Après avoir donné un spectacle plutôt gênant lors de sa prise officielle de fonctions la semaine dernière, le nouveau ministre de la Lutte contre la corruption qui avait alors accusé ses collègues du gouvernement de participer à la corruption au Gabon, s’est excusé, mercredi devant caméra.

Francis Nkéa Nzigue regrette ses accusations portées contre ses collègues du gouvernement. © SGG-Gabon

 

«Nous allons attaquer les corrompus qui sont au gouvernement […] pour assainir le pays», promettait-il, la semaine dernière, à la faveur de la cérémonie de passation des charges avec son prédécesseur. Mercredi, le ton et la fougue de Francis Nkéa Nzigue étaient beaucoup moins présents au terme de sa rencontre avec la délégation de la Banque mondiale. Le nouveau ministre de la Promotion de la bonne gouvernance, de la Lutte contre la corruption et de l’Évaluation des politiques publiques regrette ses accusations envers ses collègues du gouvernement. Il assure que celles-ci ne visaient personne en particulier.

«Je n’ai pas eu de mots durs vis-à-vis d’un individu bien indiqué, se défend-il. J’ai eu des mots durs vis-à-vis de toute la population dans le cadre de la lutte contre la corruption. Si ces mots ont pu heurter certains, honnêtement et sincèrement, je leur présente des excuses, notamment aux membres du gouvernement qui ont pu se sentir concernés.»

Près d’une semaine après avoir précisément cité «le gouvernement» parmi ses principales cibles, Francis Nkéa se déjuge et tente désormais de convaincre l’opinion qu’il avait usé d’une «métaphore» pour signifier le fait que «la législation va sévir les gens d’en-haut [et ceux] d’en-bas».

Semblant avoir ravalé son courage et sa détermination, le ministre chargé de la Lutte contre la corruption annonce que son action devrait désormais porter essentiellement sur «la stigmatisation» de la corruption et la sensibilisation auprès des populations «au lieu de continuer à punir de manière systématique». Sacré changement de perspective !

À la place des menaces d’emprisonnement, Me Nkéa dit dorénavant laisser la latitude au gouvernement de faire à sa guise. «Il appartiendra au gouvernement, auquel je tiens particulièrement, de décider de la politique de conduite de la lutte contre la corruption», se décharge-t-il.

 
 

10 Commentaires

  1. EHYA O.R dit :

    “Si ces mots ont pu heurter certains, honnêtement et sincèrement, je leur présente des excuses, notamment aux membres du gouvernement qui ont pu se sentir concernés.”

    Ahahah!!! la grosse blague de NKEA est mégahilarante, finalement il se déjuge. Un vrai gros blagueur. Voilà quelqu’un qui met en avant ses intérêts en avant plutôt que celle de la patrie, sa déclaration à été claire et que ceux du gouvernement qui se sentent touchés ou indexés prennent leurs précautions car au final après avoir montrer les muscles, se dégonflé de la sorte est tout bonnement pathétique de sa part.

  2. zobolus dit :

    C’est la preuve que ce genre de personnage n’ont pas de c… pour assumer leur responsabilité. Hier il tenait un discours de guerrier et aujourd’hui c’est le toutou qui parle. Incapable d’être cohérent.

  3. 짐 - 루크 dit :

    Il semble que cet imposteur (un de plus) ait oublié qu’il se dit avocat et que la loi se respecte. Il préfère donc se mettre dans ses habits d’aigrefin PD Giste en handicapant la justice par délitement supplémentaire.Vraiment, rien à en attendre de bon.

  4. le bonnet d'âne dit :

    « Le premier qui dit la vérité doit être exécuté » – Guy Béart 1968

  5. Ossouka dit :

    Si seulement le ridicule pouvait tuer…

  6. Ibrahim dit :

    Le gabonais n’a aucune dignité. J’en sais quelque chose pour avoir vécu 15 ans dans ce pays où ils sont facilement malléables . Et puisque c’est un peuple indolent, n’attendez pas qu’un des leurs devienne un jour président. Ce pays restera pour toujours dans les mains des étrangers.

    • Grégoire Ndong dit :

      Merci Ibrahim pour ton franc message. Mais comme tu le fais remarquer, ce peuple indolent ne bougera pas pour autant. La seule phrase qu’il a à la bouche, c’est: on va encore faire comment ? Pitié !

  7. 짐 - 루크 dit :

    Évidemment que ses arguments sont stupides mais difficile d’avouer l’escroquerie (pas seulement intellectuelle ?) en bande organisée, non ? Les faits sont graves, quand les excuses ne suffisent pas, on tente aussi les (lourds?) mensonges…

  8. Ari dit :

    Nkea est tout simplement un boufon. L’autre fois il accusait les juges d’etre tous corrompus, et cete fois ce sont les membres du gouvernement. Il veut juste faire son buzz. Rien de plus.

  9. ENDUNDU. dit :

    Tu as raison Ibrahim, en 15 ans d’existence au Gabon, tuas remarqué ce qu’est un gabonais, bon en gueule, mais rien au résultat.la pertinence de ton analyse ne souffre d’aucun doute. Ainsi va malheureusement le Gabonland.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW