Après avoir analysé la déclaration valant à Jean Rémi Yama une ferme promesse de poursuites pénales, la Haute autorité de la communication (Hac), a promis, au terme de sa séance plénière du 4 juillet, des sanctions aux médias qui relayeraient des déclarations similaires à celle du leader de Dynamique unitaire.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Sous la présidence de Raphaël Ntoutoume Nkoghe, président de la Haute autorité de la communication (Hac), l’institution chargée de réguler les médias en République gabonaise s’est réuni le 4 juillet 2019, en séance plénière pour analyser la déclaration du président de Dynamique unitaire (DU) qui a, le 3 juillet, suscité la réaction du ministre de  l’Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux, autrement dit du ministre de la Police et des juges.

Au cours de la problématique conférence de presse, animée le mardi 2 juillet 2019, a rappelé la Hac qui assure qu’elle n’a été relayée que par les médias numériques, Jean Rémi Yama se fondant sur l’intime conviction de sa confédération syndicale, déclarait qu’«Ali Bongo Ondilba est mort, il n’existe plus». La Hac qui se dit consciente de que le droit à l’information est un droit fondamental protégé par la Constitution gabonaise, rappelle cependant que «l’expression de ce droit n’est pas absolu».

Alors que le syndicaliste faisait part de son intime conviction adossée sur un faisceau d’indices mentionnés dans son discours, la Hac estime que Jean Rémi Yama a véhiculé une information qui «n’est que le fruit des conjonctures reposant sur des faits non vérifiés». «Il fait l’apologie de la contrevérité», considère la Hac qui indique qu’«avec un cynisme narcissique, la déclaration de sieur Yama constitue une insinuation malveillante, calomnieuse». Le régulateur des médias dénonce une atteinte à la vie privée, à l’unité nationale, à la cohésion sociale, à l’ordre public et à la stabilité des institutions. «C’est une injure envers l’institution du président de la République et à la personne d’Ali Bongo Ondimba», a affirmé son porte-parole adjoint, Jean François Mouwaka Ngonga.

Pour lui, les informations relayées doivent respecter le droit à la dignité d’autrui, promouvoir l’unité nationale et sauvegarder l’ordre public. «Elles ne doivent pas constituer une incitation à la sédition, à la haine, une invitation à l’incivisme et à la rébellion. L’information publiée doit être exacte, juste et vérifiée», croit savoir le “gendarme de la parole publique”, ainsi l’a désigné un moment un quarteron d’intellectuels de l’Union nationale. De ce fait, la Hac espérait que les médias qui ont couvert ce point presse, s’assurent que l’information diffusée est juste et exacte «afin d’éviter de diffuser des informations sur des faits non vérifiés». «C’est pourquoi, la Hac fait injonction à tous les médias de faire preuve de professionnalisme, d’éthique et de responsabilité dans le traitement des informations qu’ils diffusent et qu’elle se réserve le droit de prendre les sanctions appropriées à l’égard des irrédentistes», a prévenu Jean François Mouwaka Ngonga.

 
 

8 Commentaires

  1. Le Chat dit :

    Ils/elles n’ont qu’à menacer les ” médias “.

    Ali Bongo est Mort. Point final.

    Stop au cynisme !

  2. Ulys dit :

    Ah ah ah !!! Il n’y a que la vérité qui blesse.

  3. Sanctions,poursuites pénales et tout ce que vous voulez, c’est pas ça la solution, NOUS, gabonais, voulons savoir ce qui se passe réellement la situation sanitaire de notre PRÉSIDENT s’il vous plait…

  4. dosaumur dit :

    L’affaire chére HAC, la fuite d’eau est simple a étanchée, rassemblez-vous en séance pleiniére ( comme vous le dite ci-bien ) dire la VERITE rien que la VERITE aux peuples du GABON et du monde entier. Prouvez-nous peuple GABONAIS que vous n’êtes pas la-bas a la HAC pour vos gros ventres gazés

  5. Félix AYENET dit :

    Qui est plus cynique que qui ?

  6. Voilà dit :

    Je trouve tout de même incroyable ce Gabon de l’an 2019. S’en prendre à des journaux qui relaient les déclarations d’un citoyen, syndicaliste fût-il ! En quoi cela constitue-t-il un délit ? Le Gabon va mal, très mal, c’est connu de tout le monde entier, qui le dit et le répète à qui ne l’a pas encore entendu. Les Gabonais eux-mêmes en font l’amère expérience tous les jours ; ils vivent des moments extrêmement difficiles dans les villes et pire encore dans les campagnes. Au lieu de rechercher l’amélioration de leur quotidien, ce qui est la mission des gouvernants, la HAC nous entraîne dans des considérations de prévention de la haine et des conflits totalement biscornues. Qui a dit que les Gabonais véritables, au cours de leur petite Histoire, ont déjà été haineux envers quiconque ? Vont-ils subitement le devenir alors que leur quotidien est déjà surpeuplé de mille et une infortunes ? Chaque jour, ils mènent des millions de combats contre l’augmentation du coût d la vie ; ils ont des insomnies au sujet de l’avenir de leurs enfants ; ils voient leur pays se dissoudre progressivement sous l’effet de décisions peu sérieuses émanant visiblement de sources qui ne semblent pas œuvrer pour leurs maigres intérêts… De tout cela, la HAC semble mal informée et se transforme en tribunal, un rôle qui n’est pas le sien. La HAC aurait écrit : …une information qui «n’est que le fruit des conjonctures reposant sur des faits non vérifiés». Je pense qu’elle aurait dû parler plutôt de « conjectures… », un terme qui sied mieux à ce contexte. La preuve que nul ne détient la clef de la science infuse.

  7. B2 dit :

    Ali Bongo est bien MORT depuis octobre dernier. Ce qu’on vous montre, c’est juste pour gagner du temps. Et la France est complice dans cette MASCARADE. Le Maroc aussi.

    Ils vous font perdre du temps, parce qu’ils préparent déjà ce qu’ils vont vous imposer d’ici peu: leur candidat (Laccruche Fargeon – Nourredine Bongo – que sais-je ?). Les élections seront une nouvelle mascarade. C’est pas la peine d’y aller, vous perdrez votre temps.

    Pour éviter le piège d’une nouvelle présidentielle truquée, il vous faut revenir au contentieux de 2016. Faites gagner Mr Jean Ping (qui est bien sorti vainqueur de la présidentielle de 2016). Ainsi vous aurez contourné le piège d’une nouvelle présidentielle truquée.

  8. 짐 - 루크 dit :

    Nous allons offrir aux HACheurs un dictionnaire afin de REdécouvrir ce qu’ils font et trouver une excellente définition de l’expression “Mauvaise Foi”. “Indécence caractérisée par une volonté d’affirmer un propos que l’on sait foncièrement faux ou injustifié (l’interlocuteur en est également conscient), mais que l’on continue à clamer comme la vérité. “

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW