Peu suivis, bien que très médiatisés, les mouvements sociaux initiés depuis l’annonce, en juin, des mesures dites d’austérité sont, selon la présidence de la République, «le fait d’organisations très politisées».

Ayant initié plusieurs mouvements sociaux depuis l’annonce des mesures dites d’austérité, Dynamique unitaire serait-elle une organisation marginale et très politisée ?

 

Exigeant depuis leur annonce, en juin dernier, le retrait des mesures dites d’austérité qui, selon eux, «clochardisent le fonctionnaire gabonais», la Conasysed, le Syprocom, Hypocrate, le ROLBG… seraient-ils des syndicats instrumentalisés par des partis ou des personnalités politiques ? Au palais de la Rénovation, on n’en doute pas. Le directeur de cabinet du président de la République, lui, l’affirme ce lundi 24 décembre dans une interview au journal français Les Echos.

Garantissant que «ces réformes, soutenues notamment par le FMI, sont comprises par une majorité de Gabonais», Brice Laccruche Alihanga juge que «les mouvements sociaux [initiés ces dernières semaines au Gabon] sont à la fois marginaux et le fait d’organisations très politisées».

Pour les autorités gabonaises, les différents appels à manifester, lancés notamment par la centrale syndicale Dynamique unitaire et ses partenaires depuis plus de cinq mois, n’ont pas lieu d’être. D’autant plus que le pays bénéficie encore de la confiance du FMI, qui lui a octroyé, le 19 décembre, une enveloppe de près de 60 milliards de francs CFA, pour l’aider à poursuivre ses réformes.

Aussi, le directeur de cabinet d’Ali Bongo assure-t-il que «les réformes structurelles initiées en 2018 afin de rendre plus agile notre Etat en réduisant son train de vie, moderniser la fonction publique, ainsi que rétablir à moyen terme l’équilibre de nos comptes publics, commencent à porter leurs fruits». Brice Laccruche Alihanga table d’ailleurs sur «un retour vigoureux de la croissance» en 2019. Les prévisions du FMI la situent à 5,5 %.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW