FOrces Armées gabonaises). Il a fait quoi Ali Bongo et il propose quoi de neuf?
      Seuls les idiots de Port-Gentil ne changent pas et il faut laisser à AMO le bénéfice du doute. Saül de Tarse persécuteur des chrétiens a fini par changer et est devenu Saint Paul. L’homme est perfectible. Pourquoi pas au Gabon?

  3. Marshall dit :

    Je n’ai qu’une seule chose à dire : VIVE L’ÉMERGENCE !VIVE L’ÉMERGENCE !VIVE L’ÉMERGENCE !VIVE L’ÉMERGENCE !VIVE L’ÉMERGENCE !VIVE L’ÉMERGENCE !VIVE L’ÉMERGENCE !VIVE L’ÉMERGENCE !VIVE L’ÉMERGENCE ! AMO les portes te restent ouverte au PDG.

  4. Morel dit :

    Je voudrais rappeler à Monsieur Mba Obame Andre que les gabonais que nous sommes ceux vivant au pays ne se regardent pas en chien de faience chez nous c’est l’unité nationale que le feu president à laisser qui reigne dans nos rues nos familles et dans notre pays la preuve est combien de mariage inter ethnique assistons nous aujourd’hui? Juste dire que apres 14 mois hors du Gabon revener en tant que celui qui aime le Gabon mais pas avec des propos qui se justifent pas…Merci…..

    • Boukoubi Maixent dit :

      @Morel. Vous ne vivez pas au Gabon…. Demandez à Séréphin Moundounga s’il peut tendre sa main à un gars de l’UN…. Demandez à Ndongou depuis quand il a encore eu Eyghé Ndong – qu’il appelait papa – au téléphone…. Demandez à Boukoubi mon homonyme depuis quand il a encore eu Mba Obame – qu’il appalait mon jumeau – au téléphone… Demandez à Ayo Inguendha depuis quand il a encore eu Oyé Mba, son ami d’enfance, au téléphone… Demandez à Pascaline Bongo depuis quand elle a encor eu Paulette Missambo – qu’elle appelait ma grande soeur _ au téléphone… Les mariages mixtes ne veulent rien dire dans un pays où Nguia Banda Alfred peut venir à la télévision dire que les Fang ne doivent pas aller tenir de meeting au Haut-Ogooué et frien ne lui arrive… Les mariages mixtes ne veulent rien dire dans un pays où Honorine Dossou naki peut traiter les autres gabonais non roginaires de Port-Gentil de “gens de passage” et rien ne lui arrive…. Unité nationale ? Si en parle tant, c’est précisément parce qu’Omar Bongo l’a tuée depuis longtemps. Ali Bongo n’a fait que l’enterrer….

    • La Fille de la Veuve dit :

      @Morel. Regis Immongault, Ministre de l’Energie et des Mines, a deux Femmes toutes Fangs du Woleu Ntem. Une originaire de Minvoul avec laquelle il est marie legalement depuis une vingtaine d’annee et avec lauqlle il a des enfants aujourd’hui majeurs. Une seconde originaire d’Oyem avec laquelle il vient de se marier a la coutume il y a quelques semaines. Il est lui-meme Nzebi de Lastourville. Cela ne l’a pas empecher de faire campagne lors des elections legislatives partielles de juin 2010 en clamant haut et fort dans tout le departement de Mulundu qu’il ne fallait pas voter pour Paulette Missambo parce que cette derniere et Zacharie Myboto etaient alle s’allier aux Fangs.

      Je souhaitais prendre cet exemple pour vous dire qu’il ne suffit pas de se marier avec une femme d’une autre ethnie pour pretendre que l’on ne se regarde pas en chien de faience.

      Comment pouvez-vous affirmer qu’il n’y a pas de probleme au Gabon et que c’est l’Unite nationale qui reigne dans nos rues? La suspension des journaux represente quoi pour vous ? La violence des attaques dans les journaux, c’est quoi pour vous ? L’interdiction faite a certains Gabonais de quitter le Gabon pour aller rendre visite a leurs amis ou leurs parents a l’etranger, c’est quoi pour vous?

      Vous avez le droit de ne pas aimer Mba Obame. Vous avez egalement le droit d’etre membre du PDG. Mais evitez de nier une realite qui pourrait nous couter tres cher si nous n’y prenons garde.

  5. scha dit :

    des discours, des discours et encore des discours!!! franchement, on aura tout vu avec nos hommes politiques qui changent de veste à tout va!!!très sincèrement,AMO tout comme les autres a participé à la ruine de ce pays!! et il faudrait lui faire confiance aujourd’hui?on prétend vouloir agir pour l’intérêt du Gabon et de sa population, mais en vérité, ces personnes ne sont là que pour assouvir leur appétit vorace du pouvoir! je ne fais pas de parti pris, je ne suis ni pour le pouvoir, ni pour l’opposition! je suis juste une citoyenne qui constate comment avec amertume ce que les hommes politiques ont infligé à notre pays!
    je lui souhaite toutefois un bon retour au pays et un prompt rétablissement!!!

  6. kevazingo garnett dit :

    l’espoir fait vivre! pour moi j ne csserai jmais de le dire amo et ali jouent.la main tendu d’amo ne devrait surprendre personne.n’empeche k j slut son retour car il sussite l’espoir chez ceux ki veulent se venger ds injstces royaume des bongo.si slmt amo était un vritabl patriote et si…Dieu.bref

  7. kounabeli Roland dit :

    Que le pouvoir n’aille surtout pas a cette conference nationale souveraine .Je ne leur donne pas un mois a tout casser. Et bon debaras

  8. N marcy dit :

    le pays est bloqué!!! discours, discours, discours et encore discours…..!! quand vous etiez dans la barque vous n’avez jamais vu que le pays etait bloqué ou que rien n’allait plus, aujourd’hui, vous venez jouer au ”soi disan sauveur ” parsque vos interet, sont en jeux.. vous n’etes pas sans ignoré que l’état déplorable dans lequel se trouve le CHL n’est pas d’aujourd’hui et soudainement vous en parlez. vous etes les seuls comptable de la mauvaise gestion et du blocage du pays….PDG ou OPPOSITION!! arretez! avec vos discours sans fin!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW