La présence d’Emmanuel Issoze Ngondet, le 21 février à l’Assemblée nationale pour la première session ordinaire de la 13e législature laisse plus d’un dubitatif. L’ancien Premier ministre aurait préféré d’exercer son mandat de député que de moisir dans l’étroit couloir d’Ombudsman.

Issoze Ngondet à l’Assemblée nationale le 21 février. © Facebook/Team Emmanuel Issoze Ngondet

 

La rentrée de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale, ce 21 février, est perlée d’une belle surprise. Emmanuel Issoze Ngondet s’y est présenté, serti de son écharpe de député, aux côtés de ses pairs. L’ancien Premier ministre, nommé médiateur de la République dans la nuit du 11 au 12 janvier, a-t-il renoncé à ses fonctions d’Ombudsman ?

Décontracté, embonpoint avenant, sourire mesuré, la posture arborée par le médiateur de la République laisse penser que son choix est fait. Moins sibylline, son équipe de communication a tranché dans le vif dans un post sur sa page Facebook : «Emmanuel Issoze Ngondet : député et non médiateur de la République». Selon la “Team Emmanuel Issoze Ngondet”, «Le débat sur la nomination de Son Excellence Emmanuel Issoze Ngondet au prétendu poste de médiateur de la République vient d’être clos. Bien que ce débat ait fait couler beaucoup d’encre et de salive».

Issoze Ngondet s’est-il senti humilié par sa nomination à la tête d’une institution considérée par certains comme «le bâtard du panorama institutionnel» de la République ? Beaucoup sont de cet avis, surtout pour une personnalité qui fait partie de la petite poignée qui a servi de bouclier à Ali Bongo lors de la crise postélectorale, lorsque ce dernier était «dans les cordes».

En attendant que le concerné s’exprime lui-même sur la question, ses électeurs se réjouissent déjà de ce qu’ils considèrent comme un sursaut d’orgueil. «Face à ce choix courageux, nous, population de votre circonscription électorale, vous exprimons ici et maintenant notre profonde gratitude d’avoir bien voulu protéger notre vote. Car nous vous avions choisi avec ferveur, et vous demeurez jusqu’à preuve du contraire, notre véritable représentant, voire notre seul et unique leader. Nous comptons ainsi sur votre pragmatisme, charisme et autorité pour défendre courageusement nos intérêts», ont-ils posté sur Facebook. Emmanuel Issoze Ngondet est donc attendu pour officiellement clore le débat.

 
 

9 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    C’est un pauvre type tout simplement. Le Gabon va mal à cause de tel type. Avec lui, il faut ajouter le démon Aliangha Lacruche(se français de MERDES), 3M (l’autre emmerdeuse), et l’épouse satanique du démon BOA. Il faut aussi ajouter la connasse France et sa nouvelle marionnette qu’est le Maroc. Pitié! A Ntare Nzame!

  2. Aimée NTENEKO dit :

    Pour moi, Issozé Ngondet défie l’autorité de l’Etat, que dis-je, l’autorité du chef de l’Etat. Nommé Médiateur de la République, il devait rejoindre ses nouvelles fonctions, et une élection partielle devait avoir lieu sur son siège. C’est grave ce à quoi nous assistons là. L’autorité de l’Etat est défiée. La République est piétinée.

  3. Mambocka teddy dit :

    Bonjour à tous juste une remarque à vous les journalistes vous aviez une salle manière de souvent interprété la vie politique de nos hommes politiques je crois que le choix de l’exe premier ministre n’est pas un acte de défiance mes le choix de l’homme lui même qu’il soit médiateur ou pas il faudra pas oublié en prélude qu’il est avant tout député et sa place est l’assemblée nationale sait aussi ça servire la nation merci

  4. Mett dit :

    Bonjour à tous et toutes
    Je viens de lire ce article que je ne veux pas commenter, mais juste dire que ce type n’est rien d’autre que le valet d’Ali et il finirait comme lui.
    Dire ici il sert des intérêts du pays que Teddy nous dise ici ce qu’il a fait pour le pays durant le temps qu’il a été comme PM, pour moi je ne retiens que la dette de 1500 à 5000 et cela ne sert pas notre pays donc pour moi il ne sert absolument à rien .
    C’est des gens qui sont là pour leur ventre et non pour le bien-être du peuple ..et non pour ce pays qui est le leur ..déjà voir comme est makokou aujourd’hui vous comprendrez que ce type ne nous sert à rien ses biens sont à l’etranger au Maroc où sa petite ami est aussi originaire ..je pense que sa mère dois être de ce pays …
    Un type inutile et rien d’autre
    Je préfère l’ex ministre des affaires étrangères de sa région Nelson est plus valable et intègre que toute la bande des politicards de La région

  5. onero dit :

    Teddy, Dans un pays sérieux on décline la nomination de manière officielle et non se comporter comme ISSOZET NDINDON.
    Que sert il ? Il se sert plutôt . Quand il a été 1er ministre .
    1- Les enseignants n’ont pas de salaires depuis plusieurs années
    2- Sogatra qui est une société para public est boiteuse
    3- Les entreprises ferment du coté de POG
    4- Les écoles ne sont pas construites
    5- Pas de médicaments de 1ere nécessité dans les hôpitaux régionaux
    6- Pas de banques commerciales chez lui à Makokou , TCHIBANGA , KOULAMOUTOU
    ( les enseignants meurent ne terminent pas les programmes à causes des absences afin de toucher leur salaires , à lbv , oyem ou Franceville )
    Si tu chantes arrêtes toi un moment
    Si tu manges arrêtes toi un moment
    Si tu sires les chaussures arrêtes toi un moment

  6. NATIONS dit :

    CE TYPE EST UNE HONTE SIMPLEMENT, J’AI HONTE POUR LE GABON D’AVOIR A SA TETE DES GENS IMBUS COMME CE CUSPODIEN, JE COMPRENDS POURQUOI IL A ETE CHOISI, C’EST SON INCOMPETENCE NOTOIRE, C’EST DELIRANT DE VOIR CE QUE CE PAYS EST DEVENU, MON COMPATRIOTE ONERO ET METT ONT DEJA TOUT DIS SAUF CE FAMEUX TEDDY QUI JUSQUE LA NE COMPRENDS RIEN, CELA RESSEMBLE A DES GENS QUI ONT PEUR DE PERDRE LEURS INTERETS PERSO..COMME LE FAIT SI BIEN LA FRANCE.. LA LIBERATION FINIRAIT PAS S’IMPOSEE D’ELLE MEME, PAR LA VOLONTE DE DIEU..WHY NOT?

  7. OVENG FAME dit :

    Lorsqu’on a été diplômé du CUSPOD, ton destin futur est scellé. Nous sommes dans l’accomplissement seulement. La suite ne peut être que celle que nous voyons là: le scénario du film était écrit à l’avance et nous savions la fin. La mort de l’acteur principal. Pauvre peuple, pauvre pays! Puisque même la République est maintenant dirigée par un un être fantomatique et virtuel.Droit au mur nous y allons!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW