Les agents du Programme de maîtrise des dépenses des télécommunications, eau et énergie de l’État (PMDTE) pourraient déclencher un mouvement d’humeur dans les prochains jours. Ils dénoncent plusieurs malversations et manœuvres d’intimidation au sein du programme.

Les agents du PMDTE pourraient déclencher un mouvement d’humeur dans les prochains jours. © D.R.

 

Rien ne va plus au Programme de maitrise des dépenses des télécommunications, eau et énergie de l’État (PMDTE), où les agents dénoncent plusieurs maux incarnés par leur responsable. Celui-ci brillerait par des détournements obérant l’efficacité du programme.

Le PMDTE est né de la fusion en 2013 du Programme de maitrise des dépenses des télécommunications (PMDT) et du Programme des économies d’énergie et d’eau de l’État (P3E). Mis ensemble, les deux programmes visent à réduire les dépenses de l’État en eau, électricité et téléphone dans les bâtiments publics. Il gère également la gratuité de l’électricité des Gabonais économiquement faibles (Gef), bénéficiant de réduction de charges afférentes payées par l’État.

«En dépit d’énormes moyens mis par l’État, le résultat est fort décevant du fait des détournements opérés par sa responsable», a confié un agent du PMDTE, ayant requis l’anonymat. En plus des détournements, les agents estiment que leur responsable pèse de son poids pour que la gestion du programme ne soit pas rétrocédé à la Direction générale du budget et des finances publiques (DGBFIP) comme autrefois. Actuellement, le programme est géré par le secrétariat général du ministère du Budget, également pris en grippe par les agents du PMDTE.

«La hiérarchie, en l’occurrence le secrétaire général du Budget, voudrait désormais que les agents et cadres du PMDTE soient sous tutelle, pour continuer à détourner les deniers publics. Et pendant que cette bande de cols blancs jouit dans les différents services, il manque le minimum nécessaire pour le roulement administratif : stylos, rames de papiers, etc.», a regretté un des quarantaine d’agents du PMDTE.

Un comble pour une cellule faisant économiser à l’Etat, des milliards de francs chaque année. Si la tutelle ne s’est pas encore prononcée sur le cas du PMDTE, ses agents dénoncent les manœuvres d’intimidation à l’endroit de ceux qui osent critiquer la gestion de leur hiérarchie. Trois des meneurs d’hommes des agents du PMDTE sont d’ailleurs sur le point d’être affectés dans une direction de ministère du Budget.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW