Plusieurs jours après la mort du capitaine du bateau Sandra Tide et son adjoint au large des côtés de Port-Gentil, le gouvernement et les autorités judiciaires ne sont pas encore parvenus à identifier les véritables causes de cet évènement tragique, alors que certains flairent une affaire criminelle en raison des dernières déclarations de l’une des deux victimes présumées.

Scène de l’évacuation du Sandra Tide à Port-Gentil, en octobre 2019. © D.R.

 

On le sait désormais, ni le capitaine du Sandra Tide ni son adjoint, décédés tous les deux en octobre dernier, n’étaient porteurs du virus Ebola. C’est, en tout cas, les premiers résultats issus des analyses du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) effectuées sur les prélèvements issus des 8 passagers du bateau ayant donné l’alerte le 24 octobre. Ce que l’on sait moins, voire pas du tout, c’est la suite donnée par les autorités gabonaises à cet évènement aux allures d’affaire criminelle.

Si Max Limoukou, le ministre de la Santé, a annoncé, le 31 octobre, que des «enquêtes de routine» devaient être lancées, notamment par le ministère de l’Intérieur, donc par les forces de police nationale, c’est le calme plat depuis cette annonce. Pourtant, dans son Rapport d’enquête épidémiologique, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Gabon révèle que lors de son bref entretien avec un médecin à Port-Gentil, avant de plonger dans le coma duquel il ne ressortira pas, le capitaine adjoint du Sandra Tide a clairement laissé entendre que la mort de son patron n’était pas naturelle.

«Ils nous ont forcés à boire un produit, et après le commandant est tombé», aurait déclaré le capitaine au médecin de garde de la clinique Mandji ayant réceptionné en premier les 2 malades philippins emmenés par la Marine nationale.

Une enquête de police a-t-elle été lancée ? Si oui, à quel niveau est-elle ? Quelle est la version des 6 survivants dans cette affaire ? Rappelons qu’en plus des deux Philippins décédés, l’équipage du Sandra Tide était composé de 5 Camerounais et d’un Ghanéen. Tous sont en bonne santé, d’après le ministère de la Santé.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW