Union et solidarité (US) a tenu ses deuxièmes universités le 2 février à Libreville. L’objectif était de clarifier le positionnement de ce parti après la reconduction au gouvernement de son président exécutif, Jean De Dieu Moukagni Iwangou.

Les différents intervenants lors des universités. © Gabonreview

 

Afin de lever toute équivoque sur positionnement actuel, Union et solidarité (US) a organisé ses deuxièmes universités, le 2 février à Libreville, sous le thème «Notre positionnement politique ; De l’éthique de conviction à l’éthique de responsabilité». Plusieurs thématiques ont été développé au cours de ces assises, parmi lesquelles «La gouvernance partagée», «L’ancrage à gauche à l’épreuve de la pratique», «Echiquier politique positionnement et communication politique» ou encore, «Opposition et ouverture politique».

«A la lecture des thématiques qui indiquent bien qu’il y a un souci exprimé de l’intérieur, d’avoir à préciser de manière forte notre positionnement politique, nos universités ont d’abord un objectif interne : asseoir dans les esprits des militants notre positionnement politique et vis-à-vis de l’extérieur, offrir des clés pour comprendre notre démarche», a déclaré Jean de Dieu Moukagni Iwangou, président exécutif de l’US.

Abordant la question de «L’ancrage à gauche à l’épreuve de la pratique», le Commissaire général Mboumba Moulambou a indiqué que l’US «se situe dans la famille des Socio-démocrates». Son identité serait réaffirmée par l’article 7 de ses statuts. Ce qui l’appellerait à prôner le changement et l’alternance en s’arrimant à «des réformes et à des adaptations réalistes». Selon ce dernier, la participation de Moukagni Iwangou au gouvernement permet au parti «d’acquérir l’expérience, dans la gestion des affaires d’Etat». Considéré avant l’entrée au gouvernement de Moukagni Iwangou comme un parti de l’opposition dite radicale, l’US prône désormais une «gouvernance partagée».

Sur ce point, Célestin Ella Ollomo, a affirmé que cette «gouvernance partagée n’est pas synonyme de partage de pouvoir avec le Parti démocratique gabonais. Elle s’oppose à une façon de gouverner les hommes qui voulaient que les tenants du pouvoir agissent sans tenir compte des destinataires du service public, à savoir, les populations (Modèle horizontal, ndlr)». Le parti affirme que le principe de gouvernance collaborative défendue par les socio-démocrates auxquels s’identifient désormais US et rattaché à l’orientation des Nations Unies, qui prône la mise en place la procédure participative de la gouvernance politique.

Ces deuxièmes universités clarifient le positionnement du parti au sein de ce gouvernement que l’US qualifie de gouvernement d’ouverture. Le positionnement actuel de l’US, réaffirme le parti, n’est pas en porte à faux avec son «logiciel idéologique».

 
 

3 Commentaires

  1. diogene dit :

    De l’éthique de résistance à celle de la collaboration.

  2. Moukagni Iwangou au gouvernement : Union et solidarité se justifie – Gabonreview.com – Le Tonnerre dit :

    […] Source […]

  3. Pons dit :

    Le commun des mortel ne comprend pas votre propos.

    Pouvez-vous s’il vous plaît le traduire en français.

    Mr ABV illustrait à l’epoque ce propos avec un maire US qui a apporté l’électrification de sa commune.
    Avez-vous des illustrations du même genre qui peuvent aider à comprendre la nécessité de rester dans un gouvernement qui détruit l’avenir de vos arrières petits enfants en leur laissant comme héritage une dette à près de 60%.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW